« Stéphane, c'est mon homme »

Stéphane Julien a obtenu mardi la pleine confiance... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Stéphane Julien a obtenu mardi la pleine confiance du nouveau directeur général du Phoenix, Jocelyn Thibault.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Stéphane Julien est avec le Phoenix pour y rester. C'est ce que le nouveau directeur général Jocelyn Thibault a annoncé mardi, moins de deux semaines après avoir offert le poste d'entraîneur-chef par intérim à son ami de longue date.

L'ancien coéquipier de Thibault chez les Draveurs de Trois-Rivières et les Faucons de Sherbrooke a ainsi obtenu la pleine confiance de son patron.

Stéphane Julien demeurera donc à la barre de l'équipe jusqu'à la fin de la saison.

« J'ai même arrêté mes recherches afin de trouver un nouvel entraîneur-chef pour la saison prochaine, assure Jocelyn Thibault. Comme disait Réjean Houle à l'époque : Stéphane, ''c'est mon homme''. Il fait partie de nos plans d'avenir. »

« Depuis que j'ai été nommé entraîneur par intérim, j'agis comme si j'étais là en permanence. Jocelyn a finalement décidé d'aller de l'avant avec moi au lieu d'en choisir un autre. Je suis content, mais la grande excitation, je l'ai plutôt vécue durant la dernière semaine. »

Une permanence en 13 jours

La question demeure la suivante : pourquoi avoir attendu 13 jours après la conférence de presse annonçant le congédiement du pilote Judes Vallée et du DG Patrick Charbonneau afin de transformer le poste intérimaire de Julien en rôle permanent?

« Par respect, on a voulu laisser la poussière retomber avant de prendre une décision finale dans le cas de Stéphane. Nous devions stabiliser le tout et nous avions encore des choses à discuter, à assimiler et à gérer avant qu'il soit nommé entraîneur. »

« Je suis une personne très occupée avec ma compagnie et ma famille. J'ai pris le temps de consulter toutes les personnes concernées par ce changement avant de me lancer dans cette aventure. Mon travail n'est plus un problème : je peux m'investir comme je le souhaite dans mon nouveau rôle », précise Julien.

Selon Thibault, l'organisation et son nouvel entraîneur ont pris une entente sans nécessairement signer de papier.

« Notre priorité est de changer le cap du bateau. On prendra le temps de rédiger un contrat cet été », admet le directeur-gérant et actionnaire du Phoenix.

« J'ai reçu plusieurs CV pour le poste d'entraîneur-chef, mais aussi pour d'autres fonctions, poursuit le DG. Je suis content de pouvoir compter sur Stéphane, qui semble avoir pris goût à sa nouvelle tâche. »

Des mauvaises habitudes à éliminer

Le message de Stéphane Julien est clair : certains joueurs devront éliminer « de mauvaises habitudes » :

« Je suis une personne qui respecte les règles à la lettre et j'en demande autant à mes joueurs. Malgré le bon travail de Patrick et Judes, des choses devront changer et ça ne se fait pas en claquant des doigts. Je parle des mauvaises habitudes des joueurs adoptées autant sur la glace qu'à l'extérieur. Il faudra par contre réussir à modifier notre philosophie rapidement. Un gros mois de janvier nous attend. »

Le Phoenix occupe le 14e rang après 35 parties, à deux points d'une exclusion des séries si ces dernières commençaient aujourd'hui.

Depuis la nomination de Stéphane Julien, Sherbrooke affiche un dossier d'une victoire et deux défaites.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer