La CPTAQ penche en faveur de Pipe-Lines Montréal

La CPTAQ vient de donner une orientation préliminaire... (photo Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La CPTAQ vient de donner une orientation préliminaire favorable à la demande à Pipe-Lines Montréal. La compagnie veut construire une station de pompage sur ce terrain situé près de l'intersection des chemins Favreau et Childerhouse à Dunham.

photo Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Dunham) Pipe-Lines Montréal vient de franchir une étape importante en vue de construire une station de pompage à Dunham. La Commission de protection du territoire agricole du Québec a émis vendredi un avis favorable au projet.

La CPTAQ souligne que le projet entraînera «une perte de sol potentiellement cultivable». Toutefois, soutiennent ses trois commissaires, le terrain proposé par la compagnie, près de l'intersection des chemins Favreau et Childerhouse, est celui où serait occasionné le moins d'impact sur «la préservation des sols et pour la pratique de l'agriculture» dans le secteur.

 

Il s'agit d'une «orientation préliminaire» de la CPTAQ. Les parties impliquées ont 30 jours pour demander à être entendues par celle-ci ou pour lui soumettre ses observations. L'organisme rendra sa décision finale par la suite.

La Ville de Dunham, le 2 septembre dernier, ainsi que la MRC de Brome-Missisquoi ont appuyé le projet. Notons que le Syndicat de l'UPA des Frontières a fait de même. En revanche, l'organisme souhaite que la CPTAQ s'enquiè-re des intentions de Pipe-Lines Montréal «quant à d'éventuelles contaminations et aux dédommagements qu'elle entend accorder aux agriculteurs» victimes de contaminations.

Dans son orientation préliminaire, la Commission n'a pas retenu cet élément. Il n'est pas de sa compétence, expliquent les commissaires, de «présumer» que la station ne respectera pas les règles environnementales ou de «prévoir les modes de réparation de dommages environnementaux occasionnés» dans l'éventualité d'un bris ou d'un mauvais fonctionnement de la station ou de l'oléoduc.

Dépenses supplémentaires

Par ailleurs, l'UPA des Frontières s'interroge aussi à savoir si la présence de la station de pompage occasionnera des dépenses supplémentaires à la municipalité, notamment pour son service des incendies ou en frais d'assurances. Si tel est le cas, note l'UPA, ces frais seront assumés par les contribuables. Le secteur agricole, note le Syndicat, représente 27 % du rôle d'évaluation de la municipalité.

La CPTAQ ne dit rien à ce sujet dans son document.

La station de pompage projetée par Pipe-Lines Montréal permettra de renverser le sens d'écoulement d'un des tuyaux de son oléoduc. Pour l'heure, le pétrole brut part de Portland et se rend à Montréal-Est. La station coûtera 8,5 millions de dollars à construire. La compagnie espère lancer les travaux au printemps en vue de démarrer la station l'année suivante.

mlaliber@lavoixdelest.qc.ca

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer