Une victoire du Phoenix pour la nouvelle année

Sur ce jeu, il y avait beaucoup de... (Collaboration spéciale, Rémi Sénéchal Photographe)

Agrandir

Sur ce jeu, il y avait beaucoup de joueurs pour aider le gardien l'Océanic, mais la rondelle s'est quand même frayé un chemin jusque dans le filet au profit du Phoenix.

Collaboration spéciale, Rémi Sénéchal Photographe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Phoenix de Sherbrooke a amorcé 2017 de brillante façon mercredi soir en l'emportant 5-3 face à l'Océanic, à Rimouski. Les Sherbrookois remportaient ainsi une quatrième victoire à leurs cinq derniers matchs.

Une victoire d'autant plus méritoire que l'équipe avait échangé deux morceaux importants de son alignement plus tôt dans la journée (voir le texte Le Phoenix échange Neill et Harwell)

« C'est sûr que ça a donné un match particulier. Carl avait défait sa poche à l'aréna et il s'apprêtait à jouer quand il a appris la nouvelle. Ces deux gars-là faisaient partie de la famille quasiment depuis le jour 1. Il y avait de l'émotion », a confirmé l'entraîneur-chef Stéphane Julien.

« Mais on a très bien amorcé notre match et on a disputé l'une de nos meilleures premières périodes de toute la saison. À preuve, on a réussi 22 lancers et on en a accordé seulement deux. »

Le Phoenix a profité de cet engagement initial pour se forger une avance de 3-0 grâce à des réussites de Brock MacLeod (2e), Félix Robert (5e) et Yaroslav Alexeyev (14e).

Malgré un passage à vide en deuxième période, les joueurs de Stéphane Julien ont résisté à une poussée tardive des locaux et ils ont confirmé le gain en troisième avec des buts d'Alexander Krief (1er) et de Nicolas Roy (5e).

Le gardien Evan Fitpatrick a stoppé 31 des 34 lancers dirigés vers lui.

« On a pu obtenir des buts de gars qui ne marquent pas souvent, c'est un aspect satisfaisant. On aurait aussi pu mettre le match hors de portée en deuxième grâce à notre avantage numérique, mais on a manqué d'opportunisme. »

« C'est une bonne dose de confiance pour nos deux prochains matchs. Il y a des points à aller chercher, je crois qu'on peut finir entre les rangs 9 à 11 au classement à la fin de la saison. On veut améliorer notre sort », a conclu Stéphane Julien.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer