Un départ canon ne suffit pas

Le gardien Charles-Antoine Poirier-Turcot et la défensive du... (SPECTRE MÉDIA, MARIE-LOU BÉLAND)

Agrandir

Le gardien Charles-Antoine Poirier-Turcot et la défensive du Phoenix n'ont pu retenir les élans des Remparts de Québec durant la troisième période du match de dimanche présenté au Palais des sports de Sherbrooke. Les visiteurs ont comblé un déficit de 3-0 et n'ont eu besoin que de deux minutes en prolongation pour rentrer à la maison avec un gain de 4-3.

SPECTRE MÉDIA, MARIE-LOU BÉLAND

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) Malgré un départ canon et une avance de 3-0 maintenue pendant 40 minutes, le Phoenix de Sherbrooke s'est incliné 4-3 en prolongation face aux Remparts de Québec dimanche.

« On a été très individualiste, ça nous a coûté le match », commentait simplement l'entraîneur Stéphane Julien après la partie, visiblement déçu par la performance de ses joueurs.

Les Sherbrookois avaient pourtant commencé la rencontre en force.

Nicolas Poulin a été le premier à s'inscrire au pointage, après seulement 2 min 53 sec de jeu, en déviant un tir de Julien Bahl alors que le Phoenix profitait d'un avantage numérique.

Julien Pelletier a ensuite fêté son retour au jeu après une suspension d'un match - pour violation d'une règle de conduite du Phoenix - en doublant l'avance des siens grâce à un but inscrit à 11 min 10 sec.

Kay Schweri a marqué le troisième but de la rencontre grâce à un tir sur réception qui a abouti derrière Callum Booth. Après seulement une période, le Phoenix menait 15-5 au chapitre des tirs au but.

Les Remparts ont tenté de revenir de l'arrière en deuxième période avec neuf tirs dirigés contre le gardien sherbrookois Charles-Antoine Poirier-Turcot qui s'est dressé contre chacun de ceux-ci. De son côté, l'attaque du Phoenix a poursuivi son festival offensif avec 17 tirs dirigés contre Evgeny Kiselev qui avait pris la relève de Callum Booth devant le filet en début de deuxième période. Aucun tir n'a toutefois réussi à toucher la cible.

La troupe de Stéphane Julien s'est finalement effondrée en troisième période. Beaton Bronson, Alexandre Sills et Auguste Impose ont tour à tour déjoué le cerbère sherbrookois, forçant la tenue d'une période de prolongation qui s'est terminée par un but d'Aaron Dutra après seulement 2 minutes de jeu.

« On a voulu une game facile. Je suis très, très, très déçu. On était en plein contrôle au début du match, mais on a été très individualiste en deuxième et troisième et ça nous a couté le match », affirmait Stéphane Julien.

« Nos défenseurs étaient trop lents à sortir la rondelle de notre zone et à relancer notre attaque. On n'allait pas dans le fond du territoire adverse, en plus d'être statique au lieu d'être en mouvement comme en première période », poursuivait l'entraîneur.

Voyage dans les maritimes

Le Phoenix entamera vendredi un voyage de trois jours dans les maritimes qui l'opposera aux Wildcats de Moncton, au titan d'Acadie-Bathurst et aux Mooseheads d'Halifax en autant de soirs.

Après deux défaites samedi et dimanche, le pilote de la formation sherbrookoise avoue que le voyage risque d'être difficile.

« Ce voyage-là ne sera pas facile, on va jouer contre de bonnes équipes. Mais ça va prendre deux-trois jours pour digérer notre défaite d'aujourd'hui (dimanche) avant de repartir », admettait Stéphane Julien.

À leur retour, il ne restera que 10 matchs au calendrier régulier des Oiseaux. Après la défaite de dimanche, le Phoenix se trouve dans le bas du classement de la ligue, au 14e rang, avec seulement 49 points.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer