Le Phoenix se bute à Billia à Chicoutimi

C'est à Charles-Antoine Poirier-Turcot du Phoenix que revenait... (Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

C'est à Charles-Antoine Poirier-Turcot du Phoenix que revenait le défi de freiner les hommes de Yanick Jean. Le jeune portier a toutefois raté sa mission.

Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Malgré leur dossier peu reluisant, les Saguenéens n'ont pas été une proie facile cette saison pour le Phoenix, bien au contraire. Les Sherbrookois ont été incapables de les battre une seule fois, et ce, en quatre occasions.

Le Phoenix a donc baissé pavillon par la marque de 4 à 2 dimanche à Chicoutimi en se butant à un solide gardien nommé Julio Billia.

« Pour vaincre les Saguenéens, on doit être meilleurs que Julio Billia et Nicolas Roy. Billia a été excellent et Roy a encore marqué », résume l'entraîneur Stéphane Julien.

C'est à Charles-Antoine Poirier-Turcot que revenait le défi de freiner les hommes de Yanick Jean. Le jeune portier a toutefois raté sa mission.

Peu après une chance ratée par Julien Pelletier, qui a touché le poteau, Nicolas Roy a profité d'une mauvaise sortie de Poirier-Turcot pour effectuer son 47e but de la saison en fin de première période.

« Charles-Antoine a raté une passe et la rondelle a dévié sur une jambe pour ensuite se retrouver sur la palette de Nicolas Roy, ce qui est toujours une mauvaise idée! » lance le pilote sherbrookois en rappelant que son jeune gardien disputait un premier match en près d'un mois.

« Il devait renouer avec l'action rapidement. Evan Fitzpatrick s'est reposé et il devrait garder les buts lors des deux prochaines parties», poursuit Stéphane Julien.

En deuxième période, Marc-Antoine Gauvreau a vu son tir être dévié par le défenseur Julien Bahl, permettant ainsi aux locaux de doubler leur avance.

Julien Pelletier a ensuite été le premier à battre Billia grâce à un tir rapide et puissant.

Or, dès les premières secondes du dernier tiers, Julien Carignan-Labbé a porté la marque à 3-1. Nathanael Halbert s'est permis de redonner espoir aux Oiseaux, mais Timothé Simard s'est chargé de ralentir l'élan du Phoenix en poussant la rondelle dans une cage déserte en désavantage numérique.

« En général, je suis content de la façon dont notre équipe a joué. Tout avait l'air facile par contre pour Billia. De notre côté, je crois que Charles-Antoine aimerait revoir deux tirs. Il semblait un peu nerveux, mais il n'a pas mal fait », soutient Julien.

Simplifier le jeu contre le Drakkar

Afin de reprendre la partie du 3 février annulée à cause d'un problème électrique survenu au Centre Henry-Leonard, le Phoenix affrontera le Drakkar lundi, au lendemain d'une victoire de Baie-Comeau contre Québec par la marque de 7 à 4.

Rappelons que le Drakkar a reçu toute une leçon de hockey vendredi à Sherbrooke lors de sa défaite de 6 à 1.

« On devra en profiter pour gagner en confiance. Le secret, ce sera de garder le jeu simple en ne pensant pas que ce sera facile de battre le Drakkar », termine Stéphane Julien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer