| Commenter Commentaires (2)

Des filles ont le pied pesant

Les apprenties du cours de Denis Léveillée l'écoutent... (photo Alain Dion)

Agrandir

Les apprenties du cours de Denis Léveillée l'écoutent attentivement alors qu'il raconte ce qu'il a vécu quand sa propre fille a eu un grave accident en 2007.

photo Alain Dion

Partager

Véronique Chagnon
La Voix de l'Est

(Granby) Dans la région, c'est la consternation. Quatre jours, trois victimes, une seule cause: la vitesse. Le lundi 12 novembre, Alexandra, 19 ans, et Natasha, 18 ans perdaient la vie dans l'accident de Lac-Brome. La conductrice de 18 ans est toujours dans le coma à ce jour. Le jeudi suivant, c'était au tour d'une autre jeune femme de 18 ans de rendre son dernier souffle après une embardée à Saint-Hyacinthe. Dans les deux cas, les enquêteurs soupçonnent le pied trop pesant d'une jeunesse inexpérimentée.

Dans la publicité lancée en 1993 par la Société d'assurance automobile du Québec, Sophie, interprétée par Marie-Josée Croze, mourait dans un accident de la route causé par le comportement imprudent de son copain Érick. «La vitesse tue», avertissait la SAAQ en grosses lettres sur visage en larmes d'Érick, un message apparemment destiné aux jeunes hommes. Mais, bien que les hommes soient toujours surreprésentés dans les accidents mortels au Québec, il semble que les conductrices au nombril vert soient de plus en plus casse-cou.

«Oui, les filles sont de plus en plus téméraires, confirme Denis Léveillée, propriétaire et instructeur de l'École de conduite Super, à Saint-Césaire. Je le constate parmi mes anciennes élèves, je les entends parler des points qu'elles ont perdus sur leur permis. On dirait qu'elles se font influencer plus facilement.»

Les statistiques de la SAAQ concernant les accidents mortels des dernières années tendent à confirmer son constat. Alors que chez les garçons de 16 à 19 ans la tendance était nettement à la baisse en 2011, avec 54 % moins de conducteurs impliqués dans un accident mortel, chez les filles de la même tranche d'âge, le nombre était plutôt en hausse de 12,4 % (voir tableau). L'analyste de la SAAQ n'était pas disponible pour expliquer les données plus en profondeur.

Tous les détails dans notre édition de mardi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

Commentaires (2)
    • Vous mettez les jeunes tous dans le même bateau. Je suis désolé, mais de nos jours, il y a bien plus d'infraction commis par les personne de 25 ans et plus parcequ'il on plus de point. Les jeunes semblent si pire à vos yeux parce que les médias ne parle que des infractions commises par eux.

    • Les jeunes ne sont plus responsables de rien,ils se croient au dessus de tout savent tout mieux que nous,des conseils ,y en ont rien a cirer avec les conséquences que l'on connaient,conduire aujourd'hui c'est leur liberté,peut-etre que les parents devraient aussi faire leurs parts ,en ne payant pas d'autos et permis a leurs enfants,a ce moment les ados qu'ils sont devraient travailler ,pour se payer leurs voitures et permis,peut-etre que ca les responsabiliseraient d'avantages,mais ...

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer