• La Voix de l'Est 
  • > Jardins de la Sainte-Trinité, victimes de leur succès 

Jardins de la Sainte-Trinité, victimes de leur succès

Plusieurs lopins de terre ont été personnalisés par... (photos Janick Marois)

Agrandir

Plusieurs lopins de terre ont été personnalisés par leur jardinier.

photos Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les jardins de la Sainte-Trinité, situés sur la propriété du Centre Jean-Paul-Régimbal à Granby, sont victimes de leur succès. Pas moins de 130 lots ont été aménagés, mais les installations d'arrosage ne sont pas suffisantes pour répondre à la demande.

Thérèse Fournier, Robert Riel, Lionel Maltère et Alain... (photos Janick Marois) - image 1.0

Agrandir

Thérèse Fournier, Robert Riel, Lionel Maltère et Alain Labonté ont oeuvré à la réalisation des jardins de la Sainte-Trinité, sur la propriété du Centre Jean-Paul-Regimbal et des Trinitaires à Granby. 

photos Janick Marois

«C'est la guerre de l'eau», a lancé l'instigateur du projet, Lionel Maltère. Celui-ci s'est présenté au micro lors de la dernière séance du conseil municipal pour lancer un appel à la générosité de la population. Des contenants grand format pour emmagasiner l'eau sont activement recherchés. Un message qu'il a répété cette semaine lors d'une visite de La Voix de l'Est sur place, par une journée de grande chaleur.

Outre des contenants, la fourniture de boyaux d'arrosage serait aussi appréciée. Les besoins sont grands. Quelque 100 jardins communautaires et 30 jardins collectifs, dont les récoltes seront partagées entre une flopée d'organismes, se côtoient sur la vaste portion de terrain mise à la disposition des jardiniers par le Centre Jean-Paul-Regimbal. Plus d'une soixantaine de barils sont disposés ici et là, près des lots. Mais ce n'est pas suffisant, affirme M. Maltère, qui passe le plus clair de son temps au jardin.

Ceux qui le désirent peuvent effectuer un don en argent par l'entremise des pères de la Sainte-Trinité. Un reçu aux fins d'impôt pourra être émis, précise le directeur général du Centre Jean-Paul-Regimbal, Alain Labonté.

Solidarité

À ce jour, les jardins, qui seraient parmi les plus gros du genre au Québec, selon M. Maltère, sont portés par un vaste élan de solidarité. Des centaines de plants de légumes ainsi que des outils ont été offerts aux responsables. À lui seul, le propriétaire du Home Hardware de Granby a remis plus de 400 sachets de semences. Un gentil samaritain a réparé le moteur du rotoculteur. D'autres ont parrainé des parcelles de terrains afin que certains jardiniers moins fortunés n'aient pas à défrayer les 20$ généralement demandés pour cultiver un lot.

Thérèse Fournier, elle, donne de son temps sans compter pour désherber, superviser, conseiller, gérer l'utilisation des boyaux d'arrosage et s'assurer du respect des règles. «C'est comme une deuxième maison. Je me sens bien ici», fait valoir la bénévole dévouée.

Le directeur général du Centre Jean-Paul-Regimbal affirme qu'un projet du genre était envisagé sur le site, mais que les ressources manquaient pour le mettre en place. La rencontre de Lionel Maltère, qui, lui, cherchait un terrain, est tombée à point. Alain Labonté estime que les activités du Centre se marient très bien avec les jardins.

L'an prochain, il est même envisagé qu'une plus grande parcelle de terrain soit exploitée, bref que le nombre de lots soit revu à la hausse. «Le projet est tellement populaire», se réjouit le conseiller municipal Robert Riel, qui a agi à titre d'intermédiaire entre les pères Trinitaires et M. Maltère.

Coloré

Le site ne manque pas d'intérêt. Certains lopins de terre sont de véritables «oeuvres d'art», s'enthousiasme Lionel Maltère, qui carbure aux projets. Plusieurs parcelles de terre ont été personnalisées. Certains propriétaires ont inscrit leur prénom ou leur numéro de lot, parfois simplement, d'autres fois de façon plus artistique.

Des jardiniers n'ont pas hésité à ajouter des pots de fleurs, de petites clôtures, voire une chaise, question de s'asseoir et de prendre la mesure du temps au centre de cet îlot de verdure. Îlot de verdure qui ne manque cependant pas de couleurs, alors que les représentants de différentes cultures - Québécois, Africains, Turcs, Algériens, etc. - y jardinent côte à côte.

Comme la clientèle internationale de la maison de ressourcement spirituel du Centre Jean-Paul-Regimbal se plaît à découvrir les jardins, Lionel Maltère aime à dire qu'ils sont déjà connus outre-mer, après quelques mois d'existence seulement.

L'endroit attirerait à ce point la curiosité et l'intérêt que le jardinier en chef lance à la blague qu'un guide touristique devra être embauché l'an prochain pour y effectuer des visites guidées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer