Julien a remis les pendules à l'heure

Les Sherbrookois devront éviter de prendre le Drakkar... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Les Sherbrookois devront éviter de prendre le Drakkar à la légère vendredi s'ils souhaitent signer un cinquième gain consécutif à la maison.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Après avoir connu trois revers sur la route la semaine dernière, l'entraîneur du Phoenix a tenu à rappeler ses joueurs à l'ordre. Sans parler d'entraînement punitif, Stéphane Julien n'a pas hésité mardi à meubler la séance d'exercices plus exigeants physiquement. Assez pour que les joueurs regagnent leur vestiaire avec un équipement détrempé.

« Je n'aime jamais faire ça, mais parfois c'est nécessaire, rappelle-t-il. On a remis les pendules à l'heure et notre directeur général m'appuyait là-dedans. Les gars ont travaillé fort mardi. Je demandais de l'intensité dans les bagarres à un contre un. Ils savent maintenant comment ils doivent se sentir après une partie. »

Malgré les trois revers en trois soirs dans les Maritimes, Julien convient que sa troupe n'a pas nécessairement mal joué.

« Mais on n'avait pas les allures d'une équipe qui est axée sur le travail et l'effort. C'est censé être notre identité et on l'a délaissée la semaine dernière », note l'instructeur.

Vendredi soir, le Drakkar sera en ville. Dernier au classement général, le club de Baie-Comeau est une proie facile à première vue.

« Le Drakkar est bien structuré, souligne Stéphane Julien. Avec Martin Bernard derrière le banc, on peut s'attendre à affronter une équipe qui sera prête à nous battre et ce que je veux surtout voir de notre côté, c'est un niveau de compétition élevé. »

Une cinquième de suite à domicile

Après avoir gagné ses quatre derniers matchs au Palais des sports, le Phoenix tentera d'en coller une cinquième face au Drakkar et peut-être même une sixième en accueillant les Voltigeurs de Drummondville samedi après-midi, une équipe qui possède seulement un point de plus au classement et ayant un match de plus de disputé.

« On doit bâtir sur notre séquence positive à la maison en espérant qu'elle se poursuive, clame Stéphane Julien. C'est tellement serré au classement et chaque point compte. Le mois de novembre est toujours plus difficile. La fatigue causée par l'école et le hockey s'accumule, les jeunes commencent à s'ennuyer de leur famille et c'est là qu'il est déjà possible de voir quelles sont les équipes plus solides. »

Plusieurs absents

Avec la participation du gardien Evan Fitzpatrick à la Super Série CIBC entre les formations canadiennes et les Russes, Justin Blanchette sera envoyé dans la mêlée vendredi.

« S'il avait joué mardi, on aurait réfléchi à la possibilité de faire jouer Evan vendredi, mais il disputera une partie jeudi à Baie-Comeau, la veille de notre rencontre », explique le pilote des Oiseaux.

En plus des autres éclopés connus depuis déjà quelque temps, Olivier Schingh-Gomez (haut du corps) et Brock McLeod manqueront à l'appel.

« Brock a été atteint d'une mononucléose et il a peut-être effectué un retour au jeu très rapide. Il était lui-même d'accord pour dire qu'il devait retrouver sa forme optimale et il devra passer par une période de conditionnement », précise Julien.

Deux joueurs locaux seront donc rappelés : Jacob Graveline des Cantonniers de Magog et Félix Robert des Cougars du Collège Champlain.

Notons aussi qu'il s'agira vendredi du match de soutien à la cause Noeudvembre. Des membres de l'association Procure seront présents pour vous permettre de vous procurer des noeuds papillon en soutien à la lutte contre le cancer de la prostate.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer