Le Phoenix dans le rôle de négligé

L'entraîneur-chef du Phoenix de Sherbrooke, Stéphane Julien, croit... (Archives, La Tribune)

Agrandir

L'entraîneur-chef du Phoenix de Sherbrooke, Stéphane Julien, croit au potentiel de son équipe contrairement à ce que certains experts prétendent.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Comparativement à la saison dernière, c'est le jour et la nuit. Placé parmi les favoris en 2015-2016, le Phoenix se trouve cette fois dans le rôle de négligé.

« C'est certain que personne ne nous met dans le groupe des prétendants au titre », souligne l'entraîneur Stéphane Julien, bien à l'aise avec la situation.

De nombreux experts considèrent que la formation sherbrookoise devra se battre pour une place en séries. Une prédiction que les membres de l'organisation ne partagent pas nécessairement. Rappelons que les 16 meilleures équipes sur 18 prendront part aux éliminatoires.

Sans rêver au sommet du classement, le Phoenix estime qu'il est possible de surprendre la planète LHJMQ.

« On a un bon groupe de jeunes entre les mains. Il suffit maintenant de travailler tous ensemble », avance Julien.

Chose sûre, le gardien de but Evan Fitzpatrick aura un grand rôle à jouer afin de limiter les dégâts et offrir une chance à son club de gagner.

« Fitzpatrick devra être l'un de nos meilleurs joueurs chaque soir », résume le pilote des Oiseaux.

Le Phoenix n'est pas considéré comme une machine offensive cette saison. Avec le départ de Daniel Audette, Guillaume Gauthier, Kay Schweri et Jérémy Roy, d'autres devront prendre la relève estime Stéphane Julien.

« On pourra compter sur deux bonnes premières lignes et sur une belle profondeur sur nos deux derniers trios. On veut être reconnus pour notre rapidité. Si les deux Européens s'inscrivent à la marque régulièrement avec nos autres piliers offensifs et qu'il y a des étincelles sur notre avantage numérique, on devrait pouvoir marquer suffisamment de buts pour gagner nos parties. Notre mot d'ordre est cependant de prendre un match à la fois et de tout réévaluer au quotidien », précise Stéphane Julien.

Les efforts de Benjamin Tardif récompensé

Le Phoenix aime le crier sur tous les toits. Cette saison, l'organisation misera sur l'effort afin de gagner des parties. Et elle a retenu des joueurs qui semblent prêts à payer le prix pour aider l'équipe à obtenir du succès. Comme la recrue Benjamin Tardif.

Le jeune attaquant de 16 ans cadrait parfaitement dans les nouvelles orientations du Phoenix. Voilà pourquoi l'entraîneur Stéphane Julien n'a jamais hésité à retenir ses services.

« Les dépisteurs nous avaient vendu Benjamin comme étant un joueur qui a toujours la pédale au fond et qui donne de bonnes mises en échec. C'est exactement ce qu'on a vu durant le camp », indique le pilote sherbrookois.

« J'avais un poste à gagner et rien n'était acquis, croit Benjamin Tardif. Je devais montrer ce que je peux faire. Je pense bien y être parvenu. Je me considère comme un joueur d'énergie qui termine ses mises en échec. Je peux amener une contribution offensive tout en étant responsable défensivement. Je crois être bon dans les trois zones et c'est probablement ce qui m'a valu un poste à mon premier camp. »

« Je pense qu'il sous-estime encore son talent offensif, renchérit Stéphane Julien, parce qu'il a un bon coup de patin et peut obtenir sa part de points. »

Le meilleur endroit pour apprendre

Deux semaines après son arrivée avec la formation, Benjamin Tardif estime que son intégration s'est bien déroulée.

« Le camp des recrues et les trois parties préparatoires disputées jusqu'à maintenant m'ont aidé à m'adapter, a indiqué celui qui a marqué un but contre les Foreurs de Val-d'Or samedi dernier à Mont-Laurier. J'ai aimé le défi d'affronter l'Armada de Blainville-Boisbriand, puisque c'est une équipe qui frappe beaucoup, et j'étais heureux de gagner contre les Foreurs. Je me concentre pas beaucoup sur mes statistiques personnelles. Mon objectif est toujours d'offrir le meilleur de moi-même et le reste suivra. »

Tardif se dit bien conscient qu'il a encore beaucoup à apprendre. Puis, c'est dans la LHJMQ qu'il estime pouvoir se développer plus rapidement afin de devenir un joueur d'impact chez le Phoenix.

« Je veux prendre exemple sur les vétérans. Je vais accepter le rôle qu'on m'offrira et je travaillerai fort pour obtenir un plus grand rôle. En ayant un poste de joueur de soutien, je dois amener encore plus d'énergie au club. J'ai appris que le Phoenix avait une bonne équipe sur papier la saison passée, mais que l'effort n'était pas toujours au rendez-vous. Cette fois, on fera en sorte de changer notre philosophie en espérant gagner davantage. Si tout le monde adopte cette philosophie et travaille fort, on peut connaître du succès. »

Un rang de sélection insignifiant

Alors que plusieurs équipes de la LHJMQ ne retiennent pas leurs joueurs de première ou deuxième ronde, comme à Victoriaville et Saint John entre autres, le Phoenix n'hésite pas à offrir une chance à la relève.

« On avait des postes disponibles pour les plus jeunes à Sherbrooke, mentionne Stéphane Julien. Le rang de sélection ne veut parfois rien dire. On a peut-être gardé nos joueurs repêchés dans les deux premières rondes, mais on a préféré garder Yann-Félix Lapointe, sélectionné au 11e tour, plutôt que le défenseur Olivier Crête-Belzile, sélectionné au 3e tour, parce que Yann-Félix Lapointe a connu un meilleur camp. »

« Le rang de sélection n'a pas beaucoup d'importance à mes yeux, précise Benjamin Tardif, qui est passé à six petites sélections d'être repêché en première ronde. Ce qui est essentiel, c'est de connaître un bon camp et de convaincre les entraîneurs qu'on peut se développer rapidement. »

Grâce à l'effort fourni, l'ancien membre des Grenadiers de Châteauguay vit aujourd'hui son rêve :

« Durant l'été, mon objectif numéro un était de faire partie du Phoenix de Sherbrooke. Je me suis entraîné fort pour atteindre mon but. Je suis fier de représenter une équipe de la LHJMQ, parce que lorsque j'étais plus jeune, je suivais les activités de la ligue et je trouvais que les joueurs étaient bons. Maintenant c'est moi qui me trouve sur la glace! » s'exclame le petit attaquant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer