Un couteau à double tranchant

Le calendrier semble favorable afin de permettre aux... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le calendrier semble favorable afin de permettre aux troupiers de Stéphane Julien de terminer la campagne sur une bonne note. Mais cette situation représente un couteau à double tranchant selon l'entraîneur.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Il ne reste que six parties à jouer au Phoenix de Sherbrooke avant la fin de la saison. Cinq d'entre elles seront contre des équipes de bas de classement. Le calendrier semble favorable afin de permettre aux troupiers de Stéphane Julien de terminer la campagne sur une bonne note. Mais cette situation représente un couteau à double tranchant selon l'entraîneur.

Il ne reste que six parties à jouer... (Infographie La Tribune, Marie-Ève Girard) - image 1.0

Agrandir

Infographie La Tribune, Marie-Ève Girard

Le prochain adversaire des Oiseaux, les Saguenéens de Chicoutimi, pourrait être le premier à leur jouer un tour mercredi au Palais des sports. Malgré leur 11e rang, les Saguenéens connaissent plus de succès en deuxième moitié de saison et peuvent surprendre d'ici la fin.

En plus des deux parties contre le Drakkar de Baie-Comeau, dernier au classement, et une seconde face aux Saguenéens, le Phoenix devra se mesurer aux Cataractes de Shawinigan et aux Tigres de Victoriaville.

Dans tout ce lot, il n'y a que les Cataractes qui profiteront de l'avantage de la patinoire en première ronde étant donné leur 3e rang.

« Ce calendrier favorable pourrait nous donner confiance ou avoir l'effet inverse si l'on s'incline contre des équipes qui ne sont pas vues comme des puissances dans le circuit. Il ne faudrait tout simplement pas prendre ces formations à la légère. Si l'on termine sur une séquence victorieuse, on commencera les éliminatoires dans un bel état d'esprit et c'est ce que tout le monde souhaite ici », avance Stéphane Julien.

Voilà pourquoi il sera important de ne sous-estimer personne selon lui.

« Les Saguenéens forment une menace constate parce qu'ils sont toujours bien préparés. Nicolas Roy est leur gros joueur, mais ils possèdent un bon système défensif et des joueurs très travaillants », estime Stéphane Julien.

Une lourde perte

La sérieuse blessure à Chase Harwell n'aide en rien la cause du Phoenix. Le robuste attaquant du Phoenix se fera opérer à l'épaule et ratera donc le reste de la saison et les séries.

« On savait depuis longtemps que Chase jouait blessé et on a pris la meilleure décision parce qu'une opération devenait inévitable. Si on avait trop attendu, il aurait raté une bonne partie de la prochaine saison. Il serait peut-être revenu en octobre ou en novembre. »

Et finalement, malgré ce que certains médias ont rapporté, Stéphane Julien continue de croire qu'il pourra compter sur les services de Jérémy Roy d'ici la fin des activités du Phoenix.

« On s'attend à ce qu'il revienne en première ronde ou avant », soutient-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer