La récompense du guerrier

C'est avec fierté que Chase Harwell porte maintenant... (La Tribune, Jérôme Gaudreau)

Agrandir

C'est avec fierté que Chase Harwell porte maintenant la lettre A sur son uniforme

La Tribune, Jérôme Gaudreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Depuis qu'il a quitté le nid familial et les États-Unis en 2013 afin de jouer au hockey à Sherbrooke, Chase Harwell est reconnu par les amateurs pour sa hargne et son courage. C'est donc avec une grande fierté que le petit guerrier du Phoenix s'est vu décerner le rôle d'assistant-capitaine ce week-end. Une décision des entraîneurs qui a fait l'unanimité.

« Avant d'affronter les Olympiques de Gatineau vendredi, j'ai mis les pieds dans le vestiaire et je n'ai pas vu immédiatement le A sur mon chandail qui était accroché à ma case comme d'habitude. Quelques coéquipiers m'ont félicité par la suite et je ne comprenais pas pourquoi. Lorsque je suis revenu à ma place dans le vestiaire, j'ai soudainement compris et un sourire est rapidement apparu sur mon visage », raconte avec émotions Chase Harwell.

En fait, tout l'or du monde n'aurait pu le rendre aussi heureux.

« C'est un très grand honneur pour moi d'être l'assistant-capitaine d'une organisation aussi respectable que celle du Phoenix. J'ai commencé ma carrière junior ici à Sherbrooke et j'ai appris beaucoup depuis mon arrivée. Je dois tout cela au directeur général Patrick Charbonneau, aux entraîneurs et aussi à mon capitaine Carl Neill, qui m'a bien accueilli dès le premier jour. Carl est d'ailleurs devenu l'un de mes meilleurs amis et je l'appuierai du mieux que je le peux dans ses fonctions de capitaine. »

Un choix logique

Pour le pilote Judes Vallée, il était tout naturel d'apposer une lettre sur l'uniforme de Chase Harwell, qui s'ajoute aux deux autres assistants Jérémy Roy et Daniel Audette.

« Il n'y a eu aucune contestation de la part des joueurs, informe Vallée. Ce n'était qu'une question de temps avant que Chase ne devienne assistant-capitaine. Il a toujours été un joueur respecté et son comportement est irréprochable. »

« Je crois que les entraîneurs ont reconnu ma passion et mon dévouement. Je vais toujours donner mon cent pour cent même si je suis malade ou blessé. Et je ne changerai surtout pas ma façon d'agir parce que je suis devenu l'assistant-capitaine. Je serai le même autant sur la glace que dans le vestiaire. »

Comme s'il n'avait pas vécu assez d'émotions, le hasard a fait que sa famille assistait pour une rare fois à la rencontre de vendredi, elle qui habite encore les États-Unis.

« Mes parents sont venus me voir jouer contre les Olympiques et je n'avais pas encore eu le temps de leur annoncer la bonne nouvelle évidemment. Quand mon père m'a vu avec le A sur mon chandail durant la séance de réchauffement, il m'en voulait beaucoup de ne pas lui avoir dit! »

Et même s'il est tombé en amour avec la ville, le numéro 73 connaît bien la dure réalité du hockey junior.

« J'aimerais compléter ma carrière junior à Sherbrooke, indique-t-il. Il me restera encore deux saisons à disputer dans la LHJMQ après celle-ci et je sais que tout peut arriver. Mais je vais tout faire pour demeurer un membre du Phoenix le plus longtemps possible. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer