Anderson MacDonald : la prochaine tête d'affiche

Thomas Grégoire, Carl Neill, Hugo Roy et Julien... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Thomas Grégoire, Carl Neill, Hugo Roy et Julien Bahl ont accueilli la recrue Anderson MacDonald (au centre) vendredi à l'occasion du tournoi de golf du Phoenix.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Phoenix croit beaucoup en Anderson MacDonald. Jusqu'à penser que le choix de première ronde de l'organisation sherbrookoise deviendra la prochaine tête d'affiche du club.

L'état-major des Oiseaux imagine déjà le jeune ailier gauche réaliser de grandes choses. On le considère d'ailleurs comme une sélection au repêchage 2018 de la LNH.

Le recruteur-chef du Phoenix a déjà vu MacDonald jouer une dizaine de parties dans le midget AAA au Nouveau-Brunswick. Rapidement, Alain Préfontaine est devenu un fan.

« Il a des mains rapides, il est très imposant, il possède un bon coup de patin même si ce n'est pas sa force, mais par-dessus tout, il a un excellent lancer. Ce sera sa marque de commerce ici à Sherbrooke. À 16 ans, il mesure déjà 6'2 et pèse 204 livres. Il a le talent pour se retrouver sur l'un des deux premiers trios », estime l'éclaireur.

Dans l'uniforme des Dino's de Saint John, MacDonald attirait l'attention de ses adversaires. Malgré tout, il a réussi à mener les siens jusqu'à la Coupe Telus, le championnat canadien du midget AAA.

« Il n'avait pas une excellente équipe, mais grâce à lui, elle a terminé au deuxième rang au Canada! Ce n'est pas pour rien que nous l'avions au quatrième rang sur notre liste des meilleurs espoirs. Mais sachant qu'il ne voulait pas aller à Baie-Comeau et que le Drakkar parlait trois fois avant nous, on a pris la chance de reculer au dixième rang avec une transaction et ce fut payant! » ajoute Préfontaine.

Jocelyn Thibault le voit aussi dans sa soupe. Après la séance de repêchage de samedi à Charlottetown, le directeur général jubilait.

« On l'a suivi durant toute l'année et on est contents d'ajouter à notre équipe un marqueur naturel avec un aussi gros gabarit. On hésitait entre certains joueurs, mais en vérité, on revenait toujours à Anderson MacDonald. Surtout parce qu'il est imposant, qu'il aime se promener dans le trafic et qu'il peut marquer des buts. Ce n'est pas compliqué : il possède un tir digne des professionnels », raconte Thibault.

Prêt à surmonter le défi

Même s'il refuse de s'appliquer une pression inutile sur les épaules, Anderson MacDonald espère faire bonne impression à sa première saison dans la LHJMQ.

« J'aime le défi qui s'offre à moi. Je dois améliorer chaque aspect de mon jeu pour atteindre le niveau espéré. J'ai gagné en confiance l'an dernier en atteignant la finale de la Coupe Telus midget AAA. Je vais pouvoir compter sur d'excellents entraîneurs avec le Phoenix et je serai entouré de bons leaders », rappelle le dixième choix de l'encan 2016.

Malgré une opération pour une appendicite et une participation aux Jeux olympiques de la jeunesse à Lillehammer, MacDonald a réussi à obtenir 38 points en 26 parties avec les Vito's pour ainsi devenir l'un des meilleurs pointeurs de la formation. En fait, il a toujours été le meilleur de son équipe.

« J'ai commencé à jouer au hockey à trois ans. Mon père jouait avec moi et par la suite, j'allais me pratiquer à la patinoire extérieure. Mon père me donnait des trucs parce qu'il avait tout de même de bonnes habiletés. Dès le départ, j'étais meilleur que les autres surtout parce que j'étais plus gros déjà à cet âge. Mais j'ai rapidement su que j'avais du talent parce que j'étais toujours surclassé lors des premières années. J'ai ensuite intégré l'équipe pee-wee AA, bantam AA et midget AAA. »

Et que souhaite-t-il accomplir à sa première saison à Sherbrooke?

« Je veux seulement bien m'intégrer avec le Phoenix, aider le club à connaître du succès et obtenir ma part de temps de jeu. Pour ça, je devrai accumuler des points. Je suis un peu nerveux à l'approche de ma première saison, mais c'est normal. Je compte arriver bien préparé au camp afin de ne pas rater ma chance! » assure l'attaquant de 16 ans.

Le capitaine de retour

Bonne nouvelle pour le Phoenix : tout indique que le capitaine Carl Neill sera de retour avec l'équipe. Et s'il y a bien un joueur qui désire enfin connaître du succès cette saison, c'est lui.

Dès le jour 1 de l'organisation, Carl Neill se trouvait aux premières loges afin d'assister aux exploits et aux échecs des Oiseaux.

Il est d'ailleurs le seul joueur de l'édition 2012-2013 à évoluer encore aujourd'hui pour le Phoenix.

À la recherche d'un contrat, Neill se présentera au camp de développement des Canucks de Vancouver en fin juin et au camp principal en août.

Carl Neill a donc encore une chance de faire le grand saut chez les professionnels.

« Tout dépend des plans qu'ils ont pour moi. Tout est entre leurs mains. Je dois arriver prêt au camp et travailler fort afin de forcer l'organisation à m'offrir un contrat. Même si je signe une entente, ça se peut que je retourne dans la LHJMQ. Je sais que je pourrais progresser rapidement dans la Ligue américaine, mais le Phoenix possède aussi de bons entraîneurs. J'ai goûté au calibre professionnel en fin de saison, je sais que la marche est haute, mais je serai prêt lorsque le jour viendra. J'espère que ce sera cette année ou l'an prochain. On verra bien! » avance le défenseur de 20 ans.

« Dans mon cas, je ne serais pas du tout déçu de revenir à Sherbrooke, ajoute-t-il. Ça fait quatre ans que je suis ici et l'organisation est unique en son genre. Tout le monde est uni à Sherbrooke et j'adore l'endroit. »

Carl Neill voit d'un bon oeil la prochaine campagne, sa cinquième et dernière dans le circuit.

« L'an passé, on disait que le Phoenix allait avoir la meilleure défensive de l'année, mais avec les blessures, ce n'était pas toujours le cas. Cette fois, je crois qu'elle sera aussi bonne sinon meilleure. La base d'une équipe, c'est la défensive et le gardien. Ce n'est pas toujours l'équipe offensive qui gagne! Les jeunes défenseurs ont pris de l'expérience, Evan Fitzpatrick nous aidera beaucoup et je suis très content d'accueillir Olivier Schingh-Gomez. »

Neill applaudit en effet l'acquisition effectuée par Jocelyn Thibault lors du dernier encan à Charlottetown.

« Les amateurs ne le connaissent pas beaucoup, mais il est quand même un choix de deuxième ronde. Il n'a pas eu sa chance à Blainville-Boisbriand. Il travaille fort et il est motivé. Il a du caractère, il sera bon dans le vestiaire et il est plutôt défensif alors que la majorité de nos défenseurs sont offensifs. »

Le capitaine se dit également heureux de voir l'organisation miser sur le caractère afin de connaître du succès :

« On a des gars qui ont du caractère, du talent et qui sont prêts à fournir l'effort. On possède de bons morceaux à l'attaque. Ça regarde bien pour le présent et le futur. On possède tous les ingrédients pour gagner. Le repêchage européen sera important. Stéphane Julien pourra nous préparer dès le camp d'entraînement et sans vouloir mettre la barre trop haut, je suis confiant pour la prochaine campagne, parce que la force de caractère sera notre meilleur atout. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer