Les partisans demeurent fidèles malgré tout

Malgré les insuccès du Phoenix lors des dernières... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Malgré les insuccès du Phoenix lors des dernières saisons, la vente de billets de saison va bon train.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Même si le Phoenix n'a pas encore gagné une seule ronde en séries éliminatoires et que la formation sherbrookoise n'a jamais terminé dans le top-5 de la LHJMQ en quatre ans, les partisans semblent encore fidèles.

La vente de billets de saison va bon train selon la directrice des opérations du Phoenix, Sylvie Fortier :

« Les détenteurs qui n'ont pas renouvellé leur abonnement ont été remplacés par de nouveaux. Au total, les chiffres de cette saison et ceux des années antérieures sont semblables. On vend d'ailleurs encore des billets de saison à de nouveaux partisans à quelques jours du lancement de la saison. Le concept du carnet de billets Flex est aussi très apprécié par les entreprises et les particuliers. Les gens ne peuvent pas toujours assister aux 34 matchs et aiment avoir en leur possession des billets qui sont valides pour toutes les parties. Ils peuvent donc choisir leur soirée. »

Il faut avouer que les membres de l'organisation ne restent pas assis les bras croisés.

« Au deuxième étage, on a fait des changements majeurs, précise Mme Fortier. Isabelle Perron a été engagée afin d'alimenter davantage les médias sociaux et pour être présente à l'extérieur du Palais aussi, pas seulement à l'animation. Le nouveau Club des Ambassadeurs a aussi été très populaire. Les entreprises peuvent acheter des billets et les remettre à organismes ou des gens plus défavorisés, âgés ou malades. On a plusieurs forfaits aussi pour les étudiants les vendredis ou les enfants les samedis ou les dimanches. Les mardis, mercredis et jeudis, nos promotions visent les aînés. »

Et pour ce qui est des loges?

« À 80 %, on accueillera les mêmes personnes dans les loges. Elles seront encore pleines. Il ne nous reste que les deux nouvelles galeries à vendre », explique Sylvie Fortier, tout en souhaitant également attirer les gens établis en périphérie de Sherbrooke, comme Magog, Coaticook, etc.

Un vent de changement

Malgré les insuccès du Phoenix depuis sa naissance, les amateurs refusent de laisser tomber la concession selon Sylvie Fortier :

« Les gens perçoivent le vent de changement. Ils ne s'attendent peut-être pas à gagner la Coupe du Président cette année, mais ils veulent voir une équipe combattive. Ils souhaitent sortir du Palais des sports et voir que leurs joueurs ont tout donné et travaillé fort, et ce, même après une défaite. »

Le slogan cette année : « Le Phoenix, j'y crois ».

« Avec quelques victoires dès le départ, ça pourrait attirer plus de monde dans le Palais des sports. Mais on ne se fie pas seulement aux résultats pour séduire les partisans. On veut créer un événement autour des parties et offrir une belle expérience aux amateurs. Jocelyn Thibault et Stéphane Julien sont très proches et partagent la même mentalité. Je crois qu'ils ont fait un bon travail pour mettre sur la glace un alignement intéressant pour les partisans. L'effort est le mot d'ordre. Je suis certaine que le Phoenix sera une équipe intense qui gagnera le coeur de ses partisans. »

Le nouveau défenseur vétéran du Phoenix Olivier Schingh-Gomez... (La Tribune, Jérôme Gaudreau) - image 2.0

Agrandir

Le nouveau défenseur vétéran du Phoenix Olivier Schingh-Gomez s'est rapidement fait des amis à Sherbrooke. -

La Tribune, Jérôme Gaudreau

Intégration rapide pour Schingh-Gomez

Olivier Schingh-Gomez sait comment se faire apprécier par ses coéquipiers. Le nouveau défenseur du Phoenix n'a pas perdu de temps avant de se faire des amis au sein de sa nouvelle équipe en se portant à la défense de Nicolas Poulin samedi dernier à Mont-Laurier.

Après avoir disputé 65 matchs en trois saisons avec l'Armada de Blainville-Boisbriand, Schingh-Gomez entreprend un nouveau départ avec le Phoenix. Et on peut dire qu'il a entamé l'expérience sherbrookoise du bon pied.

« J'ai demandé une transaction et j'avais un penchant pour Sherbrooke. Je connais quelques joueurs ici comme Carl Neill et Julien Pelletier, j'avais parlé au directeur général Jocelyn Thibault l'an passé et je suis vraiment content d'être ici », avance le vétéran.

Schingh-Gomez a pris tous les moyens pour devenir un joueur régulier au sein d'une équipe de la LHJMQ. Son entraîneur Stéphane Julien estime qu'il s'est présenté au camp d'entraînement dans une forme digne d'un athlète olympique.

« J'ai pris mon été au sérieux pour mettre toutes les chances de mon côté. J'ai déjà 19 ans. Le temps passe vite. Je veux adopter une bonne attitude chaque jour et aider les plus jeunes. À ma troisième saison, j'ai pris du recul en quittant l'Armada pour jouer avec les Cobras de Terrebonne dans le junior AAA. Je savais que je pouvais jouer dans le junior majeur et Sherbrooke me donnait l'occasion de montrer ce que je sais faire. »

Le défenseur devra toutefois attendre un peu avant d'étaler tout son talent puisqu'il a été suspendu pour une durée de neuf parties après être sorti du banc pendant le jeu et s'être dirigé vers David Henley pour entreprendre le combat afin de venger son coéquipier Nicolas Poulin, blessé au genou à la suite d'un coup illégal du joueur des Foreurs de Val-d'Or.

Après le combat, Olivier Schingh-Gomez a également lancé des menaces verbales inappropriées envers son adversaire.

Même si sa réaction a été sévèrement punie par la LHJMQ, les coéquipiers de Schingh-Gomez ont tous applaudi sa réponse. Une belle façon de profiter de la deuxième chance qu'il obtient dans la LHJMQ.

« Le geste de Henley était inacceptable. On ne peut pas sortir le genou de cette façon sur l'un de nos joueurs. Je pensais sincèrement que Thomas Grégoire venait changer lorsque je suis allé sur la glace. Je ne pensais pas me faire suspendre sur le coup », précise-t-il.

Là pour défendre ses coéquipiers

Avec le retour au jeu de Chase Harwell et Jack Kilgour ainsi que la venue de Schingh-Gomez, Stéphane Julien s'est permis de remercier le pugiliste Trevor Stacey.

« Ça faisait seulement deux semaines que je connaissais Trevor, mais j'avais déjà compris qu'il était très respecté dans la chambre, souligne Schingh-Gomez. Il amenait une certaine énergie et j'aime aussi jouer de cette façon. Je ne suis pas ici pour me battre, mais je serai toujours là pour défendre mes coéquipiers. Les autres auraient fait la même chose pour moi. Je suis un joueur robuste. Je ne vais jamais reculer devant un adversaire et je suis capable de le faire sans mettre mon équipe dans le pétrin habituellement. »

Le joueur du Phoenix semble prêt à tout pour conserver son poste de régulier cette fois dans la LHJMQ. Mais son plus grand voeu concerne le succès de sa nouvelle formation.

« Ce que je souhaite le plus, c'est que l'équipe gagne, affirme-t-il. On pourrait certainement causer des surprises cette saison. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer