Des confitures de calibre mondial!

Invitée aux Confituriades 2012 en France, la confiturière... (photo Janick Marois)

Agrandir

Invitée aux Confituriades 2012 en France, la confiturière Nathalie Daguzan y présentera trois créations «100% Saint-Paul-d'Abbotsford».

photo Janick Marois

Sur le même thème

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-d'Abbotsford) Qui aurait cru qu'il existait, quelque part dans le monde, une compétition mondiale de... confitures? Ce concours pour le moins original se tient depuis bientôt quatre ans dans le village de Beaupuy en France, où il ne cesse de prendre de l'ampleur. Et cet été, une confiturière de chez nous ira y défendre ses divines sucreries.

En août, Nathalie Daguzan s'envolera pour les Confituriades 2012 en sachant très bien que la compétition sera féroce: des représentants d'une cinquantaine de pays seront à Beaupuy pour faire valoir leurs créations culinaires. Mais elle ne s'en fait pas trop. «J'y vais pour gagner, nom d'une pipe! Je suis confiante, car ces confitures, ça vient de moi. Je les ai élaborées avec mon coeur», lance la patronne des Petits péchés du mont Yamaska à Saint-Paul-d'Abbotsford.

Selon ce qu'elle a appris, les confituriers du Québec sont peu nombreux en lice. Elle a eu vent de la présence d'un seul autre, habitant l'Île d'Orléans.

Par un mystère qu'elle n'arrive toujours pas à s'expliquer, une invitation officielle signée de la main même du maire de Beaupuy est arrivée dans sa boîte aux lettres en mars dernier. «Je me suis sentie très honorée d'être invitée et dans la minute qui a suivi, j'ai répondu oui! Mais je ne sais pas du tout pourquoi j'ai été choisie... C'est très étrange, cette affaire», glisse la confiturière, bien déterminée à découvrir le fin mot de l'histoire dès qu'elle mettra les pieds en France.

Mais pour avoir goûté quelques-unes de ses créations, on sait qu'elle n'a pas volé sa place. Nathalie Daguzan a un palais, une passion et une créativité qui ne trompent pas. La petite cuisine de son commerce sert aussi de laboratoire où elle mélange les saveurs et invente des mariages inusités. Framboises au chocolat blanc, poire balsamique aux épices, fraise à la menthe... ses confitures se démarquent. En fait, elle commercialise des dizaines et des dizaines de variétés, sous l'appellation des Petits péchés du mont Yamaska, mais aussi en sous-traitance pour plusieurs clients, petits et grands.

L'an dernier, elle a produit entre 17 000 et 18 000 petits pots. Cette année, sa production s'élèvera à 22 000.

Tous les détails dans notre édition de mercredi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer