Mathieu Ayotte tranche

Olivier Tremblay a effectué de gros arrêts afin... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Olivier Tremblay a effectué de gros arrêts afin de permettre aux Tigres de l'emporter.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Mathieu Ayotte a inscrit son deuxième but du match, son 12e de la saison, à mi-chemin du temps alloué à la période de prolongation afin de permettre aux Tigres de Victoriaville de remporter un gain de 3-2 sur le Phoenix de Sherbrooke. Il s'agit d'une deuxième victoire en neuf tentatives pour les Félins une fois le temps réglementaire écoulé.

« Je pense que ça enlève le monkey off our back comme on dit en anglais. Quand ça fait longtemps que tu n'as pas marqué dans cette situation, ça fait beaucoup de bien, ça enlève de la pression», affirme l'entraîneur-chef victoriavillois, Bruce Richardson.

Joey Sansoni a donné les devants aux locaux en milieu de première période sur un jeu décousu. Il a tout juste eu le temps de placer la rondelle entre les jambières d'Evan Fitzpatrick. Julien Pelletier est venu bien près de créer l'égalité quelques instants plus tard lorsqu'il s'est présenté seul devant Olivier Tremblay. Le gardien des Tigres joue son meilleur hockey depuis quelques semaines. Hier, il a stoppé 32 lancers, dont plusieurs dangereux.

« Olivier a fait de gros arrêts et c'est ce qui nous a permis d'aller chercher cette partie et les deux précieux points qui vont avec. Ce point de plus peut faire la différence pour l'obtention de l'avantage de la glace à la fin de l'année », ajoute Richardson.

Ce n'était toutefois que partie remise pour le Phoenix qui a dominé une bonne partie de la rencontre. Guillaume Gauthier a ramené tout le monde à la case départ dès les premiers instants du deuxième tiers grâce à un tir précis dans la lucarne qui n'a pas laissé de chance au cerbère victoriavillois.

Mathieu Ayotte a profité d'une rondelle laissée libre pour redonner les devants aux siens, puis Chase Harwell a créé l'égalité avec son huitième de la campagne. Possiblement inspiré par son vis-à-vis par son vis-à-vis, Fitzpatrick s'est distingué en fin de troisième période devant Tristan Pomerleau afin de provoquer la tenue d'une période supplémentaire.

Garder le jeu simple

Si la rencontre a pu paraître soporifique pour certains spectateurs, c'est que Bruce Richardson a admis redouter l'attaque sherbrookoise et lui a opposé une stratégie en conséquence. Il a demandé à ses joueurs de prendre le moins de risque possible.

« Il fallait garder le jeu simple, le hockey, ça change vite. Si tu n'es pas sûr de ton coup, envoie la rondelle en zone neutre. Le Phoenix a une puissante attaque et ils nous ont d'ailleurs fait mal sur un revirement ce soir », explique-t-il.

Le meilleur marqueur des Félins, Maxime Comtois, brillait par son absence au cours de la rencontre d'hier et Pascal Laberge évoluait sur le quatrième trio, lui qui revient à peine d'une blessure. Les deux jeunes prodiges devraient être en uniforme ce week-end pour le rude périple des Tigres en Abitibi.

« On méritait un meilleur sort »

Le Phoenix pensait bien récolter un deuxième gain en autant de sorties en visitant les Tigres à Victoriaville. Malgré une meilleure performance, les Sherbrookois ont vu Mathieu Ayotte et le gardien Olivier Tremblay leur voler un point en prolongation.

« On doit donner tout le crédit au gardien adverse, estime Guillaume Gauthier. On méritait un meilleur sort, mais on a empoché un point quand même. Chaque point demeure important et on les prendra tous d'ici la fin de saison. »

Le portier Evan Fitzpatrick a également donné tout un spectacle en étant efficace devant sa cage tout comme son homologue. Il restait seulement à savoir qui allait flancher en premier lors de la supplémentaire.

Tremblay a frustré coup sur coup Daniel Audette et Julien Pelletier sur des surnombres dans les dernières minutes de jeu, alors que Mathieu Ayotte, lui, n'a pas raté sa chance en déjouant Fitzpatrick avec un tir de loin, complétant ainsi un doublé.

« Kevin Gilbert venait d'encaisser une lourde mise en échec en prolongation et il se trouvait encore au sol peu avant le but d'Ayotte. À trois contre trois, cela a évidemment créé une brèche », précise l'entraîneur Stéphane Julien.

« Le trio de Guillaume Gauthier, Hugo Roy et Julien Pelletier a été ma meilleure ligne ce soir, constate ensuite le pilote sherbrookois. Ils ont obtenu beaucoup de chances de marquer. Surtout Pelletier et même Audette lors d'une échappée. Tremblay a fait le travail, Fitzpatrick aussi. »

Une domination évidente

Le Phoenix a dominé au chapitre des tirs au but : 34 contre 28. Et leurs chances de marquer étaient encore plus dangereuses que celles des Félins. Deux éléments encourageants pour le Phoenix.

La seule statistique inquiétante concerne les mises en jeu : 41 ont été gagnées par les Tigres, 23 seulement par le Phoenix.

Notons qu'une seule punition mineure a été appelée durant tout le match. « D'après moi, les arbitres ont quelque chose demain matin et voulaient se coucher tôt! Ils auraient pu lever le bras à quelques reprises même si le jeu est demeuré assez propre du début à la fin », lance Julien, qui a préféré en rire tout comme son confrère Bruce Richardson.

Le Phoenix recevra vendredi les Wildcats de Moncton au Palais des sports.

« Ce sera le retour au jeu de Kay Schweri, rappelle Gauthier. Nous avons tous hâte de le retrouver à nos côtés. Avec Jerôme Gaudreau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer