Le 4e choix de Thibault toujours disponible

Jocelyn Thibault : « Si j'échange le quatrième choix... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Jocelyn Thibault : « Si j'échange le quatrième choix de première ronde, on pourrait autant s'avancer pour repêcher plus tôt que reculer en retour d'un ou plusieurs autres choix et peut-être un ou des joueurs d'importance.»

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Jocelyn Thibault confirme qu'il y a beaucoup d'intérêt envers le quatrième choix de l'encan 2016 de la part des autres organisations de la LHJMQ. La sélection de première ronde du Phoenix de Sherbrooke demeure donc disponible, mais pas à n'importe quel prix.

« Pour l'instant, on s'enligne pour monter sur la scène lorsque notre tour viendra au début de la première ronde, affirme le directeur général. Plusieurs équipes m'ont appelé. Ce sera une transaction importante si l'on décide de transiger. Et si elle survient, ce sera probablement juste avant le repêchage du 4 juin et le tout sera annoncé quelques minutes avant notre tour de sélection. »

Toutes les options demeurent donc ouvertes, selon Jocelyn Thibault.

« Si j'échange le quatrième choix de première ronde, on pourrait autant s'avancer pour repêcher plus tôt que reculer en retour d'un ou plusieurs autres choix et peut-être un ou des joueurs d'importance. À quelques jours du repêchage, on discute beaucoup avec les autres directeurs généraux. Chose sûre, c'est que j'estime être en bonne position avec ce quatrième choix parce que les dix ou onze meilleurs candidats sont tous excellents. Par la suite, les autres espoirs sont bons, mais ils se retrouvent dans une classe inférieure. »

Aucune transaction concernant d'autres joueurs ou d'autres choix de sélection n'a été effectuée jusqu'à présent. C'est donc dire que Chad Pietroniro, entre autres, demeure au sein de l'alignement même si le Phoenix compte quatre joueurs de 20 ans alors que le maximum est fixé à trois.

« Est-ce le calme avant la tempête? Peut-être! Mais pour être franc, je ne crois pas effectuer 22 échanges prochainement », estime Thibault, tout en rappelant que le Phoenix a souvent donné un bon spectacle lors des quatre dernières séances.

Rappelons que le Phoenix détenait le tout premier choix (Daniel Audette) lors de l'encan 2012. Jérémy Roy avait par la suite été la quatrième sélection de première ronde en 2013.

En 2014 à Sherbrooke, le Phoenix avait effectué un coup d'éclat en transigeant afin d'offrir le second choix de première ronde aux Olympiques de Gatineau contre la quatrième et seizième sélection de Gatineau. Cela lui avait permis d'opter pour le meilleur gardien disponible, Evan Fitzpatrick, et le produit local Thomas Grégoire.

L'an dernier encore à Sherbrooke, souvenons-nous que le Phoenix avait dû attendre cette fois le 30e choix (Jason Imbeault) avant de s'avancer au micro.

« Je m'attends à ce que ce soit plus tranquille cette année. Il n'y a que l'an dernier où la séance avait été moins mouvementée pour nous », indique le DG sherbrookois.

Des besoins à combler

Plusieurs observateurs avancent que le gardien de but des Élites de Jonquière Olivier Rodrigue pourrait encore être disponible au moment où le Phoenix parlera.

« À court terme, on n'a pas de besoins criants devant les buts. Evan Fitzpatrick sera notre gardien numéro pour encore un bon bout de temps, mais on doit tout de même assurer sa relève. Olivier Rodrigue est un gardien exceptionnel. Il sera rapidement sélectionné. En étant quatrième, je sais que je serai un peu à la merci des choix des autres organisations qui sélectionneront avant moi. On choisira alors le meilleur joueur disponible selon nos besoins. Il nous manque des morceaux dans notre puzzle et on devra trouver le moyen de disposer chaque pièce à sa place », explique le directeur général.

Espérer que le gâteau lève

Maintenant que le premier cycle de quatre ans est terminé pour le Phoenix, Jocelyn Thibault doit penser à l'avenir de sa formation. Difficile toutefois pour lui de deviner quand sera la prochaine campagne durant laquelle le Phoenix visera les grands honneurs.

« Lorsque je sentirai que le gâteau lèvera, ce sera le temps d'y aller le tout pour le tout », avance Thibault.

Une bonne cuvée sans plus

La cuvée 2016 du repêchage de la LHJMQ sera bonne, sans plus.

« Elle n'est pas excellente, mais elle sera bonne », résume le recruteur en chef du Phoenix de Sherbrooke, Alain Préfontaine.

Selon lui, la première ronde sera divisée en deux.

« Les 7 ou 8 premiers choix seront très bons et par la suite, ça descend d'une coche. »

Les Benoit-Olivier Groulx, Jared McIsaac et peut-être même Shane Bowers, Olivier Rodrigue ou Gabriel Fortier ne seront probablement plus disponibles lorsque le tour du Phoenix viendra d'après les prédictions d'Alain Préfontaine.

« Bowers aurait dû être le premier choix au repêchage l'an dernier si ce n'était pas de Joseph Veleno ou de sa réticence à rejoindre certaines équipes de la LHJMQ », rappelle-t-il.

Par contre, des candidats talentueux demeureront disponibles au second tour.

« Je suis persuadé que le joueur que nous sélectionnerons en deuxième ronde aura une chance de percer l'alignement de notre équipe la saison prochaine », affirme Alain Préfontaine.

Le besoin le plus urgent selon lui chez le Phoenix? Un défenseur.

« Devant le filet, il n'y a rien de pressant. Evan Fitzpatrick peut jouer environ 55 ou 60 matchs la saison prochaine. Est-ce que ce serait logique de repêcher un gardien au quatrième rang pour finalement lui permettre de jouer une dizaine de parties au maximum? Je ne crois pas, mais sait-on jamais. »

Pour le recruteur-chef, l'expérience 2016 à Charlottetown constitue un beau défi.

« J'ai été avec les Remparts de Québec pendant dix ans, j'ai travaillé deux ans pour l'Océanic de Rimouski et cette fois, j'ai la chance d'aider mon club local à s'améliorer, souligne celui qui habite Granby. Le Phoenix doit se relever d'une séquence difficile et doit connaître du succès à court et moyen terme. La base est bonne, on doit maintenant bien l'entourer et penser à l'avenir. »

L'importance des Européens

L'état-major du Phoenix a consacré beaucoup de temps afin de sélectionner les deux meilleurs Européens disponibles lors de l'encan de la Ligue canadienne de hockey.

« On est allés au Dakota du Nord, en Colombie-Britannique et à Detroit afin d'épier les meilleurs talents européens. On a fait nos devoirs. On a bien aimé l'expérience suisse, mais rien ne nous empêche de regarder ailleurs en Europe. On possède de bons contacts et on tentera d'en profiter. Des discussions ont déjà été amorcées. Il ne reste qu'à espérer que nos joueurs ciblés soient encore disponibles », précise Alain Préfontaine.

Partager

À lire aussi

  • Top 10 des meilleurs espoirs

    Hockey junior

    Top 10 des meilleurs espoirs

    Entrer dans la tête des directeurs généraux, analyser les besoins de chaque équipe, estimer le potentiel d'un joueur et étudier le talent de chaque... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer