Des végétaux «énergétiques»

Le pavillon horticole écoresponsable de l'Institut de technologie... (photo Alain Dion)

Agrandir

Le pavillon horticole écoresponsable de l'Institut de technologie agroalimentaire à Saint-Hyacinthe compte plusieurs aménagements verts, notamment un toit vert pour refroidir le bâtiment l'été et conserver sa chaleur l'hiver. Le vice-premier ministre, François Gendron (à droite), a admiré l'aménagement hier matin en compagnie du professeur d'horticulture Claude Vallée.

photo Alain Dion

Partager

Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Saint-Hyacinthe) Les plantes peuvent améliorer l'efficacité énergétique des maisons que nous habitons et des endroits où nous travaillons. Elles peuvent aussi améliorer l'air que nous respirons. L'Institut de technologie agroalimentaire de Saint-Hyacinthe s'intéresse de près au vaste potentiel des végétaux comme composantes dans le secteur de la construction. L'établissement poursuivra ses recherches en horticulture environnementale dans son nouveau pavillon horticole écoresponsable inauguré hier matin.

Le pavillon renferme plusieurs systèmes connus pour économiser sur les coûts de chauffage et de climatisation - la géothermie, par exemple. On a également orienté la majeure partie de la fenestration vers le sud pour maximiser les rayons de soleil. Mais c'est surtout l'utilisation, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur du bâtiment, de végétaux dont les desseins sont de réduire la consommation d'énergie et de filtrer l'air, qui retient l'attention quand on visite les lieux. On retrouve des plantes sur plusieurs sections des murs ainsi que sur le toit.

Les plantes et la terre dans laquelle elles poussent sont d'excellents isolants et elles ont comme fonction de capter du CO2 et de filtrer l'air, fait remarquer Claude Vallée, professeur d'horticulture à l'ITA. «On a construit toutes sortes de choses pour chauffer ou refroidir nos maisons, pour purifier l'air. Mais on a oublié que la nature peut le faire aussi bien.»

Toute l'eau qui tombe sur le toit sert à nourrir les plantes qui s'y trouvent. L'excédent est récupéré dans un immense réservoir au sous-sol. Elle est utilisée pour arroser toutes les autres plantes du bâtiment, aussi bien celles à l'intérieur qu'à l'extérieur. La température dans le sol (géothermie) et l'eau de pluie sont des ressources présentes partout, signale le professeur Vallée. «Il faut les utiliser», a-t-il dit.

Tous les détails dans notre édition de mardi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer