Le Phoenix s'écrase

Même s'il n'a pu inscrire son nom sur... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Même s'il n'a pu inscrire son nom sur la feuille de pointage, Jérémy Roy a eu le dessus sur son frère cadet Nicolas vendredi soir. L'ancien joueur du Phoenix a vaincu les Sherbrookois par la marque de 8 à 2 à son retour au Palais des sports.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les 2271 amateurs de hockey présents vendredi soir au Palais des sports s'attendaient à un bon duel de gardiens. Ils ont finalement eu droit à une « embarrassante » défaite de 8 à 2 du Phoenix contre l'Armada.

L'affrontement entre Evan Fitzpatrick et Samuel Montembeault n'a jamais eu lieu. En fait, même s'il était en santé, le gardien de l'heure dans la LHJMQ n'était même pas en uniforme pour la formation de Blainville-Boisbriand.

« Les entraîneurs ont voulu lui donner un repos et on a le luxe de pouvoir compter sur deux autres bons gardiens. C'est important de leur donner un peu d'expérience et Samuel a bien fait depuis le début de la saison », a expliqué son coéquipier Jérémy Roy, qui effectuait un retour devant ses anciens partisans.

Dès la deuxième minute de jeu, Fitzpatrick a cédé sur le premier tir de l'Armada en offrant un vrai cadeau à Alexandre Alain, auteur d'un tour du chapeau. Tout cela sur un tir sans angle.

Olivier Schingh-Gomez a par la suite répliqué en marquant contre son ancien club grâce à un tir de la ligne bleue.

« J'aurais espéré un résultat différent pour mon premier match contre l'Armada, a soutenu Schingh-Gomez, qui était suspendu lors des affrontements contre Blainville-Boisbriand plus tôt cette saison et durant le camp. Ce n'était pas facile pour nous ce soir. On ne s'est pas présentés. C'était un peu embarrassant. L'effort n'était pas là. L'Armada a travaillé plus fort que nous. »

Moins de 20 secondes plus tard, Alexandre Alain a compté son deuxième du match. Et à la suite du but de Marek Zachar, Jacob Stewart a vu sa soirée de travail se terminer après six lancers du côté de l'Armada.

Les deux formations retrouvaient alors leur vestiaire avec une marque de 2 à 2.

À la reprise du jeu, Fitzpatrick a flanché pour une troisième et dernière fois sur le 15e lancer de l'Armada. Le but de TJ Melancon a suffi pour user la patience de l'entraîneur du Phoenix Stéphane Julien, qui a aussitôt retiré son gardien au deuxième tiers.

« On sentait que Fitzpatrick ne connaissait pas sa meilleure partie, a confié Julien. Le premier but n'aurait pas dû être accordé. Tout ça a coupé les jambes de nos joueurs et en général, on a disputé notre pire partie de la saison : on n'a pas travaillé, on était deuxième sur la rondelle, on ne lançait pas, on n'a pas respecté le plan de match et on courrait partout. C'était une catastrophe. »

Six buts sans réplique

Soudainement, le duel de gardien opposait Justin Blanchette à Francis Leclerc.

« Ce n'est pas la faute de Fitzpatrick. Il s'agit d'une défaite d'équipe et personne n'a bien joué », a L'Armada a marqué six buts sans réplique en incluant le but de Melancon : Thomas Éthier, Anthony Poulin, Melancon, Alain et Maxime Collin ont ensuite tour à tour déjoué Justin Blanchette. Ce dernier a réalisé 23 arrêts sur 28 lancers.

« On a pratiqué notre style de jeu et on a exécuté le plan de match, a confié Jérémy Roy, qui n'a pu récolter de point malgré les huit buts marqués. J'ai trouvé ça spécial de me retrouver dans un autre uniforme au Palais des sports, mais après les deux premières minutes de la période de réchauffement je me sentais déjà mieux. »

Alexandre Alain a terminé la rencontre avec cinq points. La recrue du Phoenix Anderson Macdonald a quant à lui connu son pire match dans la LHJMQ en concluant la partie avec un différentiel de moins-6. Le capitaine Carl Neill a aussi vu un différentiel de moins-5 s'ajouter à ses statistiques personnelles.

« Notre exécution était mauvaise, on ne faisait pas attention aux détails et on semblait avoir peur le long des bandes, a constaté le capitaine. Pourtant, on est réputés pour former une équipe qui travaille et qui n'a pas peur de se salir le nez. Ce soir, ce n'était pas le cas. Ce qui est agréable dans le monde du hockey, c'est qu'il est possible de se reprendre dès le lendemain. On tentera de faire tout le contraire contre les Remparts (NDLR: samedi à 16 h au Palais des sports). »

Notons que Julien Pelletier a été expulsé de la rencontre pour avoir enlevé le casque de Charlie Roy lors d'une bagarre gagnée par le Sherbrookois en première période. Yaroslav Alexeyev est ensuite tombé au combat lors du dernier vingt.

« Il s'agit de deux gros morceaux », conclut Neill.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer