Le Phoenix joue mieux, mais perd encore

Plus rien ne fonctionne pour le Phoenix de Sherbrooke. Même lorsqu'il joue... (Photo fournie)

Agrandir

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(VICTORIAVILLE) Plus rien ne fonctionne pour le Phoenix de Sherbrooke. Même lorsqu'il joue bien, il ne réussit pas à empocher les deux points et ce fut le cas samedi après-midi dans une défaite de 5 à 3 contre les Tigres de Victoriaville. Une dixième en 14 rencontres.

« On a joué comme une équipe qui veut s'en sortir, fait remarquer l'entraîneur Judes Vallée. Les gars ont passé beaucoup de temps en zone offensive aujourd'hui, mais la rondelle n'a pas voulu entrer pour nous. Avec tous ces poteaux, on n'était qu'à quelques centimètres d'une victoire. »

Le Phoenix a pourtant connu l'un de ses meilleurs débuts de match de la saison et l'intensité était au rendez-vous à l'Amphithéâtre Gilbert-Perreault.

« On n'est toutefois pas capables d'avoir une partie parfaite dans tous les aspects de notre jeu. On dirait qu'on trouve toujours un moyen de perdre », se désole le défenseur Julien Bahl.

Les Sherbrookois ont rapidement ouvert la marque par l'entremise de Daniel Audette à la suite d'une judicieuse passe de Carl Neill.

Même s'ils avaient le vent dans les voiles, les Oiseaux ont laissé Samuel Blais niveler le pointage en avantage numérique.

Blais a refait le même coup aux visiteurs en marquant un deuxième but en supériorité numérique grâce à un tir de loin qui a semblé dévier devant Evan Fitzpatrick.

Au second vingt, l'indiscipline du Phoenix a été coûteuse pour une troisième fois. Pendant que Julien Bahl purgeait une punition pour avoir été l'instigateur dans sa bagarre contre Anthony Gingras après un contact entre Gingras et Kevin Gilbert, Maxime Comtois a récupéré un retour accordé par Fitzpatrick : 3 à 1 Victoriaville.

« On a bien joué, mais les pénalités stupides ont mené à une autre défaite, a laissé savoir Kay Schweri. À cinq contre cinq, on était dominants. Si on continue de jouer comme on l'a fait aujourd'hui, on gagnera bientôt. On a effectué un pas dans la bonne direction. »

Indiscipline et malchance

Les unités spéciales ont eu un grand mot à dire dans le résultat de cette rencontre. Cette fois, c'est Guillaume Gauthier qui a profité de l'avantage d'un homme pour réduire l'écart à un point.

Le plus beau but de la partie revient toutefois à Kyle Tibbo. Ce dernier a complété un merveilleux tic-tac-toe initié par Bradley Lalonde et Mario Huber.

C'est à ce moment que le festival du poteau a commencé. Guillaume Gauthier a d'abord vu la rondelle toucher la tige droite et la barre transversale pour finalement rebondir devant Olivier Tremblay.

Chase Harwell et Julien Bahl ont ensuite vécu la même frustration plus tard en troisième période.

« Un jour, cette malchance s'abattra sur d'autres que nous », espère Jack Kilgour.

La première étoile à Blais

Nicolas Poulin a redonné espoir à son équipe en complétant un jeu fabriqué par Kay Schweri : 4-3 Tigres.

Samuel Blais tenait toutefois à son tour du chapeau. Même si le Phoenix dominait totalement son adversaire en fin de partie, Blais a marqué le cinquième but des Félins à moins de six minutes de la fin pour permettre aux hommes de Bruce Richardson de se diriger vers une sixième victoire consécutive.

« Ça faisait un bout que je n'avais pas marqué et je suis content d'avoir réalisé un tour du chapeau, a indiqué le choix de sixième tour des Blues de St. Louis. On est sortis en force en première période et la foule n'a pas cessé de nous appuyer. »

Notons que Vincent Deslauriers a quitté la rencontre face aux Tigres après avoir été blessé au haut du corps. Jan Dufek a pour sa part été laissé de côté par Judes Vallée. Alexis Vanier et Mikael Sabourin manquaient également à l'appel, tout comme Austin Kozluk.

Fitzpatrick a fait face à 26 tirs contre 33 pour Tremblay.

Le Phoenix accueillera les Cataractes de Shawinigan, la meilleure équipe du circuit, dimanche après-midi au Palais des sports.

« Tout ce qu'on souhaite, c'est une victoire. Juste une pour que le vent puisse enfin tourner de bord », conclut Kilgour.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer