Patrick Charbonneau: «On aurait dû être meilleurs»

Patrick Charbonneau... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Patrick Charbonneau

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'ancien directeur général du Phoenix de Sherbrooke connaîtra une période des Fêtes différente de celle prévue. Congédié en compagnie de l'entraîneur-chef Judes Vallée après s'être donné corps et âme pendant près de quatre ans, Patrick Charbonneau a accepté de revenir sur son passage avec le Phoenix, qu'il décrit comme étant l'expérience d'une vie.

« J'ai eu la chance d'occuper les fonctions de directeur-gérant d'un club d'expansion : je ne pourrai jamais revivre cela ailleurs, lance-t-il. J'ai collaboré au choix des couleurs et du logo du Phoenix, j'ai aidé à former l'identité de cette équipe et j'ai bâti un alignement avec mon personnel en partant de rien. Le Phoenix m'a donné ma première chance et ce fut un défi incroyable et extrêmement enrichissant. »

Patrick Charbonneau aurait toutefois préféré terminer le travail amorcé. Les actionnaires en ont décidé autrement.

« J'ai été très surpris de la décision, admet l'ancien DG, onze jours après avoir appris la mauvaise nouvelle. Je suis resté bouche bée. Je mentirais si je disais que je n'ai jamais craint d'être remercié lorsque l'équipe connaissait des moments difficiles cette saison. Tout comme Judes, j'ai respecté la décision des actionnaires, mais je ne l'accepte toujours pas. »

Même si le Phoenix forme une équipe redoutable sur papier, et ce grâce au travail de Patrick Charbonneau et des recruteurs, le club sherbrookois n'a pas répondu aux attentes en début de campagne. Ce qui a amené Jocelyn Thibault à prendre le relais avec le nouveau pilote Stéphane Julien.

« Je crois sincèrement que le Phoenix n'a pas été à la hauteur de son réel talent, estime Charbonneau. On aurait dû être meilleurs avec le groupe de joueurs qu'on avait. Je ne dois pas chercher à comprendre les raisons de mon congédiement. Je suis évidemment très déçu de ce qui est arrivé. Le plus difficile, c'était de l'annoncer à mes enfants. Le hockey faisait partie de notre routine. J'ai consacré les quatre dernières années au Phoenix après tout. »

« Je travaillais parfois jusqu'à 20 heures par jour, sept jours sur sept, ajoute-t-il. Mon horaire était déjà planifié pour les deux prochains mois, surtout avec la période de transactions qui a été lancée samedi dernier. Du jour au lendemain, je me retrouve à la maison avec beaucoup de temps libre. J'ai négligé en quelque sorte ma famille et je savourerai tous ces instants passés avec ma femme et mes enfants durant les Fêtes. »

Plusieurs propositions

Depuis son congédiement, les offres d'emploi pleuvent. Patrick Charbonneau souhaite toutefois prendre une courte pause et réfléchir à son avenir avant d'accepter une proposition.

« Je reste à l'affût. Je regarde de près tout ce qui se passe dans la LHJMQ durant la période de transactions. Je resterai assurément dans le monde du hockey. Des postes de directeur général, il y en a seulement 18 dans le circuit et c'est un privilège de remplir ce rôle », confie Charbonneau.

De beaux souvenirs

Fier du travail accompli, Patrick Charbonneau conservera de nombreux souvenirs.

« Je suis content d'avoir fait partie d'une organisation comme celle-là. Les actionnaires, la direction, le personnel et les joueurs sont investis à cent pour cent. Je suis fier d'avoir bâti une équipe en respectant mes valeurs et celle du club. Je crois avoir fait beaucoup plus de bons coups que de mauvais. »

« Le rôle de DG ne se résume pas seulement au recrutement et aux transactions, précise-t-il. Il y a également l'élément humain à ne pas négliger. On travaille avec des jeunes de 16 à 20 ans et je me suis toujours dit que je ne ferai jamais quelque chose à un joueur que je ne ferais pas à mes enfants! Il ne me reste qu'à leur souhaiter bonne chance! »

Partager

À lire aussi

  • Jerôme Gaudreau | <em>Les regards tournés vers le Phoenix</em>

    Sports

    Les regards tournés vers le Phoenix

    Chronique / Même si cette toute nouvelle chronique devait à la base aborder différents sujets qui ne concernent pas le Phoenix de Sherbrooke,... »

  • Une première victoire pour Julien

    Phoenix

    Une première victoire pour Julien

    Le Phoenix présentait son match spécial de Noël vendredi et les joueurs sherbrookois en ont profité pour offrir un cadeau à leur nouvel... »

  • «J'ai perdu ma famille», dit Judes Vallée

    Hockey junior

    «J'ai perdu ma famille», dit Judes Vallée

    Judes Vallée respecte la décision, mais ne l'accepte pas encore. Le deuil de l'ancien entraîneur-chef du Phoenix de Sherbrooke ne se fera pas du jour... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer