Un passage obligé, mais frustrant

À deux points d'une exclusion des séries, le... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

À deux points d'une exclusion des séries, le Phoenix admet que la saison s'annonçait difficile, mais refuse de baisser les bras.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Lorsque les joueurs du Phoenix regardent le classement de la LHJMQ, les Sherbrookois sont peu fiers. La 16e place occupée par les Oiseaux n'est pas du tout satisfaisante à leurs yeux. À deux points d'une exclusion des séries, le Phoenix admet que la saison s'annonçait difficile, mais refuse de baisser les bras. Le but : participer à la valse du printemps.

« Tout ce que l'on souhaite, c'est de faire les séries maintenant, indique Jason Imbeault. Ça nous met hors de nous quand on pense qu'il est possible que notre équipe rate les séries. C'est notre but ultime. On n'est pas inquiets. On est meilleurs que le Drakkar (17e au classement), on doit juste trouver la voie de la victoire. Des mauvaises séquences, ça arrive. »

Les quatre adversaires potentiels en séries actuellement? Les puissances du circuit : Saint-Jean, Rouyn-Noranda, Shawinigan et Charlottetown.

« Je ne pense pas vraiment à la possibilité d'être exclu, assure l'entraîneur Stéphane Julien. Ca ne m'inquiète plus ou moins. Ce sera serré jusqu'à la fin. Après tout, on se rapproche de la douzième place si on enchaîne deux ou trois victoires. Je refuse de mettre de la pression sur les gars pour collectionner les points. J'aime mieux me concentrer sur la préparation de mon équipe. On doit retrouver une certaine confiance et notre aplomb. On est malchanceux parce que plusieurs joueurs ont subi une blessure en même temps et on perd aussi les services de Yaroslav Alexeyev en plus. »

Le directeur général du Phoenix se dit également confiant.

« Personne ne sera content à l'interne si le Phoenix est exclu des séries, confie Jocelyn Thibault. Mais je ne suis toutefois pas inquiet. On ne se le cachera pas : on souhaitait donner de l'expérience aux jeunes et c'est ce que notre équipe a fait. On est compétitifs et on déteste perdre. Si je vois les jeunes travailler fort et perdre, je suis déçu, mais je sais que l'important est le processus qui nous mènera aux prochaines saisons. »

Bref, les Oiseaux ne s'attendaient pas à trôner au sommet du classement cette année.

« Il s'agit d'un passage obligé, renchérit Thibault. Je suis fier du talent qui a été ajouté cette saison au sein de notre équipe. Nos jeunes grandissent dans l'adversité. On met nos tripes sur la table pour redresser l'équipe et connaître du succès dans un futur rapproché. Il ne faut pas paniquer, mais on ne doit pas accepter la défaite pour autant. »

Un dur coup

Dans le cas d'une absence des Sherbrookois lors des éliminatoires, l'effet se ferait sentir jusque dans les coffres de l'organisation.

« Du point de vue économique, une présence en séries est importante pour une organisation, indique Jocelyn Thibault, également actionnaire de l'équipe. Je serais très surpris de ne pas voir notre équipe terminer parmi les 16 meilleures et je ne pense pas au fait que le Drakkar puisse nous rattraper malgré tout le respect que j'ai pour Baie-Comeau. Au contraire, je me concentre plutôt sur l'importance de rattraper les équipes qui sont devant nous. »

« On a la chance d'avoir du succès à la maison et on dispute plusieurs parties à domicile prochainement, rappelle Stéphane Julien. On doit en profiter. On ne veut pas penser au repêchage de l'an prochain. On ne veut pas finir au bas du classement pour avoir de meilleures chances à la loterie et ainsi repêcher le meilleur espoir disponible. On vise la victoire tout simplement. »

Rappelons que le Phoenix possède toujours son premier choix au prochain repêchage ainsi que la sélection de première ronde des Saguenéens de Chicoutimi. Sherbrooke n'a toutefois plus de droit de parole en deuxième ronde.

Les espoirs Alexis Lafrenière, Samuel Poulin ou Xavier Parent pourraient donc être la prochaine tête d'affiche des Oiseaux.

Encore à la recherche de buts

Au risque de le répéter, le Phoenix est à la recherche de buts et ne fait rien pour que le sujet disparaisse de la place publique.

« On le dit souvent, mais ça nous prendra des buts pour gagner mercredi soir contre les Remparts, et ce, surtout en avantage numérique. Contre les Tigres, on a raté plusieurs chances avec l'avantage d'un homme ou deux. C'est comme ça depuis quatre ou cinq matchs. Les joueurs sont trop statiques. On se passe moins la rondelle et on l'amène moins souvent au filet. Ça ne fonctionne plus du tout. En avantage numérique, il y a la structure et la créativité et on n'excelle pas dans ces deux sphères. »

Après avoir perdu huit de leurs dix derniers matchs, la confiance des Sherbrookois est ébranlée. Surtout à cause de la panne sèche offensive.

Pas fragile, jeune

« Mon équipe n'est pas fragile pour l'instant, soutient l'entraîneur. Mais on constate à quel point elle est jeune. Je ne peux pas demander de l'offensive à Evan Mackinnon, qui n'a pas un point depuis les Fêtes, à Félix Robert, qui était dans le collégial AAA il n'y a pas longtemps, à Nicolas Poulin, qui n'a même pas joué cinq parties. Et je ne peux pas en vouloir à Hugo Roy et Julien Pelletier, qui ont ralenti un peu. Ils ont tellement été utilisés. C'est normal qu'ils soient moins efficaces. »

Édouard Michaud et Patrice Demuy devraient être en uniforme mercredi soir. Michaud reviendra également à Sherbrooke vendredi et le Phoenix espère retrouver les services du jeune Evan MacKinnon. Dimanche, Dany Coulombe sera rappelé en compagnie de Demuy, une fois de plus. Rappelons que le défenseur du Phoenix Alexander Krief n'a toujours pas rejoint sa formation après avoir quitté l'équipe pour des raisons personnelles. Admissible au prochain repêchage de la LNH, Krief a fait la navette entre les gradins et la patinoire récemment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer