À bicyclette dans les rues de Granby

La Voix de l'Est a accompagné durant quelques... (photo Alain DIon)

Agrandir

La Voix de l'Est a accompagné durant quelques heures les agents Claude Lebeau et Daniel Fecteau, mercredi, pour une patrouille à vélo dans les rues de Granby.

photo Alain DIon

Sur le même thème

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) Depuis quelques semaines, les policiers à vélo ont repris du service à Granby. La Voix de l'Est les a accompagnés quelques heures, mercredi, pour découvrir la nature de leur travail et le type d'interventions qu'ils exécutent.

Les agents Claude Lebeau et Daniel Fecteau vérifient l'état de leur véhicule à deux roues et font le plein d'eau à leur arrivée au poste de police.

Ils s'informent des opérations spéciales de la journée ou des activités qui se déroulent sur le territoire. Cette journée-là, des festivités sont organisées au parc Daniel-Johnson. L'endroit fera donc l'objet d'une visite de leur part.

"C'est un plan de match similaire à tous les jours et ensuite, on le diversifie selon la température, les événements et les activités, explique le patrouilleur Fecteau. On part à un endroit et un moment donné, on peut bifurquer."

Interception

À 15h, les agents enfourchent leur vélo et leur quart de travail débute. Première destination: le skate park de la rue Saint-Urbain, où seules les planches à roulettes sont autorisées.

"On se place en retrait et on regarde si certains utilisent un vélo. Si tout est beau, on repart", explique l'agent Fecteau. Conclusion: rien à signaler.

Les agents se dirigent vers le centre-ville. En route, ils s'arrêtent à deux reprises: l'une pour avertir des piétons de marcher sur le trottoir plutôt que dans la rue et l'autre pour sensibiliser un cycliste qui ne portait pas son casque et parlait au cellulaire.

Au centre-ville, les patrouilleurs s'installent face à l'ancienne école de la Présentation de Marie, rue Principale. Ils venaient à peine d'arriver qu'ils ont entendu une voiture accélérer au loin.

En quelques secondes, l'agent Lebeau roule à côté du véhicule fautif et fait signe au conducteur de se ranger sur l'accotement, ce qu'il exécute.

"Ils ne s'attendent pas à se faire intercepter et lorsqu'ils nous voient, ils sont surpris. On ne l'avait même pas vu arriver (l'auto), mais on le savait qu'il y avait quelque chose", explique l'agent Lebeau.

En inspectant la voiture, les agents constatent que le silencieux n'est pas conforme. La centrale du poste de police informe les agents qu'un avertissement avait été remis au conducteur. Cette fois, il reçoit une contravention.

"Souvent, on va les croiser en voiture de patrouille. Mais le temps que tu te retournes et que tu le rattrapes, tu le perds", indique Claude Lebeau.

Un peu plus loin sur la rue Principale, les policiers interceptent un cycliste téméraire. Il circule sur le trottoir - ce qui est interdit - et effectue des sauts près des commerces. Un constat lui est émis.

Le duo se dirige vers le parc Daniel-Johnson. En route, un patrouilleur demande à un automobiliste immobilisé à un feu de circulation de boucler sa ceinture.

Au parc, un cycliste est averti ne pas circuler avec son engin à cet endroit parce qu'il contrevient au règlement municipal.

Le site des festivités est bondé. Certains personnes abordent les patrouilleurs, curieux de les voir sur un vélo. "Je parle d'infractions, mais les gens viennent discuter avec nous, nous demandent des informations", indique Daniel Fecteau.

Information

Après une tournée du site, les patrouilleurs se dirigent au parc Terry-Fox, où ils interceptent des cyclistes qui ne peuvent utiliser leur vélo dans les sentiers et un couple qui se balade avec son chien alors que les animaux de compagnie sont interdits.

Les cyclistes en profitent pour questionner les patrouilleurs sur les endroits où ils peuvent pratiquer leur sport. Les policiers se dirigent ensuite dans le stationnement du Zoo de Granby, un endroit susceptible d'être la cible des voleurs.

Les agents retournent au centre-ville, en faisant un premier arrêt au parc Miner. Ils aperçoivent un homme qui semble boire une bière. En s'approchant de l'individu, ils réalisent que ce n'est pas une consommation alcoolisée.

De retour sur la rue Principale, un groupe de motocyclistes omet de s'immobiliser à une traverse piétonnière pour laisser passer les marcheurs. Les patrouilleurs leur font signe de se ranger, ce qu'ils effectuent. Une contravention est émise.

Après plus de deux heures, on se dirige vers le poste de police. En route, les agents font un deuxième arrêt au skate park. Un cycliste écope d'une amende puisqu'il contrevient au règlement municipal.

Si les policiers procèdent à une arrestation, ils demandent l'assistance d'une voiture de patrouille pour conduire le suspect au poste de police.

Durant les trois heures de patrouille, l'auteure de ses lignes a pu constater que les policiers ne chôment pas. Ils n'ont pas peur d'en donner, des coups de pédale.

En plus d'émettre des contraventions, les agents font de la prévention et de l'éducation autant pour le Code de la sécurité routière, le Code criminel que les règlements municipaux.

Et pour les vétérans policiers, leur travail à vélo est le bienvenu. "Quand tu tombes dans une nouvelle fonction, ça donne un push. Je me sens comme quand je suis sorti de l'Institut de police. C'est vraiment plaisant", estime Daniel Fecteau.

kblancha@lavoixdelest.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer