Stacey et Pietroniro dans la mire de Julien

Le robuste Trevor Stacey risque une nouvelle suspension... (Collaboration spéciale, Vincent Lévesque-Rousseau)

Agrandir

Le robuste Trevor Stacey risque une nouvelle suspension après une percutante mise en échec délivrée samedi, dans le match contre les Voltigeurs de Drummondville.

Collaboration spéciale, Vincent Lévesque-Rousseau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) « On a été très clairs, Jocelyn et moi, lorsque Trevor est revenu avec nous. On voulait lui donner sa chance, le faire jouer pour qu'il utilise son côté physique et son énergie, mais tout en étant discipliné. En même temps, on sait que les arbitres, et la ligue, l'ont à l'oeil plus que les autres joueurs. Il doit gérer ça, et nous aussi. »

Le retour du robuste Trevor Stacey et l'ajout du joueur d'énergie Chad Pietroniro, ont donné à l'entraîneur-chef du Phoenix de Sherbrooke, Stéphane Julien, des atouts complémentaires à ce qu'il avait sous la main.

Deux joueurs qui, avec leurs coups d'épaules et avec leurs poings, peuvent faire changer l'allure d'un match.

Mais avec les règlementations limitant le nombre de bagarres et toutes les dispositions entourant celles-ci, le jeu des joueurs robustes est de plus en plus difficile à encadrer.

Depuis son retour au jeu, s'il n'a toujours pas récolté de points, Stacey a fait résonner les bandes avec ses mises en échec. Dont la dernière, aux dépens de Kristian Afanasyev, des Voltigeurs de Drummondville, dimanche au Palais des sports. Ce qui lui a valu une punition de cinq minutes pour mise en échec à la tête et une inconduite de partie.

Et face aux Huskies de Rouyn-Noranda, mercredi dernier, Stacey a reçu une punition additionnelle pour avoir festoyé après un combat, alors qu'il tentait plutôt d'enthousiasmer la foule, ce dont elle avait bien besoin.

Joueur marqué

En cinq matchs depuis son retour, Stacey a déjà cumulé 17 minutes de punition.

Visiblement, la ligne est mince.

« C'est un apprentissage pour tout le monde. Il faut répéter à Trevor et Chad, à tous les matchs, qu'on a besoin de leurs émotions et de leur implication, mais que pour ça, ils doivent rester dans le match », a réitéré Stéphane Julien.

« Trevor essaye de bien faire, mais il est marqué. On va quand même lui demander de frapper et d'utiliser son physique et son émotion. Pour le reste du temps, il n'a pas mal fait. »

Jocelyn Thibault a eu plusieurs discussions avec le préfet de discipline, lundi, afin de défendre son homme fort à propos de la mise en échec de dimanche. Certains arguent que les patins de Stacey ont quitté la glace à l'impact vers le joueur des Voltigeurs.

Si la suspension n'est toujours pas tombée, il serait surprenant que la ligue passe l'éponge, croit Julien.

« Ce serait surprenant qu'il ne soit pas suspendu. On a revu la séquence 100 fois et il a les pieds sur la glace; les patins ne lèvent qu'après l'impact. C'est une mise en échec qui me fait penser à celle donnée par François Beauchemin (Val d'Or) contre Jérémy Roy samedi; il est parti de la ligne bleue pour aller le frapper, alors qu'il était en déséquilibre, et il le pogne à la tête, mais bon... »

Beauchemin a écopé d'une punition pour assaut. Et n'a pas été suspendu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer