Journée portes ouvertes des pompiers à Saint-Césaire

Les différentes campagnes de prévention, notamment celles pour... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les différentes campagnes de prévention, notamment celles pour l'installation d'un détecteur de fumée portent leurs fruits. Mais il reste du travail à faire et les pompiers de Saint-Césaire apportent leur contribution.

photo archives La Voix de l'Est

Sur le même thème

Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Saint-Césaire) Mieux vaut prévenir que guérir. C'est pourquoi les pompiers de Saint-Césaire organisent demain une journée porte ouverte d'envergure où la prévention sera au premier plan. Une chirurgienne-plasticienne spécialisée dans le traitement des brûlures est à même de témoigner des conséquences associées à un incendie ou à l'utilisation de produits inflammables. Et la prévention fait une différence, dit-elle.

Le programme de la journée sera bien rempli; deux simulations de désincarcération automobile avec des comédiens, démonstration de l'utilisation d'un extincteur portatif, simulation d'une intervention lors d'un feu de matière dangereuse et conseils de sécurité en cas d'incendie ne sont que quelques exemples. Des activités sont aussi prévues pour les tout-petits.

Les visiteurs seront également invités à relever le défi de l'échelle aérienne au profit de la Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés. Moyennant une contribution financière, les participants s'élèveront jusqu'à 100 pieds dans les airs.

L'argent amassé sera ensuite distribué pour la recherche par la Fondation. La docteure Isabelle Perreault, chirurgienne-plasticienne spécialisée dans le traitement des brûlures qui pratique au Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM), explique que la métropole fait partie des grands centres des grands brûlés nord-américains.

«Chaque centre a ses champs d'expertise pour la recherche. Ça couvre beaucoup de sujets, dont le contrôle de la douleur, les effets psychologiques, les soins intensifs, les infections et la cicatrisation», énumère celle qui est aussi directrice du Centre d'expertise pour personnes victimes de brûlures graves de l'ouest du Québec.

Dans l'exercice de ses fonctions, la docteure Perreault s'occupe de la prise en charge des grands brûlés, leur traitement et les reconstitutions secondaires lorsqu'ils ont des séquelles. «Les brûlures génèrent probablement les douleurs les plus épouvantables, confirme-t-elle. Maintenant, on est mieux équipés qu'avant pour faire face à tout ça. Dans les premiers jours, les patients vont souvent être maintenus dans un coma artificiel par les médicaments et ils n'ont pas trop conscience des douleurs, des souffrances, ajoute la spécialiste. Souvent, on trouve ça atroce de penser qu'on peut avoir des brûlures aussi étendues. Ce n'est pas rare que les grands brûlés n'aient aucun souvenir des premières semaines.»

Tous les détails dans notre édition de vendredi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer