Duel de gardiens en faveur des Cataractes

Le gardien des Cataractes de Shawinigan Mikhail Denisov... (Spectre média, Julien Chamberland)

Agrandir

Le gardien des Cataractes de Shawinigan Mikhail Denisov a été fort occupé au Palais des sports dimanche. Le portier a fait face à 48 lancers et permis à son équipe de battre le Phoenix 3-2 en fusillade.

Spectre média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Malgré une défaite de 3 à 2 en fusillade contre Shawinigan, aucun partisan du Phoenix n'a semblé quitter le Palais des sports déçu du spectacle offert dimanche après-midi. Mais une fois de plus, les Sherbrookois ont laissé filer une avance, s'inclinant ainsi pour une troisième fois consécutive.

« Je ne peux pas sortir d'ici en étant déçu de ma troupe, a assuré l'entraîneur Stéphane Julien. On affronte d'excellentes équipes en début de saison. Je veux voir mon club travailler fort et avoir une bonne attitude. Comparativement à vendredi, mes joueurs ont vraiment tout donné cette fois. »

On a eu droit à toute une prestation de la part des deux gardiens en action. Pas moins de 90 tirs ont été effectués au total : 48 pour le Phoenix, 42 pour les Cataractes.

C'est toutefois Mikhail Denisov qui est sorti gagnant de son duel de gardiens malgré la brillante prestation de son homologue Evan Fitzpatrick.

Si Fitzpatrick a particulièrement bien fait durant les 60 minutes réglementaires, Denisov a pour sa part multiplié les arrêts en prolongation. Le Phoenix a d'ailleurs obtenu trois échappées lors des cinq minutes additionnelles. Chaque fois, les hommes de Stéphane Julien n'ont pu enfoncer le dernier clou dans le cercueil des Cataractes.

« On aurait pu aller chercher facilement les deux points en prolongation, estime Julien. Les deux gardiens ont été excellents. Fitzpatrick a fait les arrêts-clefs. Il a bien rebondi après une performance moyenne. Il était frustré de ne pas avoir gagné en fusillade. Il était en confiance et a fait preuve de caractère. »

« Le nombre de tirs n'a pas d'importance pour moi, confie Fitzpatrick. Peu importe le nombre d'arrêts, si on ne gagne pas je suis déçu et je dois faire encore mieux. »

Match spectaculaire

Tout le monde était assis sur le bout de son siège en fin de rencontre et pourtant, les deux formations avaient offert un jeu décousu en première période. Rien ne laissait présager après le premier tiers que cette partie deviendrait soudainement excitante.

Les Oiseaux ont été les premiers à marquer. Julien Pelletier n'a pas perdu de temps pour offrir un coussin d'un but à sa troupe.

Après cinq minutes de jeu, le Phoenix menait donc 1-0. Une avance qu'il n'a pas été capable de conserver.

« C'est difficile à expliquer, admet le vétéran Patrice Demuy. Est-ce que c'est la fatigue ou le hasard, je ne le sais pas. Il n'y a pas de panique sur ce point de notre part. Honnêtement, je pense qu'on ne mérite pas toujours de perdre cette avance. »

La même histoire se répète effectivement depuis le début de la campagne. Pour une quatrième fois de suite, les Sherbrookois ont été les premiers à faire bouger les cordages, mais ont ensuite vu l'adversaire revenir de l'arrière. En fait, il n'y a qu'à Rouyn-Noranda lors du premier match que le Phoenix a pu limiter les dégâts en empochant sa seule et unique victoire jusqu'à présent.

Punition discutable

Dès les premières minutes du second vingt, Tommy Lemay s'est chargé de remettre son équipe dans le match en déviant un tir devant Fitzpatrick.

Il aura fallu un appel discutable de la part de l'officiel en troisième période pour que les Cataractes prennent les devants. Lors d'une sortie téméraire de Denisov, Chase Harwell s'est dirigé vers la rondelle avant d'être poussé sur le gardien par le défenseur adverse. Jugeant que l'attaquant du Phoenix n'a jamais freiné son élan en direction du cerbère, l'arbitre a puni Harwell ce qui a mené au deuxième but de la rencontre de Lemay.

Hugo Roy a cependant profité d'une rondelle laissée seule devant le portier des Cats pour niveler la marque. Sur la séquence, Yann-Félix Lapointe a récolté son premier point dans le junior et Anderson MacDonald a inscrit son nom au sommaire pour une quatrième fois en autant d'occasions.

« Les points sont des bonus pour moi, souligne Lapointe. Je suis content, mais je ne suis pas le genre de joueur qui regarde sa fiche personnelle. »

La prolongation a par la suite été l'affaire des gardiens et en fusillade, Yaroslav Alexeyev a réalisé toute une pièce de jeu, mais Dennis Yan et Tommy Lemay, encore lui, ont déjoué tour à tour Fitzpatrick.

Le résultat : le Phoenix n'a obtenu qu'un seul point sur une possibilité de quatre lors de son week-end d'ouverture.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer