Le départ du dernier Mohican

Carl Neill (à droite) a été échangé mercredi aux...

Agrandir

Carl Neill (à droite) a été échangé mercredi aux Islanders de Charlottetown.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Il ne restait qu'un seul membre de la saison inaugurale du Phoenix. Cinq ans plus tard, l'organisation sherbrookoise ne compte plus de joueurs ayant pris part à la campagne 2012-2013, et ce, depuis le départ du capitaine Carl Neill, le dernier des Mohicans.

Échangé mercredi aux Islanders de Charlottetown contre des sélections de 8e ronde en 2018, 2e et 3e ronde en 2019 et 2e ronde en 2020, c'est avec beaucoup d'émotions que le défenseur de 20 ans a quitté le Palais des sports dans la nuit de mercredi à jeudi après la rencontre face à l'Océanic de Rimouski.

Derrière lui, Carl Neill laisse une ville qui demeurera une deuxième maison pour lui, une organisation qui l'a accueilli à bras ouverts, une famille de pension extraordinaire et surtout, des amis. Une tonne d'amis.

« Quand j'ai quitté le Palais, j'ai regardé le vestiaire pour une dernière fois en me disant que je devrai me rendre dans l'autre vestiaire, celui réservé aux visiteurs, lorsque nous affronterons le Phoenix le 21 janvier. Je n'ai rencontré que du bon monde à Sherbrooke. Ça fait spécial de partir », a lancé jeudi le numéro 32, alors qu'il roulait en direction de l'Île-du-Prince-Édouard.

De son propre aveu, il est impossible de nommer qu'un seul souvenir résumant son passage à Sherbrooke.

« Il y en a tellement! J'ai vécu de belles choses ici. Je me sentirai toujours comme chez moi à Sherbrooke. Ma famille de pension a été incroyable. Ils sont comme mes deuxièmes parents. Quand j'ai été repêché dans la LHJMQ, j'étais un jeune de 16 ans qui ne voulait pas aller à Val-d'Or. Lorsque j'ai appris que le Phoenix me voulait, j'étais vraiment heureux. L'organisation a tellement été bonne avec moi. »

Carl Neill se souviendra entre autres du directeur général Patrick Charbonneau comme celui qui lui a permis de vivre son rêve.

« L'entraîneur Judes Vallée et Patrick Charbonneau m'ont rapidement intégré dans la famille du Phoenix. Sherbrooke était l'endroit idéal pour moi afin de vivre l'expérience du hockey junior. J'ai pu étudier en anglais et effectuer des rencontres inoubliables tout en participant à la naissance et à la construction d'une nouvelle franchise », indique l'ancien capitaine des Oiseaux.

Un seul regret

En quittant la ville reine des Cantons-de-l'Est, Carl Neill admet qu'il aurait bien aimé offrir une conquête de championnat aux partisans, ou du moins, un beau parcours en séries éliminatoires.

« J'ai un seul regret. Nos amateurs auraient mérité un championnat. Mais ce n'est pas évident de construire une équipe d'expansion de A à Z. Je suis par contre convaincu que dans le futur, le Phoenix y parviendra. De bons jeunes sont à Sherbrooke et l'avenir est rose. Pour ma part, je devrai viser la conquête avec les Islanders. L'équipe s'est vraiment améliorée dernièrement et on a tout pour aller loin en séries », estime le défenseur de 20 ans, qui aura la chance de faire ses adieux à la foule dans un peu plus de deux semaines.

« Ça risque d'être assez émotif... », résume-t-il.

Simon Lefebvre est le nouvel attaquant du Phoenix.... (Spectre média, Jessica Garneau) - image 2.0

Agrandir

Simon Lefebvre est le nouvel attaquant du Phoenix.

Spectre média, Jessica Garneau

Du poids à l'attaque

Le jeune Simon Lefebvre avait le sourire facile jeudi après-midi après sa première séance d'entraînement au Palais des sports. L'attaquant de 17 ans se dit heureux de faire maintenant partie du Phoenix et compte bien saisir la chance que lui offre l'organisation sherbrookoise.

Après une première saison plus difficile à cause des nombreuses blessures, l'ancien Tigre de Victoriaville se dit prêt à relever le défi à Sherbrooke.

« Je suis super content, c'est un nouveau départ pour moi, a souligné celui qui a été échangé contre Chase Harwell mercredi. Les gars m'ont bien accueilli. Je n'ai pas le contrôle sur les transactions. Il faut s'y attendre dans le monde du hockey. Mais j'ai l'impression qu'une belle chance s'offre à moi. Je vais travailler fort et tenter de la saisir. »

Même dans le midget AAA, Lefebvre a été ennuyé par plusieurs blessures.

« Je n'ai pas été chanceux dans les dernières années. Mais je me présente à Sherbrooke en excellente forme et je touche du bois pour que ça reste comme ça. Je suis un gros bonhomme qui aime aller dans les coins et en avant du filet. J'estime que je suis un bon coéquipier. Je suis capable d'avoir beaucoup de plaisir tout en étant sérieux quand c'est le temps. Je suis intense sur la glace et c'est de cette façon que je me démarque. »

Le choix de deuxième ronde en 2015 ajoutera du poids à une offensive qui en avait grandement besoin.

« Le Phoenix tenait à se grossir à l'attaque et je compte bien m'impliquer physiquement », assure-t-il.

« Il aura l'occasion de se faire valoir, précise l'entraîneur Stéphane Julien. On l'évaluera dans les prochains jours, parce que personnellement, je ne le connais pas beaucoup. Avec ses 6'3'' et ses 200 livres, il devient l'un de nos plus gros attaquants et on aimait l'idée d'ajouter du poids à notre offensive. »

Stéphane Julien... (Spectre média, Jessica Garneau) - image 3.0

Agrandir

Stéphane Julien

Spectre média, Jessica Garneau

Un seul assistant... pour l'instant

Avec la blessure majeure à Olivier Schingh-Gomez et le départ de Chase Harwell et Carl Neill, le Phoenix ne compte plus qu'un seul joueur qui affiche une lettre sur son chandail : l'assistant-capitaine Julien Pelletier.

Sans capitaine depuis la transaction de Carl Neill, le Phoenix nommera trois autres assistants-capitaine et pourrait attendre avant de se choisir un nouveau leader qui arborera le C sur son uniforme.

« Est-ce qu'on nommera un capitaine plus tard cette saison ou seulement la saison prochaine, je ne sais pas encore. Je compte bien consulter l'équipe avant l'attribution des lettres », indique l'entraîneur Stéphane Julien.

Cette démarche est loin d'être la priorité du pilote sherbrookois.

« Une lettre sur un chandail, ça ne fait pas foi de tout, ajoute Julien. Il y a des joueurs qui peuvent donner un peu plus d'importance à ces lettres, mais à mes yeux, tout le monde peut être un leader à sa façon. Il y a les leaders silencieux, ceux qui se lèvent dans le vestiaire et ceux qui montrent leur leadership par leurs agissements et on n'est pas obligés d'avoir une lettre pour ça. On a qu'à regarder Thomas Grégoire, Hugo Roy ou Nicolas Poulin. »

Vendredi à Shawinigan, Julien Pelletier sera encore le seul à avoir un A sur son chandail.

« On avait qu'un seul assistant dans l'alignement à Rimouski, rappelle Kevin Gilbert. On a connu notre meilleur début de match et on a gagné! Ça ne veut rien dire pour nous. »

« Carl et Chase amenaient beaucoup de leadership dans notre équipe, avance Hugo Roy. Ce sera aux autres gars de se lever dans le vestiaire et de montrer leur leadership et du caractère. »

« La chimie est assez solide et je pense que malgré les dernières transactions, tout le monde se soutiendra et je ne suis pas inquiet pour la suite des choses. On devra s'adapter, mais tout se placera naturellement », croit Gilbert.

Un adversaire coriace

Les Cataractes ont brisé la séquence intéressante du Phoenix la semaine dernière et tenteront une fois de plus de ralentir l'élan des Oiseaux vendredi à Shawinigan.

« On se trouve sur une bonne lancée grâce à nos sept victoires en neuf parties. On a bien joué encore à Rimouski. On devra utiliser notre vitesse, être disciplinés et être partout sur la glace grâce à notre acharnement », clame Stéphane Julien.

Brendan Cregan pourrait disputer le match afin d'offrir un peu de repos à Evan Fitzpatrick en vue de la partie de samedi contre l'Océanic de Rimouski à Sherbrooke.

Partager

À lire aussi

  • Hugo Roy capitaine : un choix unanime

    Sports

    Hugo Roy capitaine : un choix unanime

    Le quatrième capitaine de l'histoire du Phoenix a été nommé mardi matin. Après Alexandre Comtois, Jonathan Deschamps et Carl Neill, Hugo Roy assumera... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer