Le rôle de Stéphane Julien confirmé

Le directeur général du Phoenix de Sherbrooke, Jocelyn... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le directeur général du Phoenix de Sherbrooke, Jocelyn Thibault, s'est toujours montré transparent dans le dossier de l'embauche de l'entraîneur-chef : « Stéphane Julien est mon homme », a-t-il constamment répété. Jeudi, il a tenu promesse en accordant un contrat de deux ans à son ami de longue date.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Après avoir annoncé la semaine dernière qu'il ne restait que quelques détails à fignoler avant la signature d'un contrat de deux ans pour le poste d'entraîneur-chef, le Phoenix de Sherbrooke a confirmé jeudi l'embauche de Stéphane Julien.

À la barre de l'équipe depuis le grand ménage amorcé au sein de l'état-major en décembre dernier, Stéphane Julien a toujours eu la pleine confiance de son directeur général Jocelyn Thibault à la suite du congédiement de l'entraîneur Judes Vallée, annoncé au même moment que le renvoi de l'ancien DG Patrick Charbonneau.

« Stéphane a toujours été au sein de l'organisation, rappelle le DG et actionnaire Jocelyn Thibault. Il était l'adjoint de Judes lors de la première saison. Ses obligations professionnelles l'ont forcé à occuper un rôle plus secondaire au sein du Phoenix par la suite, jusqu'à ce qu'il revienne à temps plein cet hiver en tant qu'entraîneur-chef. Depuis ce temps, nous n'avons jamais eu l'occasion de parler de la suite des choses. J'ai toujours dit qu'il était mon homme, même si plusieurs excellents candidats auraient pu être disponibles. Je suis très heureux de pouvoir travailler avec lui pendant au moins deux ans encore. »

« La saison dernière, j'ai pris goût à mon travail derrière le banc, admet Stéphane Julien. J'aime l'aspect stratégique qui vient avec mon poste. J'ai souvent été sur l'adrénaline en étant joueur et c'est une adrénaline différente lorsqu'on est entraîneur. J'étais motivé chaque jour et ce rôle m'allume. Je suis très heureux que le Phoenix me fasse confiance. »

Ce dernier admet qu'il a pu profiter d'une bonne base lorsqu'il a pris les rênes de l'équipe.

« Il y avait de bonnes choses d'établies lorsque Judes a quitté l'organisation, mais chaque entraîneur est différent dans sa façon de travailler. Pour ma part, je tenais à proposer un nouveau concept d'équipe. Je crois être un bon communicateur et mon expérience chez les professionnels m'a aidé beaucoup dans mon nouveau rôle », poursuit le pilote du Phoenix.

Une nouvelle philosophie

Pour la première fois, Stéphane Julien sera le maître d'orchestre lors d'un camp d'entraînement du Phoenix. Avec Jocelyn Thibault, il aura la chance de bâtir une équipe à son image.

« Quand j'étais joueur, j'étais souvent en avant des autres en ce qui concerne la préparation aux parties, que ce soit la préparation mentale ou physique, sur la glace ou dans le gym. En tant qu'entraîneur, je suis une personne aussi structurée. J'espère partager ma philosophie avec les joueurs et voir ces derniers adopter ma façon de faire. Un ménage a déjà été amorcé et puis certains joueurs arrivés à maturité ont quitté la LHJMQ. Je crois que l'équipe sera davantage à mon image », avance Julien, tout en remerciant l'organisation pour la confiance accordée.

Un entraîneur intense avec du caractère

Selon le capitaine Carl Neill, le Phoenix a pris la meilleure décision pour l'organisation.

« Je suis très content pour nous et pour lui, confie le capitaine. Il a fait un bon travail malgré notre élimination rapide contre les Cataractes de Shawinigan. Il est un entraîneur intense et qui a du caractère. Il a amené du positif depuis son arrivée à la barre de l'équipe. »

« J'aime la mentalité de Stéphane, renchérit Jocelyn Thibault. On partage le même point de vue concernant l'avenir de l'organisation. Il fait tout pour que l'équipe puisse connaître du succès. Il voit aussi tout le travail qu'il y a à faire. D'ailleurs, dès la première semaine, j'ai vu des changements. Notre club connaissait de meilleurs débuts de partie et jouait avec un peu plus de confiance. »

Chose sûre, Thibault estime que son ancien capitaine chez les Faucons de Sherbrooke pourra compléter le virage amorcé en décembre.

« Je suis convaincu qu'il aura du succès. D'ailleurs, il en a connu partout où il est passé. Stéphane est le genre de gars qui s'implique à cent pour cent quand il s'y met. Être entraîneur dans le junior majeur, c'est un engagement de vie. »

« C'était aussi important pour nous de garder une certaine stabilité au sein de l'équipe sans faire table rase, poursuit Thibault. La stabilité est un ingrédient de la recette du succès. Stéphane aura maintenant une pleine autorité et il a toujours fait partie de notre processus de redressement. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer