Deslauriers et Sabourin échangés au Drakkar

Mikael Sabourin... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Mikael Sabourin

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le vétéran Vincent Deslauriers et le dur à cuire Mikael Sabourin quittent Sherbrooke et prennent la direction de Baie-Comeau. En retour, le Phoenix a obtenu lundi les services du joueur d'énergie Chad Pietroniro.

Chad Pietroniro en est à sa troisième saison... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Chad Pietroniro en est à sa troisième saison dans la LHJMQ. Après un court passage à Val-d'Or, le joueur de centre a disputé 51 parties dans l'uniforme du Drakkar de Baie-Comeau. 

Photo fournie

Le directeur général du Phoenix, Jocelyn Thibault, a aussi amélioré sa banque de choix de sélection avec cette transaction. Un choix de 2e ronde en 2016, qui appartenait à l'origine aux Wildcats de Moncton, et une sélection de 3e tour en 2017 accompagnent Pietroniro. Le Phoenix a quant à lui cédé son choix de 12e ronde en 2016.

Avec le départ de Deslauriers, seulement deux joueurs actuels du Phoenix ont participé à la première saison de l'organisation en 2012 : Daniel Audette et Carl Neill.

« Vincent et Mikael étaient malheureux au sein de notre équipe, admet Thibault. Cette transaction a été difficile à compléter pour moi, puisque je connais très bien Vincent. En plus d'avoir été mon voisin pendant quelques années, il a été repêché par le Phoenix. À Baie-Comeau, il pourra probablement jouer sa dernière année junior à l'âge de 20 ans. »

Rappelons que Vincent Deslauriers avait déjà exigé une transaction dans le passé.

Combatif et énergique

Tout en admettant que le Phoenix se soit départi de « deux très bons jeunes », Jocelyn Thibault se réjoui d'accueillir un joueur aussi combatif que Chad Pietroniro.

« Chad déploie beaucoup d'énergie sur la glace. Il crée des choses sur la patinoire et amène de l'émotion dans un match. »

En 20 parties cette saison sous les ordres de son père Marco, Chad Pietroniro a amassé trois buts, deux mentions d'aide et 54 minutes de pénalité.

L'agitateur en est à sa troisième saison dans la LHJMQ. Après un court passage à Val-d'Or en tant que joueur invité, l'attaquant mesurant 5'9 et pesant 180 livres a disputé 51 parties dans l'uniforme du Drakkar de Baie-Comeau.

Avec le départ de Deslauriers, Jocelyn Thibault a désormais le défi de trouver un nouveau centre d'impact.

« Je n'avais pas de marge de manoeuvre avec mes choix de sélection pour obtenir un nouveau joueur de centre, maintenant j'en ai », confirme le D.G. sherbrookois, tout en confiant que l'émergence de Kevin Gilbert et le développement d'Hugo Roy l'ont poussé à effectuer cet échange.

Vincent Deslauriers... (Archives, La Tribune) - image 2.0

Agrandir

Vincent Deslauriers

Archives, La Tribune

Un nouveau départ

Vincent Deslauriers et Mikael Sabourin repartent de Sherbrooke avec la tête remplie de bons souvenirs. Malgré tout, les deux hockeyeurs semblaient très heureux de changer de camp.

« J'adorais ma famille de pension et mes coéquipiers, souligne Deslauriers. J'aime Sherbrooke. C'est une belle ville de hockey. Mais je suis quand même vraiment content de me joindre au Drakkar. Ce changement me fera du bien. L'équipe est en reconstruction et j'aurai un grand rôle à jouer là-bas. »

Présent à Sherbrooke depuis près de quatre ans, Deslauriers estime que le Drakkar connaîtra de beaux moments dans un avenir rapproché.

« Le Drakkar a de la difficulté présentement, mais ce sera déjà mieux l'an prochain. J'ai pu jouer avec d'excellents coéquipiers à Sherbrooke, mais je pourrai apporter encore plus de leadership au Drakkar. Je me considère davantage comme un joueur défensif et si je peux produire offensivement, ce sera un bonus pour moi », renchérit Deslauriers.

Pour sa part, Mikael Sabourin s'attendait à être échangé puisque son temps de glace avait fortement diminué lors des dernières parties.

« Avec la venue de Nathanael Halbert et ensuite l'arrivée de Matt Sartoris, je ne jouais presque plus. Baie-Comeau, c'est un peu loin, mais je suis heureux. J'ai entendu de très bonnes choses à propos de cette organisation et je suis content que Vincent m'accompagne. C'est Nicolas Poulin qui s'ennuiera : nous étions toujours les trois ensemble. »

Sabourin tient finalement à remercier la direction sherbrookoise.

« On a toujours été bien traités par le Phoenix. Je ne pouvais pas demander mieux en début de carrière dans le junior. Une nouvelle chance s'offre maintenant à moi. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer