Parkbridge Lifestyle Communities: des problèmes ailleurs également

La compagnie Parkbridge Lifestyle Communities est également contestée... (photo Michel Laliberté)

Agrandir

La compagnie Parkbridge Lifestyle Communities est également contestée au Centre domiciliaire Rémillard, un parc de maisons mobiles à Saint-Jean-sur-Richelieu. On voit ici Chantal Massicotte, la présidente de l'Association des résidants.

photo Michel Laliberté

Michel Laliberté

Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Saint-Jean-sur-Richelieu) Les résidants du camping Tropicana ne sont pas les seuls à éprouver des problèmes avec Parkbridge Lifestyle Communities. L'entreprise albertaine fait également l'objet de maintes critiques des résidants du Centre domiciliaire Rémillard, un parc de maisons mobiles à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Dans ce quartier de 291 maisons mobiles, le long de la route 104, c'est l'eau potable qui pose problème. Depuis près de quatre ans, les résidants doivent la faire bouillir. Des tests ont permis de déterminer que l'eau du réseau d'aqueduc privé était contaminée par des coliformes fécaux. Les avis d'ébullition sont parfois retirés le temps de quelques semaines, quelques mois, mais sont par la suite remis en vigueur.

La compagnie a modernisé l'année dernière son réseau de filtration de l'eau pour pallier le problème de contamination. Cependant, la quantité d'eau tirée des sept puits qui alimentent le réseau est en baisse. Cela force la direction du parc de maisons mobiles à avoir recours à des camions-citernes quotidiennement. Au moment du passage de La Voix de l'Est jeudi matin dernier, un camion-citerne était en train de remplir le puits principal.

Cette situation exaspère les personnes qui habitent le parc, indique Chantal Massicotte. Surtout, explique la présidente de l'Association des résidants du parc Rémillard, que la compagnie leur demande depuis deux ans de payer 6,16$ par mois pour l'eau. Ils contestent cette taxe parce qu'ils considèrent qu'ils paient déjà pour l'aqueduc dans le prix du loyer de leur terrain. «Comment peut-on nous facturer pour de l'eau qu'on ne sait pas si elle est bonne à boire? Les gens ici achètent leur eau en bouteille pour être certains qu'ils peuvent la boire», dit-elle, montrant du doigt le contenant de 18,9 litres d'eau dans un coin de sa salle à manger.

Les prix de location des terrains varient de 189$ à 236$, selon leur superficie et leur emplacement. Les propriétaires des maisons mobiles paient par ailleurs des taxes à la municipalité, ce qui comprend des taxes de services pour la collecte des ordures et du recyclage et pour le déneigement des rues. La valeur des maisons mobiles va de 70 000$ à 130 000$.

La suite dans notre édition de lundi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer