Des vétérans sur la sellette chez le Phoenix

Le Phoenix a lancé son camp d'entraînement principal... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Le Phoenix a lancé son camp d'entraînement principal lundi au Palais des sports, ce qui a permi aux recrues de se mêler aux vétérans après leur séjour de trois jours à Rockland en Ontario.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) C'était jour de rentrée lundi matin chez le Phoenix de Sherbrooke. Après avoir participé à un camp de trois jours à Rockland en Ontario, les recrues ont pu se mesurer aux vétérans en espérant prendre la place de certains d'entre eux.

Il y a de nombreux appelés, mais il y aura peu d'élus. Les postes disponibles chez les Oiseaux sont plutôt rares. Ce qui n'empêche pas l'entraîneur Stéphane Julien de lancer un sérieux avertissement à certains vétérans qui se trouvent sur la sellette.

« Il y a des vétérans qui n'ont pas de poste assuré présentement au sein de notre équipe : des défenseurs comme des attaquants, explique celui qui pilote un premier camp d'entraînement à titre d'entraîneur-chef. Il y a des recrues que nous avons bien aimées durant le tournoi la fin de semaine dernière. On devra prendre de grosses décisions d'ici vendredi. Malheureusement, le camp ne dure que trois ou quatre jours. Si certains ne sont pas prêts à commencer la saison, on prendra ceux qui le sont et qui partagent la même mentalité que celle de l'organisation. »

Beaucoup à prouver

À première vue, aucun poste ne semble disponible à la ligne bleue avec le retour de Carl Neill, Julien Bahl, Thomas Grégoire et Skylar Strumas ainsi que l'arrivée d'Olivier Schingh-Gomez et l'ajout d'Alexander Krief. Mais Julien prétend le contraire.

On pourrait donc croire que le géant Matt Sartoris et l'expérimenté Skylar Strumas, tout comme le jeune Alexander Krief, ont encore beaucoup à prouver. Les recrues Yann-Félix Lapointe, Olivier Crête-Belzile et Vincent Lampron seraient de bons candidats pour prendre la relève.

« Il y a un poste ou deux à combler en défense et peut-être trois à l'attaque qui peuvent être occupés par des jeunes. Tout le monde sait que le Phoenix souhaite repartir sur de nouvelles bases et on prendra les meilleurs qui souhaitent tout donner pour l'équipe », annonce Stéphane Julien, heureux de ce qu'il a pu voir chez certains nouveaux vétérans.

« Olivier Schingh-Gomez se trouve dans une forme olympique, poursuit l'entraîneur. Il a travaillé sérieusement sur sa condition physique cet été et souhaite profiter de la deuxième chance qu'il obtient après un passage avec l'Armada de Blainville-Boisbriand. Il a du leadership et pourrait combler une lacune en défensive en jouant de façon robuste. S'il a une bonne attitude, il deviendra une bonne acquisition pour nous. Pour ce qui est d'Alexander Krief, on ne le connaît pas beaucoup, mais il possède tous les outils pour avoir du succès. En plus, c'est son année de repêchage dans la LNH. Offensivement, on va l'apprécier et il doit améliorer l'aspect défensif de son jeu. »

À l'attaque, le Phoenix comptera principalement sur Nicolas Poulin, Julien Pelletier, Kevin Gilbert ainsi que les nouveaux Européens Yaroslav Alexeyev et Marek Zachar pour remplir le filet.

« On a été clairs à la fin de la dernière saison. Si on ne voit pas de progression chez certains vétérans qui n'ont pas eu beaucoup de temps de glace l'an dernier, on va passer à un autre appel. Qu'ils aient été repêchés lors des premières rondes ou non. »

Logan Johnston, Trevor Stacey et Jason Imbeault devront donc redoubler d'ardeur afin de conserver leur titre de joueur régulier chez les Sherbrookois.

« Les vétérans, on ne veut pas les laisser dans les gradins. Ils doivent donc nous prouver qu'ils sont déterminés et qu'ils souhaitent être des réguliers au sein de l'équipe. Sinon, on aime mieux développer un jeune qui a le couteau entre les dents », estime Stéphane Julien.

Finalement, sa plus belle surprise après une seule journée de camp?

« Le Tchèque Marek Zachar m'a bien impressionné. Il ne se plaindra pas de son temps de glace cette saison s'il continue de bien jouer comme ça », termine Stéphane Julien.

Brock McLeod surprend

Repêché au 66e rang en 2015 par le Phoenix, Brock McLeod est à Sherbrooke avec l'intention d'y rester. Cette fois, pas question de quitter le camp après deux jours dans le but de conserver l'option d'évoluer pour un collège américain.

Le meilleur joueur sherbrookois lors du camp des recrues prend d'ailleurs tous les moyens pour atteindre son but, celui de jouer dans la LHJMQ.

Grâce à ses six points, le choix de quatrième ronde des Oiseaux a terminé le camp des recrues au deuxième rang des meilleurs pointeurs de la ligue et en a fait assez pour impressionner les entraîneurs sherbrookois.

Contacté par le directeur général Jocelyn Thibault au milieu de la dernière saison, McLeod s'est laissé convaincre.

« Je visais les États-Unis, mais j'ai compris que la LHJMQ et le Phoenix étaient la meilleure option pour moi. J'ai toujours suivi les Mooseheads d'Halifax et je veux jouer dans ce circuit. Je suis content d'être ici et mon but est de me tailler un poste à Sherbrooke », admet l'attaquant.

McLeod a connu toute une saison avec l'équipe midget de Darmouth en Nouvelle-Écosse, allant jusqu'à participer à la Coupe Telus. Malgré les insuccès de son club lors du tournoi national, il a tout de même amassé huit points en cinq parties.

« Je suis capable de fabriquer des jeux et de marquer, note le joueur des Maritimes. Je peux jouer un rôle offensif sur les premiers trios ou même être responsable défensivement sur les trios de soutien. Je vais accepter le rôle qu'on m'offre. C'est un rêve de jouer ici et je suis entouré de bonnes personnes. Si je reste, je pense qu'on aura beaucoup de plaisir tout en connaissant du succès. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer