Pas fort, mais pas mort

Le Phoenix a laissé tomber son gardien Evan... (Le Nouvelliste, François Gervais)

Agrandir

Le Phoenix a laissé tomber son gardien Evan Fitzpatrick dans une défaite de 7 à 2 contre les Cataractes vendredi soir à Shawinigan.

Le Nouvelliste, François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Phoenix a laissé tomber son gardien Evan Fitzpatrick dans une défaite de 7 à 2 contre les Cataractes vendredi soir à Shawinigan. Mais grâce à la victoire en fusillade des Remparts de Québec contre l'Océanic à Rimouski, les Sherbrookois demeurent en vie.

Alors que tous les experts déclaraient le Phoenix mort et enterré, l'entraîneur Stéphane Julien est sorti du vestiaire avec un léger sourire en coin, sachant que son club pouvait encore participer à la valse printanière si l'Océanic perd sa rencontre en temps règlementaire samedi contre les Voltigeurs et que son club empoche les deux points à Québec en après-midi.

« Comme ce soir, on jouera notre saison demain à Québec et on sera dépendants du résultat de la partie de l'Océanic. On aura le couteau sur la gorge. J'espère que les gars ont eu leur leçon ce soir à Shawinigan. Il y a encore de l'espoir! » a souligné le pilote sherbrookois.

Ce dernier a trouvé la situation plutôt cocasse, puisque les différentes interventions sur les réseaux sociaux créaient un doute dans son esprit.

« C'est spécial, en effet. Les journalistes éliminaient déjà notre équipe. On a relu les règlements quatre ou cinq fois pour être certains. C'est un peu complexe et lorsque la LHJMQ a confirmé ce que l'on pensait, on a senti une lueur d'espoir. Dans le scénario le plus favorable, on terminerait à égalité avec l'Océanic, mais on possèderait une victoire de plus que Rimouski. C'est le nombre de victoires qui départage le tout. »

Placé au 17e rang, le Phoenix possède 56 points contre 58 pour l'Océanic, qui occupe le 16e et dernier rang offrant une place en séries.

Sans conviction

Le Phoenix a offert une prestation sans saveur ni odeur. Comme lors du dernier match contre les Foreurs de Val-d'Or, Sherbrooke ne semblait pas vouloir prendre part aux séries et n'avait aucune soif de victoire.

« On n'a pas eu ce fameux sentiment d'urgence, malheureusement », commente le capitaine Hugo Roy.

La première période a été l'affaire d'Alexis D'Aoust, qui a complété un tour du chapeau en moins de 20 minutes : 3-0 Shawinigan.

« Le premier but sur le deuxième tir nous a fait mal, estime Stéphane Julien. Evan aurait aimé revoir ce lancer. C'est tout de même décevant d'avoir perdu. Shawinigan est sorti fort. Les Cataractes patinaient bien. De notre côté, les gars n'avaient pas de force dans les jambes. Evan a été bombardé et a été excellent après le premier but accordé. »

Samuel Girard et Dennis Yan ont porté la marque à 5-0 au deuxième tiers. Les carottes étaient cuites.

« Tout le monde était stressé, a observé Kevin Gilbert. On voulait trop bien faire et on manquait d'opportunisme. On n'a toutefois jamais abandonné. Les gars souhaitaient se donner une meilleure chance de faire les séries ce soir. »

Julien Pelletier a inscrit les siens à la marque et Justin Bernier a répliqué pour Shawinigan avant la fin du second engagement.

En troisième période, Anderson MacDonald a déjoué Mikhail Denisov et Mathieu Olivier a mené le compte à 7-2, marque finale. Brendan Cregan a pris la relève de Fitzpatrick lors du dernier tiers.

« L'effort était là, mais on a mal travaillé. Comme durant une bonne partie de la saison d'ailleurs. On est jeunes. On doit apprendre de ça », avance Hugo Roy.

« Ça fait quatre matchs que notre club est revenu sur les rails », a témoigné le pilote des Cataractes, Claude Bouchard, très heureux de la sortie de ses protégés. « Le Phoenix n'avait pas la même hargne qu'à sa dernière visite chez nous, mais ça n'enlève rien à notre performance. On a été en mesure de générer plus d'attaque. »

La partie du Phoenix à Québec aura lieu à 15 h.

« Il est possible d'aller chercher cette victoire, note l'entraîneur des Oiseaux. Il faudra bien jouer les 60 minutes, ce que nous n'avons pas fait aujourd'hui. Les gars viennent d'obtenir une autre chance et j'espère qu'ils ne la rateront pas cette fois. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer