Fitzpatrick bloque 73 tirs... et perd!

Le match de l'année! Malgré les 73 tirs... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Le match de l'année! Malgré les 73 tirs bloqués par Evan Fitzpatrick, le Phoenix s'est tout de même incliné 3 à 2 en deuxième prolongation contre les Cataractes à la suite d'un but de Samuel Girard à la 97e minute de jeu.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le match de l'année! Malgré les 73 tirs bloqués par Evan Fitzpatrick, le Phoenix s'est tout de même incliné 3 à 2 en deuxième prolongation contre les Cataractes à la suite d'un but de Samuel Girard à la 97e minute de jeu.

Le gardien de but sherbrookois a multiplié les arrêts mercredi en forçant la tenue de deux périodes supplémentaires, mais ce ne fut pas suffisant. Les hommes de Claude Bouchard mènent maintenant la série 3 à 1.

« Soixante-seize tirs, c'est beaucoup, a lancé un Evan Fitzpatrick épuisé. Ça n'arrive pas à tous les soirs heureusement. On s'est bien battus et on espère en faire autant vendredi à Shawinigan. On croyait pouvoir gagner, et ce, jusqu'à la fin. C'est décevant de perdre, mais on a tout donné. »

«C'est plus dur de se démarquer en séries, mais dans les moments importants il faut trouver une façon d'aider l'équipe et je suis content d'avoir réussi ça ce soir», souriait Girard, qui s'était mis en tête de faire payer le Phoenix après avoir été ébranlé en prolongation à la suite d'une mise en échec d'Anthony Chapados.

«J'ai eu besoin de quelques minutes et le thérapeute a fait du bon boulot pour me remettre sur pied. Cette mise en échec a réveillé mon instinct du tueur sans aucun doute!» a continué Girard.

Fitzpatrick : source de motivation

Malgré la défaite, les 1827 spectateurs ont chaudement applaudi le cerbère, qui a donné une chance à sa formation de niveler la série.

« Evan a joué un match incroyable, a confié le capitaine Carl Neill. Je n'ai jamais vu une aussi belle prestation de la part d'un gardien. Il a su rebondir après la défaite de 8-3 mardi. On a du caractère et on continuera à le démontrer. On a oublié la fatigue à un certain moment et la victoire pouvait aller d'un bord comme de l'autre. Merci aux partisans d'être restés jusqu'à 23 h! »

Avec un alignement réduit, le Phoenix a semblé manquer d'énergie en troisième période, mais a su puiser dans ses dernières ressources afin de maintenir la cadence jusqu'à la fin.

« Evan nous inspirait et nous donnait la force de continuer en fournissant le deuxième effort, a souligné Daniel Audette. Il aurait pu être notre sauveur. On tentait de limiter les erreurs en étant concentrés sur la défensive tout en essayant de profiter de nos chances. »

« Les gars ont su bien se défendre malgré la fatigue, a souligné l'entraîneur Stéphane Julien. Evan n'a que 18 ans et il a réussi à nous tenir dans la partie en faisant face à 76 tirs. Kay Schweri et Hugo Roy ont même failli nous donner la victoire. Par contre, la série est maintenant 3 à 1 pour les Cataractes.»

Un gardien dominant

Pour la première fois dans cette série, les Cataractes ont pris les devants en première période. Alexis D'Aoust a profité d'une rare présence du troisième et dernier trio sherbrookois pour battre les cinq adversaires de vitesse et déjouer par la suite Fitzpatrick.

À la période médiane, Carl Neill a été le premier des siens à marquer pour ainsi permettre à sa troupe de retraiter au vestiaire avec une marque de 1-1.

Alors qu'une mêlée éclatait devant le filet de Philippe Cadorette, Nicolas Poulin a poussé la rondelle dans la cage des Cataractes, redonnant ainsi espoir aux Oiseaux.

Mais Alexis D'Aoust a une fois de plus fait bouger les cordages alors que le Phoenix semblait exténué avec dix minutes à jouer au match.

Le gardien sherbrookois a tout de même réussi à forcer la tenue d'une prolongation. Et même d'une deuxième période de surtemps, puisqu'il a bloqué les 25 lancers dirigés vers lui lors de la première supplémentaire, contre quatre seulement pour Cadorette.

Girard vole la vedette

Malgré la présence de seulement 16 joueurs, le Phoenix a semblé trouver son deuxième souffle et suivait la cadence alors que ses rivaux tiraient de la patte malgré un alignement complet.

Samuel Girard a toutefois joué les héros en mettant fin au débat avec un tir bas de la ligne bleue après être revenu au jeu en prolongation à la suite d'une blessure au visage.

Bouchard a complimenté son défenseur étoile : «C'est un gars de caractère. Regardez ce qu'il a fait au dernier match de l'année. On lui a offert de prendre congé, il a refusé et il s'est payé une soirée de cinq points! C'est le genre de gars qui aime faire la différence. C'est sûr que ce but nous a soulagés. Tu regardes le chiffre des lancers, je pense que c'est assez clair qu'on méritait le match.»

Les deux équipes se retrouveront vendredi soir au Centre Gervais Auto à l'occasion du cinquième et peut-être dernier match de la série.

« Si Evan garde les buts comme il l'a fait ce soir, on a de bonnes chances de gagner vendredi », croit Carl Neill.

Partager

À lire aussi

  • Les yeux rivés sur Fitzpatrick

    Phoenix

    Les yeux rivés sur Fitzpatrick

    Le Phoenix se présentera à Shawinigan vendredi soir avec le fusil sur la tempe. Et ce sera encore avec un alignement réduit que les Sherbrookois... »

  • La fin pour Daniel Audette avec le Phoenix?

    Sports

    La fin pour Daniel Audette avec le Phoenix?

    Est-ce que Daniel Audette a disputé vendredi son dernier match avec le Phoenix de Sherbrooke? Tout indique que oui. Le petit attaquant a été assigné... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer