Les Huskies dévorent le Phoenix

Le gardien du Phoenix, Evan Fitzpatrick, a dû... (Spectre média, Julien Chamberland)

Agrandir

Le gardien du Phoenix, Evan Fitzpatrick, a dû faire face à 50 tirs.

Spectre média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Phoenix espérait offrir une belle opposition aux meneurs du circuit et a tenu le coup l'instant d'une période, jusqu'à ce que les Huskies déploient leur attaque redoutable dès le second vingt.

La logique a donc été respectée dimanche après-midi au Palais des sports. La formation de Rouyn-Noranda n'a fait qu'une bouchée du Phoenix en marquant sept buts consécutifs en route vers une victoire de 7-1. Une neuvième de suite pour la Meute.

«Quand le pointage était plus serré, il aurait fallu en donner un peu plus. Ce n'est pas arrivé et on s'est fait manger», admet l'entraîneur Stéphane Julien.

Si les Sherbrookois n'avaient pas laissé tomber leur gardien Evan Fitzpatrick en fin de match en ne se montrant pas indisciplinés et découragés, le pointage aurait été moins gênant. Le portier des Oiseaux a finalement dû faire face à 50 tirs, rien de moins.

«À partir de la deuxième période, on a arrêté de travailler, observe Stéphane Julien. Les gars étaient ensuite frustrés par rapport à l'arbitrage et contre des joueurs adverses alors que leur travail était de se concentrer sur leur propre jeu. Evan a pourtant fait les arrêts clefs et je suis déçu de voir certains de nos joueurs faire à leur tête en ne s'impliquant pas jusqu'à la fin.»

«Il y a eu un relâchement ainsi que des pénalités stupides, avance le capitaine Carl Neill. On a perdu 7 à 1 et c'est ce qui arrive quand on ne fournit plus l'effort. Personne n'a toutefois fait exprès de laisser tomber notre gardien. D'ailleurs, Evan fait partie de ceux qui donnent tout ce qu'ils ont sur la glace surtout depuis quelques matchs.»

Le gardien sherbrookois n'entretenait aucune rancune une fois la partie terminée. «Ce genre de situations survient parfois dans le monde du hockey, soutient Evan Fitzpatrick. Il restait du temps au tableau. On n'aurait pas dû abandonner même si on perdait le match de toute façon. Je n'attribue pas une grande importance à ce qui s'est passé en fin de partie. Il faudra par contre nous assurer que ce type relâchements ne survienne plus. De toute façon, pour moi, ça ne changeait plus rien. Mon travail demeurait le même: arrêter les rondelles peu importe le pointage.»

Suprématie confirmée

À la surprise de tous, le Phoenix a été le premier à s'inscrire à la marque, Daniel Audette a profité de la nonchalance de la défensive des Huskies pour soutirer la rondelle à l'adversaire et déjouer Samuel Harvey d'un tir des cercles de mise en jeu. Malgré une domination évidente, les Huskies concédaient une avance d'un but aux locaux après 20 minutes.

«On a joué une bonne première période. Sans dire qu'on avait l'avantage, on a quand même prouvé qu'il était possible de rivaliser contre eux. Face aux équipes de tête, les erreurs et les revirements sont toujours coûteux», mentionne Stéphane Julien.

L'attaque des Huskies s'est mise en marche dès la 23e seconde de la deuxième période lorsque Jean Christophe Beaudin a logé la rondelle dans la partie supérieure.

Timo Meier a par la suite donné l'avance aux Huskies, qui n'ont plus jamais regardé derrière eux.

Cinq buts ont été comptés au dernier tiers, l'oeuvre de Mathieu Boucher (deux fois), Jérémy Lauzon, Philippe Myers et Jean-Christophe Beaudin.

Samuel Harvey a aussi eu son mot à dire dans la victoire de Rouyn-Noranda en bloquant 26 des 27 tirs dirigés vers lui.

Heureusement pour le Phoenix, le calendrier de fin de saison semble désormais lui être favorable. Les Oiseaux espèrent ainsi monter au classement, ou du moins, conserver leur 14e rang.

«Il y a de la déception dans le vestiaire présentement et on n'a pas le choix de rebondir avec une bonne attitude mercredi à domicile contre les Saguenéens de Chicoutimi. Il faudra nous battre jusqu'à la fin peu importe les circonstances afin de construire sur du positif en vue des prochaines parties», note Fitzpatrick.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer