• La Voix de l'Est > 
  • Actualités 
  • > Dernier hommage à Alexandra Laliberté, une des victimes de l'embardée survenue à Lac-Brome 

Dernier hommage à Alexandra Laliberté, une des victimes de l'embardée survenue à Lac-Brome

C'est dans un vague à l'âme collectif que... (photo Maxime Sauvage)

Agrandir

C'est dans un vague à l'âme collectif que les proches d'Alexandra Laliberté, une des deux jeunes victimes de la violente embardée survenue à Lac-Brome il y a quelques jours, sont venus nombreux lui rendre un dernier hommage au salon funéraire Désourdy de Cowansville, samedi.

photo Maxime Sauvage

Partager

Jean-François Guillet

(Cowansville) C'est dans un vague à l'âme collectif que les proches d'Alexandra Laliberté, une des deux jeunes victimes de la violente embardée survenue à Lac-Brome il y a quelques jours, sont venus nombreux lui rendre un dernier hommage au salon funéraire Désourdy de Cowansville, samedi.

«Aujourd'hui, on a tous le coeur au beurre noir. C'est toute une claque que nous avons reçue. Le 12 novembre, en l'espace de quelques secondes, soudain survient une violente tempête. Puis, il s'en est suivi des vagues de colère, de rage et de silence. Des fois, on se demande si Dieu dort au gaz. Pourquoi n'a-t-il pas empêché ça? Pourquoi n'a-t-il pas donné ne serait-ce que ce petit réflexe pour éviter ce dérapage?», a évoqué le prêtre Danik Savaria devant la foule qui, bien qu'atterrée par le drame qui a fauché une des leurs, demeurait réceptive au message que l'abbé avait à livrer.

La seconde partie de son allocution était sans équivoque: la vitesse, c'est assez! «Dans la région, il n'y a personne qui est indifférent à ce drame-là. Les gens en parlent partout au Québec. Le printemps dernier, on a présenté le film Dérapages, de Paul Arcand, ici à Cowansville. C'est un film dont le but est de sensibiliser les gens, surtout les jeunes, au danger de la conduite téméraire, a-t-il dit. Aux conséquences dramatiques de la conduite sous l'effet de l'alcool, de la drogue, de la vitesse et des textos au volant. Certains tirent des leçons des tragédies. Mais d'autres continuent comme si de rien n'était. On ne peut pas réécrire le passé, mais on peut écrire différemment l'avenir. Quelle histoire allons-nous écrire? Si ne serait-ce qu'une personne ici conduit différemment, on pourra dire qu'Alexandra et Natasha ne sont pas décédées pour rien.»

La tension était palpable quand Noémie Goyette, la cousine de l'adolescente, a fait esquisser un petit sourire à la foule. «Je pourrais te dire toute la peine que nous vivons à la suite de ton départ... crier haut et fort que Dieu a fait une injustice en venant te chercher si jeune sans que tu puisses vivre pleinement tout ce que tu avais à vivre, a-t-elle dit. Mais, j'aime mieux honorer ta vie, ta bonté, ta générosité, ta grande écoute, sans oublier ta grande gueule.»

Tous les détails dans notre édition de lundi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer