Acculé au pied du mur

Brendan Cregan a une fois de plus été... (Vincent L. Rousseau)

Agrandir

Brendan Cregan a une fois de plus été solide devant la cage des siens, bloquant 33 des 35 tirs dirigés vers lui.

Vincent L. Rousseau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) Le Phoenix de Sherbrooke a raté des chances innombrables de marquer et s'est incliné par la marque de 2 à 1 vendredi face aux Voltigeurs de Drummondville lors d'un match d'une importance capitale dans cette course aux séries éliminatoires.

Le tout s'est joué alors qu'il ne restait que cinq minutes à faire au Centre Marcel-Dionne. L'égalité de 1 à 1 persistait et Daven Castonguay a profité du seul avantage numérique des Voltigeurs pour donner les devants à son équipe en récupérant une rondelle après un rebond sur le poteau.

« On a eu nos chances, surtout en troisième période, note l'entraîneur sherbrookois Stéphane Julien. On a profité de plusieurs surnombres. Les gars ont touché le poteau à quelques reprises. Il aurait fallu être plus opportuniste, comme notre adversaire. Ce n'était pas un mauvais match de notre part. On a bourdonné sans marquer. Je crois que c'est l'un des matchs au cours duquel mes joueurs ont raté le plus d'occasions de compter cette saison. »

Dès la troisième minute de jeu, Samuel Gaumond a brisé la glace en déjouant Brendan Cregan.

Yaroslav Alexeyev a aussitôt donné la réplique en récupérant son propre retour. Par la suite, chaque pouce devenait difficile à gagner sur la patinoire.

« Ça paraissait qu'il y avait un enjeu, relate le pilote des Voltigeurs, Dominique Ducharme. Les deux équipes étaient disciplinées. Il n'y avait pas beaucoup d'espace sur la glace. Personne ne voulait faire l'erreur qui allait coûter la victoire. »

« Le match était important, mais il le sera aussi demain, informe Stéphane Julien, en parlant de la partie de 16 h encore une fois contre les Voltigeurs, mais au Palais des sports. Ce sera crucial. On a besoin des deux points. Depuis six parties, on joue de l'excellent hockey. Si l'on dispute les dernières rencontres de la même façon, on fera un pas vers l'avant. »

Un coussin à l'Océanic et aux Voltigeurs

Avec cette victoire des Voltigeurs, agencée au gain de l'Océanic de Rimouski vendredi soir, le Phoenix se trouve à trois points de l'Océanic, des Mooseheads d'Halifax, des Foreurs de Val-d'Or et d'une place en séries.

« C'est décevant, confie le défenseur des Oiseaux Julien Bahl. L'enjeu était tellement important. Les Voltigeurs ont marqué sur leur avantage numérique et nous, on n'a pas réussi à la mettre dedans à la fin durant notre supériorité numérique. On ne se mentira pas : il faudra profiter de nos chances demain (samedi). On a le dos acculé au mur. La saison n'est pas finie, on continuera de nous battre. »

Duel de gardiens

Pour une deuxième soirée consécutive, le portier Brendan Cregan s'est montré efficace devant la cage des siens en bloquant 33 des 35 tirs dirigés vers lui. Émilien Boily a aussi été excellent, accordant seulement un but sur 31 lancers.

« Je n'ai rien à reprocher à Brendan. Il joue avec confiance », clame Stéphane Julien.

« Boily a fait du bon travail devant le filet, Cregan aussi, estime Ducharme. On a vu plusieurs poteaux. Quand on a frappé la tige, la rondelle est revenue sur la palette de Castonguay. On fait notre chance, on a eu nos opportunités. Tout le monde est resté patient en respectant le plan et ce fut payant lorsqu'il restait cinq minutes à jouer. »

Reste à savoir qui se trouvera devant le filet du Phoenix samedi : Evan Fitzpatrick ou Brendan Cregan?

« Depuis qu'il est avec nous, Brendan fait un bon travail, observe le capitaine Hugo Roy. Il effectue de bonnes sorties, de gros arrêts et il nous donne du momentum. Quand je le vois devant le filet, je ne suis pas du tout nerveux. On a fait de bonnes choses aujourd'hui. Tout le monde est déçu, mais pas découragé. Ce n'est pas le temps d'avoir la tête basse. »

« On joue notre meilleur hockey ces temps-ci et il faut absolument gagner demain (samedi), rappelle Cregan. Après avoir accordé le premier but, j'ai tout fait pour donner une chance à notre équipe de gagner. On a encore la même confiance. C'était une question de détails ce soir et parfois, la rondelle vire du bon bord, d'autres fois non. »

Prise 2

Dominique Ducharme s'attend à une autre guerre de tranchées au Palais des sports :

« Le Phoenix sortira fort et jouera du hockey désespéré. On fait face à une équipe qui se bat pour sa survie. De notre côté, ce sera comme un match de séries durant lequel on souhaite aller chercher la quatrième et dernière victoire. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer