En confiance dans les Maritimes

S'il y a un membre du Phoenix de... (La Tribune, Jerôme Gaudreau)

Agrandir

S'il y a un membre du Phoenix de Sherbrooke qui travaille fort lors d'un voyage de trois matchs en trois soirs dans les Maritimes, c'est le responsable de l'équipement Jean-Pierre Turcotte.

La Tribune, Jerôme Gaudreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Charlottetown) Grâce au succès obtenu à domicile à la suite des quatre victoires consécutives à la maison, c'est en confiance que le Phoenix amorce son premier voyage dans les Maritimes. Trois parties en autant de soirs : ce séjour à Charlottetown, Halifax et Saint John ne s'annonce pas de tout repos.

« On connaît du succès à domicile, mais on est contents d'effectuer ce voyage dans les Maritimes à ce moment-ci de la saison parce que c'est toujours mieux d'arriver là-bas en confiance, a admis l'entraîneur Stéphane Julien. Ce voyage sera très difficile. Nos trois prochains rivaux connaissent de bons moments et ce sera un excellent défi. On testera le caractère de nos gars en jouant trois parties en trois soirs sur la route. Il faudra bien gérer notre énergie durant le voyage. »

Le pilote des Oiseaux répète régulièrement que les joueurs du Phoenix sont soumis à de durs entraînements depuis le début de la saison. Cette excellente forme physique devrait être bénéfique durant ce voyage.

« La bonne condition physique est importante même au mois de novembre, rappelle-t-il. Certaines équipes peuvent déjà paraître fatiguées. C'est là qu'il est possible de voir la différence entre les joueurs en forme et ceux qui ne le sont pas. La récupération est aussi importante. On a tellement joué dans les dernières semaines que notre équipe n'a presque pas pratiquée. »

« C'est important d'avoir de l'endurance parce que ça nous permet de jouer avec intensité durant tout le match, note pour sa part le défenseur Alexander Krief. À la fin de la partie, on a encore de l'énergie et ça paraît. Comme lors des deux dernières prolongations, on réussit à aller chercher la victoire. C'est lors de ce genre de voyage que tous nos sacrifices rapporteront. »

Jeudi, le Phoenix affrontera les Islanders de Charlottetown. Vendredi, il se mesurera aux Mooseheads d'Halifax. Samedi, les Sherbrookois compléteront leur périple face aux Sea Dogs de Saint John.

« On fera beaucoup d'autobus et on joue contre trois bonnes équipes, mais avec le momentum établi et notre travail acharné, on pourrait aller chercher des points importants, estime Krief. Il suffit de garder notre jeu simple. Quand on affronte de bonnes équipes, ça ne sert à rien de nous compliquer la vie. »

Commencer du bon pied

L'entraîneur Stéphane Julien refuse de fixer des objectifs précis pour ce voyage.

« On n'a jamais établi de but à moyen ou long terme cette saison : on y va au jour le jour, admet l'instructeur. Du moins, on souhaite surtout gagner la première partie. Durant un voyage comme celui-ci, une victoire dès le départ donne toujours l'énergie pour continuer le voyage. Par expérience, le résultat est ensuite meilleur lors des parties suivantes. »

Et à quel type d'affrontement sommes-nous en droit de nous attendre lors de ce premier séjour dans l'est du Canada?

« Les Islanders possèdent beaucoup de punch à l'attaque, croit Julien. C'est ce qui leur permet de gagner des parties. La défensive est correcte, mais l'offensive est redoutable. Les Mooseheads ont un bon entraîneur en André Tourigny et ils sont capables de bien rivaliser. Ils possèdent de bonnes recrues. Ils ont la chance de pouvoir repêcher des joueurs qui font miroiter le fait qu'ils ne joueront pas dans la LHJMQ, mais qui aboutissent finalement à Halifax. Si notre club joue bien, on a des chances de gagner. »

Et les Sea Dogs eux?

« Malgré notre défaite de 5 à 3 à domicile contre eux plus tôt en saison, on avait joué un bon match, se souvient Julien. Les Sea Dogs profitent souvent de nos erreurs et physiquement, ils sont très forts. La fin du voyage sera exigeante contre eux. »

Le Phoenix tentera donc de poursuivre sa séquence victorieuse à Charlottetown dès jeudi.

« Je ne suis pas surpris par notre succès, avance Alexander Krief. Je m'attendais à ça étant donné que tout le monde travaille en équipe. On suit le plan de match. C'est d'ailleurs notre marque de commerce et on tient à la conserver. »

Macdonald de retour à la maison

Après avoir vécu l'expérience du Défi mondial des moins de 17 ans à Sault-Sainte-Marie en Ontario, Anderson Macdonald est de retour avec le Phoenix et participera à un premier voyage dans les Maritimes, sa terre natale.

Après l'élimination de l'équipe Canada Blanc lors du match pour la médaille de bronze contre la Russie, Macdonald se disait fier du travail accompli, lui qui a obtenu un peu plus de temps de glace que lors des premiers matchs du tournoi.

« Je me sens un peu fatigué, avoue la recrue sherbrookoise. J'ai finalement joué beaucoup de hockey durant les deux dernières semaines. J'ai travaillé fort. Mais ça fait du bien d'être de retour. Je suis content de voir le Phoenix connaître du succès. On surprend bien des gens et on doit continuer à fournir autant d'effort. »

Le jeune attaquant de 16 ans se dit excité à l'idée d'affronter les équipes de son coin de pays dans les prochains jours.

« Ce sera toutefois des parties comme les autres. Que j'affronte Blanville-Boisbriand ou Saint John, dans ma tête c'est la même chose : on doit gagner. Je refuse de m'appliquer une pression supplémentaire parce que ma famille et mes amis seront là, mais j'ai hâte bien entendu. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer