À la recherche de joueurs passionnés

Le recruteur-chef du Phoenix de Sherbrooke, Alain Préfontaine,... (Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le recruteur-chef du Phoenix de Sherbrooke, Alain Préfontaine, le directeur général Jocelyn Thibault et son assistant Jean Gagnon se disent prêts à toutes éventualités et ont dressé de nombreux scénarios en vue du repêchage de la LHJMQ présenté samedi à Charlottetown. -

Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Charlottetown) Certaines organisations de la LHJMQ miseront samedi sur le talent. D'autres sur la robustesse. Le Phoenix de Sherbrooke, lui, aura une ligne directrice à suivre lors du repêchage à Charlottetown : acquérir des joueurs passionnés, prêts à tout donner pour connaître du succès.

« Le mot qui ressortait le plus souvent lors de nos rencontres de préparation d'avant-repêchage, c'est passion, confie Alain Préfontaine, le recruteur-chef du Phoenix de Sherbrooke. C'est notre défi cette année de trouver des joueurs passionnés qui souhaitent jouer à Sherbrooke et qui sont prêts à faire les sacrifices. Si j'ai vu jouer un gars durant 22 parties, qu'il n'a pas nécessairement compté à chacun des matchs, mais qu'il fournissait l'effort et l'énergie même s'il perdait 4-0, il nous intéressera quand même. »

« Je pense qu'une équipe unie, passionnée et qui travaille peut accomplir davantage que l'équipe qui ne mise que sur le talent et qui est moins passionnée, estime le directeur général Jocelyn Thibault. Je ne lance pas de pierres aux anciens joueurs du Phoenix, mais je crois profondément à la qualité du leadership pour aller loin et on ne peut pas tout virer de bord du jour au lendemain. Je veux des joueurs qui veulent jouer pour nous et qui veulent devenir des hockeyeurs. »

« Aujourd'hui, le talent n'est pas suffisant », renchérit Alain Préfontaine.

«Ça prend évidemment des joueurs talentueux avec des aptitudes pour gagner, mais on ne peut pas compter que sur ça. »

L'avenir du Phoenix reposera évidemment sur les prochains espoirs repêchés. Mais l'organisation sherbrookoise peut déjà compter sur de jeunes joueurs qui partagent les mêmes valeurs que celles prônées par l'état-major.

« On possède de nombreux bons joueurs de 18 ans ou 19 ans, souligne Thibault. On peut greffer des jeunes au noyau. Notre plan est de donner plus de responsabilités aux gars comme Nicolas Poulin, Kevin Gilbert, Thomas Grégoire, Chase Harwell, Hugo Roy et les autres nés en 1997 ou 1998. On comptera sur un nouveau groupe de leaders et ce sera à eux de prendre la relève. »

Des trous un peu partout

Jocelyn Thibault le répète. Le Phoenix a des besoins à toutes les positions. Mais il pourrait se tourner rapidement vers un défenseur dominant lorsque son tour viendra en première ronde, alors que le Phoenix parlera au quatrième rang.

« On a des besoins à toutes les positions : à l'attaque, à la défense et même dans les buts pour préparer l'après-Fitzpatrick. Notre priorité n'est toutefois pas de sélectionner un gardien en première ronde. Ni d'acquérir un gardien par le biais d'une transaction. Avec Charles-Antoine Poirier-Turcot et Evan Fitzpatrick, on est très à l'aise pour l'instant. »

Prévoir l'imprévisible

Le Phoenix a multiplié les scénarios lors des derniers jours. Il n'y a pas qu'un plan A et un plan B. Il y a aussi un plan Z.

« Notre travail, c'est prévoir l'imprévisible. On doit réagir aux choix des autres équipes, s'adapter constamment, improviser, mais tout en se fiant à nos différents scénarios et à notre instinct », explique Préfontaine.

« Par exemple, on va sélectionner un gardien, c'est certain. Quand? On ne le sait pas. On n'a pas beaucoup de gardiens sur notre liste de protection. On doit improviser, mais on suit notre ligne directrice : la passion », résume Thibault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer