Un changement d'attitude espéré

« Ça peut sembler cliché, mais on souhaite... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

« Ça peut sembler cliché, mais on souhaite que les joueurs soient fiers de porter l'uniforme du Phoenix, clame Jocelyn Thibault. Le Phoenix est un nouveau nom avec de nouvelles couleurs. Néanmoins, il y a une belle histoire de hockey junior ici et on souhaite qu'elle se poursuive. »

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Pour trouver la voie du succès, le Phoenix misera sur un nouveau noyau de vétérans. Le directeur général espère cette fois miser sur une équipe de caractère, fière de représenter l'organisation.

« Ça peut sembler cliché, mais on souhaite que les joueurs soient fiers de porter l'uniforme du Phoenix, clame Jocelyn Thibault. Le Phoenix est un nouveau nom avec de nouvelles couleurs. Néanmoins, il y a une belle histoire de hockey junior ici et on souhaite qu'elle se poursuive. »

Le visage du Phoenix changera lors des prochains mois. De nombreux joueurs ont quitté la formation, plusieurs demeurent à Sherbrooke et d'autres se grefferont à l'équipe.

« L'équipe a subi une transformation. C'est le moment de laisser plus de place aux joueurs. Nos jeunes sont prêts à prendre le relais. Ils ont montré une belle progression », estime Thibault.

Les Evan Fitzpatrick, Nicolas Poulin, Thomas Grégoire, Kevin Gilbert, Hugo Roy et compagnie devront assumer la relève en étant appuyés par les plus expérimentés, tels que Julien Bahl, Julien Pelletier, Chase Harwell et peut-être même le capitaine Carl Neill.

« Je serai prudent parce que je ne veux pas prédire le nombre de victoires pour l'an prochain, mais on aura un bon groupe de joueurs. Aussi, le fait d'avoir un gardien comme Evan Fitzpatrick fera en sorte de corriger bien des erreurs lors des deux prochaines années au minimum. Avec un bon équilibre, du coeur et de la fierté, on espère que les astres soient alignés et que la magie opère. »

« De mon côté, j'ai dû me montrer patient envers certains même si je n'ai pas beaucoup de patience, avance pour sa part l'entraîneur Stéphane Julien. Ce n'est pas facile de changer l'attitude d'une personne. Les joueurs des prochaines éditions du Phoenix devront comprendre qu'il faut travailler et entrer dans le moule à Sherbrooke. »

Des séances de sélection importantes

Le DG bonifiera son équipe lors du repêchage du 4 juin prochain, durant lequel il parlera au quatrième rang en première ronde. Le critère principal de sélection? L'attitude encore une fois.

« Des matchs de hockey, on en gagne et on en perd. L'essentiel est le processus : la façon dont l'équipe joue et que les jeunes progressent. La façon de faire les choses du moment que les joueurs arrivent à l'aréna jusqu'à ce qu'ils quittent la patinoire, qu'ils se rendent à leur famille de pension et qu'ils retournent à l'aréna le lendemain. C'est un engagement quotidien. C'est de cette façon que les équipes gagnantes se bâtissent », considère Thibault.

Le repêchage européen revêt aussi une grande importance, puisque deux nouveaux joueurs d'Europe se grefferont à l'équipe la saison prochaine.

« La situation des joueurs européens est un gros dossier pour nous. Kay Schweri a annoncé qu'il se rendait en Suisse et avec le départ de Jan Dufek aux Fêtes, deux nouvelles places sont disponibles pour des joueurs européens. Je choisirai le meilleur joueur disponible. Est-ce qu'on a des besoins précis à l'attaque, en défensive ou devant les buts. Je ne crois pas. On tentera d'améliorer l'équipe à toutes les positions », termine Jocelyn Thibault, qui espère aussi la présence de Nicolas Roy, Édouard Michaud et des joueurs américains affiliés entre autres lors du prochain camp.

Jocelyn Thibault là pour rester

Avis à tous ceux qui se demandaient si Jocelyn Thibault ne faisait que prendre l'intérim en ce qui concerne le poste de directeur général du Phoenix : il est là pour rester.

En décembre, rappelons que Thibault prenait la relève de Patrick Charbonneau après quatre ans de travail acharné.

« Je n'ai jamais voulu être un héros pour cette organisation. Je n'ai jamais anticipé me retrouver dans cette position-là, surtout pas dans le contexte actuel. Quand on a lancé l'organisation, c'était pour redonner à la communauté et ramener le hockey à Sherbrooke. Je voulais passer du temps en famille, avec mes filles et mon épouse. Par la force des choses, je me suis retrouvé dans cette position et je ne reculerai pas », confie Jocelyn Thibault, qui est devenu très émotif au moment de remercier sa famille pour l'appui reçu, lui qui croyait passer plus de temps avec elle une fois sa carrière de hockeyeur terminée

« Je ferai tout pour remettre le train sur ses rails. Je ne sais pas combien de temps que je resterai. Mais je souhaite donner une stabilité à cette équipe. On ne lâchera pas », soutient-il.

« Je suis heureux d'avoir à mes côtés Jocelyn Thibault, admet le président Denis Bourque. J'ai confiance en lui et je suis heureux qu'il soit là. D'ailleurs, Jocelyn est notre homme. C'est avec lui que nous allons travailler lors des prochaines années. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer