Le Phoenix déclassé par «manque de courage»

Le Phoenix de Sherbrooke n'a jamais été dans... (Photo Jean-François Vachon)

Agrandir

Le Phoenix de Sherbrooke n'a jamais été dans le coup dans cette défaite de 6-1 contre les Huskies de Rouyn-Noranda.

Photo Jean-François Vachon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rouyn-Noranda) Le Phoenix s'est fait servir toute une leçon de hockey par la deuxième meilleure équipe au Canada vendredi soir à Rouyn-Noranda. Les Sherbrookois n'ont jamais été dans le coup dans cette défaite de 6-1.

«J'avais pourtant averti les gars avant le match que nous n'avions qu'une seule victoire en quatre ans ici, a affirmé l'entraîneur Stéphane Julien. On avait pourtant bien préparé l'équipe en sachant que ça s'annonçait difficile. Après ça, je ne peux pas patiner pour eux (...) Pour gagner à Rouyn, ça prend du courage et de la détermination.»

L'attaque des Huskies a battu de vitesse la défensive sherbrookoise dès les premières minutes, ce qui a mené aux deux buts de Francis Perron, tous fabriqués par l'ancien Phoenix Gabriel Fontaine.

«Ma ligne de vétérans s'est faite surprendre sur une longue présence et ce deuxième but a coupé les jambes de mes joueurs», a poursuivi Julien.

La Meute n'a pas connu de relâchement au second vingt. Bien au contraire.

Aidé par le gardien Evan Fitzpatrick, qui n'a pu fermer le trou entre ses jambières sur une descente en papillon, Alexandre Fortin a marqué le troisième but des siens sur un lancer légèrement dévié.

L'offensive des Huskies en a rajouté lorsque le nouveau venu Nikolas Brouillard a offert une avance de quatre buts à sa nouvelle équipe avec un tir digne des ligues majeures.

Un autre nouveau membre des Huskies s'est lui aussi démarqué au second vingt. L'excellent Timo Meier pourra taquiner Jérémy Roy au prochain camp des Sharks de San Jose puisque l'attaquant s'est moqué du défenseur sherbrookois pour ainsi ajouter un cinquième point au tableau.

«Jérémy est excellent et j'ai été chanceux de pouvoir marquer alors qu'il tentait de me couvrir», a expliqué le joueur-étoile.

Anthony Chapados, un autre joueur ayant changé de clan durant la période de transactions, a enfin permis aux Oiseaux de s'inscrire à la marque en interceptant une passe à la ligne bleue, ce qui a profité à Kevin Gilbert: 5-1 après 40 minutes de jeu.

Meier en spectacle

Comme s'il n'avait pas assez fait bonne impression, Timo Meier a complété son doublé en récupérant son propre retour de lancer pour ainsi enfoncer un sixième et dernier clou dans le cercueil du Phoenix en troisième période.

Et dire que Meier ressentait les effets du décalage horaire, lui qui se trouvait encore en Suisse jeudi après le Championnat mondial de hockey junior présenté en Finlande...

«Au dernier tiers, on a abandonné: on manquait d'effort et on perdait nos bagarres dans notre zone», a soutenu le pilote sherbrookois.

Evan Fitzpatrick a fait face à 32 tirs contre 20 pour Samuel Harvey.

«Une meilleure couverture défensive aurait certainement aidé notre gardien», a précisé Julien.

«Le même défenseur s'est fait prendre à trois reprises en ne bloquant pas le bâton de l'adversaire, a-t-il renchéri. Je parle du numéro 18 (Julien Bahl).»

«On affrontait peut-être une grosse équipe, mais on manquait de concentration, a observé quant à lui Anthony Chapados. Nos erreurs ont été coûteuses et cela a coupé notre rythme. On devra corriger quelques détails et éviter les contre-attaques. Ce sera mieux à Val-d'Or. J'aurais espéré un meilleur début avec le Phoenix, mais je me sentais tout de même à l'aise.»

La troupe de Stéphane Julien prendra effectivement la direction de Val-d'Or samedi après-midi afin de compléter son séjour en Abitibi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer