Thibault croit pouvoir déjouer les pronostics

Jocelyn Thibault espère que le Phoenix jouera à... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Jocelyn Thibault espère que le Phoenix jouera à son plein potentiel contre les Cataractes de Shawinigan. Si ses joueurs fournissent l'effort, il se montrera satisfait peu importe le résultat de la première ronde de séries.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Phoenix réussira-t-il à déjouer les pronostics? Jocelyn Thibault y croit. Après 68 parties disputées en saison, le grand jour est enfin arrivé. Vendredi soir à Shawinigan, le ton sera donné dans cette série quatre de sept contre les Cataractes.

Ces derniers sont vus comme les grands favoris. Qui avait d'ailleurs gagé en début de campagne que personne ne donnerait cher de la peau des Sherbrookois lors du premier tour des éliminatoires?

Chose sûre, le directeur général des Oiseaux ne se présentera pas au Centre Gervais Auto en comptant son club pour battu.

« Dans ma carrière, je n'ai jamais abordé une partie en croyant que je ne la gagnerais pas et Stéphane Julien non plus, souligne Thibault. On veut inculquer cette philosophie aux joueurs. Le Phoenix veut surprendre tout le monde même si ce ne sera pas facile. Les observateurs donnent la victoire aux Cataractes en quatre ou en cinq et c'est certain que les gars s'en servent comme élément de motivation. »

Même son de cloche du côté de l'entraîneur.

« Peu importe ce qu'il se dit, peu importe ce qui est survenu cette saison, on remet les compteurs à zéro et on sent que les joueurs sont très positifs. On doit maintenant se battre! » affirme Stéphane Julien.

Un déclic espéré

À quelques heures de la mise au jeu officielle, Jocelyn Thibault n'a qu'un seul souhait :

« J'aimerais voir le Phoenix offrir une belle opposition en montrant du caractère et en demeurant discipliné. Pas seulement en évitant le banc de punition, mais en respectant le plan de match. Au final, je serai satisfait de notre série si tout le monde a joué à son plein potentiel. On vivra ensuite très bien avec les résultats, qu'ils soient positifs ou négatifs. »

Pour gagner, le Phoenix aura cependant besoin d'une bougie d'allumage. Surtout sans la présence de Jérémy Roy, Chase Harwell et Kay Schweri pour ne nommer que ceux-là.

« Il y a souvent un déclic qui se fait en séries. Naturellement, tous les joueurs élèvent leur jeu d'un cran. On ressent une adrénaline particulière. Un sentiment d'urgence s'installe. Les plus jeunes le constateront dans les prochaines heures alors que nos vétérans savent déjà à quoi s'attendre. Ils devront s'engager encore davantage, contrôler leurs émotions, prendre les coups pour l'équipe sans répliquer et fournir le deuxième effort constamment. »

Confiance absolue en Fitzpatrick

S'il n'a pas fait l'acquisition d'un vétéran devant le filet avant la date limite des échanges, c'est parce que Jocelyn Thibault estime que son jeune gardien est prêt pour ce type de défi.

« Je crois en notre gardien Evan Fitzpatrick. J'avais moi-même 17 ans quand j'ai connu un long parcours en séries avec les Faucons de Sherbrooke. Evan a goûté un peu aux séries l'an dernier et je pense qu'il peut faire le travail. Chaque jeune hockeyeur doit tôt ou tard acquérir de l'expérience et je lui fais confiance. »

Changement de plan

Depuis quatre ans, tout est bâti en fonction des séries 2016. Mais les plans ont changé en cours de route.

Après avoir remarqué que les choses ne se déroulaient pas comme il le souhaitait, Jocelyn Thibault a dû se rendre à l'évidence cette saison : le défilé dans les rues de Sherbrooke devra probablement attendre.

Le Phoenix a renvoyé le DG Patrick Charbonneau et le pilote Judes Vallée. Il est ensuite devenu un acheteur modéré peu avant la limite de la période de transactions. Simplement afin de s'offrir une chance supplémentaire de faire bonne figure en séries sans nécessairement pousser tous ses jetons en jeu.

« Ça aurait été facile de mettre tous les oeufs dans le même panier en hypothéquant le futur pour avoir encore plus de chances de gagner en séries, explique Jocelyn Thibault. Plusieurs équipes m'ont offert de nombreuses possibilités afin d'améliorer notre club dans l'immédiat. Mais ce n'était pas ma lecture de la chose. Par contre, je ne voyais pas le Phoenix amorcer les séries sans l'ajout d'un gars comme le vétéran Anthony Chapados ou Nathanael Halbert, un défenseur gaucher qui peut jouer pendant 25 ou 30 minutes par rencontre. »

Évidemment, le Phoenix veut faire oublier sa dernière saison en se reprenant en séries même si le défi sera grand.

« Les joueurs veulent donner une bonne série aux amateurs. Ce qui m'encourage, c'est que l'ambiance est bonne. Est-ce que les gars se serviront de ce tremplin pour prendre un nouvel élan? Je l'espère », résume Jocelyn Thibault.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer