Le Phoenix marque cinq buts... et perd 9-5

L'entraîneur Stéphane Julien aurait aimé voir sa troupe... (David Chan Photography)

Agrandir

L'entraîneur Stéphane Julien aurait aimé voir sa troupe soutenir davantage le gardien du Phoenix Evan Fitzpatrick, qui disputait une partie devant ses proches à Halifax. Sur la photo, Nico Hischier a eu le dessus sur Fitzpatrick.

David Chan Photography

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Halifax) Un vrai match de fou durant lequel deux formations refusaient de laisser l'adversaire s'enfuir avec une avance considérable. Voilà ce à quoi les quelque 7000 amateurs présents au Scotiabank Centre ont eu droit vendredi lors de l'affrontement entre le Phoenix et les Mooseheads, qui s'est soldé par une victoire de 9 à 5 des locaux.

Si les nombreux revirements ont rendu le jeu excitant, ils ont aussi certainement donné des cheveux gris aux entraîneurs Stéphane Julien et André Tourigny.

Lors de 40 premières minutes, chaque fois qu'une équipe prenait l'avance et semblait vouloir contrôler la partie, son opposant répliquait aussitôt pour ainsi offrir tout un spectacle rempli de rebondissements. Le Phoenix s'est ensuite effondré au troisième engagement.

« Cette partie-là était bizarre, admet l'entraîneur sherbrookois Stéphane Julien. On a assisté à plusieurs erreurs individuelles en défensive. On récupérait la rondelle pour ensuite la redonner à l'adversaire. On était en retard sur le porteur du disque et tous nos défenseurs n'étaient pas à leur meilleur ce soir. »

Une avalanche de buts

Pas moins de sept buts ont été comptés lors du premier vingt. Anderson MacDonald a été le premier à ouvrir la marque grâce aux largesses du gardien Kevin Resop.

Cinq minutes plus tard, l'impressionnant Nico Hischier amorçait sa soirée de travail productive en déjouant Evan Fitzpatrick dans le haut du filet.

Marek Zachar a ensuite offert une avance aux siens en servant une tasse de café à Resop en échappée.

La réplique n'a pas tardé : Connor Moynihan et Hischier ont déjoué tour à tour le gardien sherbrookois. Et Julien Pelletier croyait bien avoir redonné confiance à sa troupe à quelques secondes de la fin de la première période, mais Keigan Goetz a ajouté un quatrième point au tableau pour Halifax alors qu'il restait à peine une seconde à jouer : 4 à 3 Mooseheads.

Le festival offensif était loin d'être terminé. Moynihan a accentué l'écart entre les deux clubs au milieu du second tiers et il ne fallait pas compter le Phoenix comme battu. Question d'ajouter encore un peu de piquant, Marek Zachar a réduit l'avance à un but lors de la dernière minute et Jason Imbeault a complété la remontée 13 secondes plus tard, peu avant de retraiter au vestiaire.

« Je croyais bien que notre équipe venait de retrouver son rythme grâce à ces deux buts rapides. C'est dommage parce que les Mooseheads sont une équipe que nous aurions dû battre », estime Julien.

Mauvaise fin de match

La marque était égale 5 à 5 jusqu'à ce que le premier choix au repêchage de 2016, Benoit-Olivier Groulx, s'en mêle en déjouant Fitzpatrick à deux reprises : 7 à 5 Mooseheads.

« Il faudra apprendre de nos erreurs et nous servir de cette défaite comme motivation sans nécessairement penser à la fatigue même si notre équipe dispute trois parties en trois soirs », a précisé Benjamin Tardif.

Le huitième but d'Halifax, le 13e accordé par Fitzpatrick en deux soirs, aura mis fin aux espoirs des Sherbrookois et au match du portier du Phoenix, remplacé par Justin Blanchette, qui a ensuite cédé en désavantage numérique devant Moynihan, auteur d'un tour du chapeau.

« Tout le monde voulait trop en faire à la fin et on est sortis du plan de match, croit Patrice Demuy. On a commis trop d'erreurs et on a accordé de mauvais buts à cause de ça. On devra apprendre de cette défaite et respecter davantage le plan la prochaine fois que ce genre de partie surviendra. »

« Fitzpatrick n'a pas connu un mauvais match sans être extraordinaire. Il était frustré à la fin. Il jouait à la maison devant ses proches. Il a volé quelques victoires depuis le début de la saison et j'aurais aimé voir ses coéquipiers lui rendre la monnaie en se battant pour lui davantage. J'espère maintenant que mes vétérans se lèveront contre les Sea Dogs à Saint-John demain soir (samedi) », conclut le pilote des Oiseaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer