Les Huskies peinent au Palais

Le Phoenix a donné du fil à retordre... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Le Phoenix a donné du fil à retordre aux Huskies mercredi soir au Palais des sports, mais s'est incliné au compte de 2-1.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Phoenix s'est avéré un adversaire plus coriace contre les Huskies, mais la formation de Rouyn-Noranda a encore eu le meilleur sur les Sherbrookois mercredi, et ce, pour une deuxième fois en moins d'une semaine.

Après un revers de 6 à 1 à Rouyn-Noranda, c'est par la marque de 2 à 1 que le Phoenix s'est incliné contre la deuxième meilleure équipe du pays.

En panne sèche, l'offensive du Phoenix n'a pu profiter de ses nombreuses occasions de marquer tout au long de la partie.

« On a connu un bon match, mais les revirements ont fait mal, explique Jérémy Roy. On n'a pas pu capitaliser sur nos chances. Collectivement, c'était mieux ce soir même si notre équipe connaît de la difficulté en avantage numérique. On doit par contre bâtir sur cette partie pour aller chercher un maximum de points d'ici la fin de la saison. »

Il ne restait que deux secondes à jouer au deuxième tiers lorsque le défenseur Philippe Myers a brisé l'égalité en déjouant Evan Fitzpatrick d'un tir de la ligne bleue.

Guillaume Gauthier purgeait alors une punition mineure pour avoir fait trébucher en zone offensive, ce qui n'a pas plus à son entraîneur Stéphane Julien.

Le Phoenix était encore dans le coup en troisième période, mais Bruno-Carl Denis a doublé l'avance des siens alors qu'il avait tout son temps pour décocher un tir du poignet parfait.

La réplique est venue du bâton de Julien Bahl lorsque ce dernier s'est faufilé entre les défenseurs pour ensuite glisser la rondelle entre les jambières de Chase Marchand.

Stacey en spectacle

Le Palais des sports s'est animé en fin de partie quand le dur à cuire Trevor Stacey s'est offert en spectacle en assénant de percutantes mises en échec.

Tout au long de la rencontre, Stacey ne trouvait pas de clients jusqu'à ce que Anthony Wojcik profite d'une fin de présence du matamore pour jeter les gants, ce qui a mené à une violente bagarre n'ayant pas fait de gagnant.

Les deux pugilistes ont été chassés du match, mais Wojcik a offert une supériorité numérique aux locaux pour avoir enlevé le casque de son adversaire. Le Phoenix n'a pu en profiter.

« Trevor respectait le système de jeu ce soir, il terminait ses mises en échec et même son coup sur Jacob Neveu était légal, a lancé le pilote sherbrookois. Il a donné du courage à nos joueurs et s'il continue à jouer comme il l'a fait ce soir, il aura du temps de glace. Puis si certains adversaires souhaitent danser avec lui, on l'enverra sur le jeu. »

Notons que Neveu a été victime d'une commotion cérébrale lors de cet impact.

Stéphane Julien a tenté le tout pour le tout en retirant son gardien au profit d'un sixième attaquant, mais sa troupe est demeurée congestionnée dans son territoire lors des dernières secondes.

Malgré sa belle prestation, Stacey a refusé de s'adresser aux médias en fin de match pour ensuite faire un Andrei Markov de lui-même : « Pas de commentaires, prochaine question », a-t-il répondu brièvement après être pourtant revenu devant les journalistes à la demande de son entraîneur.

Hugo Roy, lui, a cordialement accepté l'invitation des médias :

« On a disputé plusieurs bons matchs dernièrement et on joue de mieux en mieux. On aurait certainement mérité quelques points, surtout aujourd'hui. Au moins, on a montré ce soir qu'on était capables de rivaliser. »

Notons qu'il s'agissait d'un sixième revers consécutif pour les Oiseaux, qui demeurent à la recherche d'un premier gain en 2016.

La prochaine partie aura lieu samedi au Palais des sports contre les Foreurs de Val-d'Or, une autre puissance du circuit Courteau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer