Enfin du renfort en défensive

Skylar Strumas... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Skylar Strumas

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le retour du capitaine Carl Neill et du joueur étoile Jérémy Roy permettra enfin aux autres défenseurs du Phoenix de reprendre leur souffle. Un changement qui aura un effet domino sur la hiérarchie interne.

«Ce n'est pas un seul joueur qui transportera l'équipe, mais le travail collectif, avance le responsable de l'unité défensive, Benoit Desrosiers. Depuis le début de la saison, j'ai surtaxé des défenseurs qui, naturellement, ne joueront jamais plus de 22 minutes. Ceux qui ont intégré l'équipe cette année auront des rôles spécifiques à jouer. Et en étant moins utilisés dans le futur, lorsque ces défenseurs sauteront sur la glace, ils seront beaucoup plus efficaces.»

Si Julien Bahl, Thomas Grégoire et Alexis Vanier ont dû effectuer des tâches plus importantes lors du voyage en Abitibi, les défenseurs de soutien Mikael Sabourin, Scottie Greene et Skylar Strumas ont vu de l'action comme jamais.

Thomas Grégoire a d'ailleurs terminé la partie avec un différentiel de -5 samedi dans une défaite de 6 à 2 contre les Huskies à Rouyn-Noranda. Skylar Strumas, lui : -6.

«Je me serais attendu à mieux de certains joueurs en ce qui concerne différents aspects de leur jeu. Est-ce qu'on peut blâmer des gars en particulier? Non. On mise toujours sur un concept d'équipe et l'ensemble de la formation a mal joué en Abitibi», poursuit Desrosiers.

Du positif malgré tout

La récente situation des défenseurs du Phoenix comporte tout de même un point positif : les plus jeunes ont plongé dans le bain rapidement et ont acquis de l'expérience.

«L'absence de Carl Neill, Jérémy Roy et Alexis Vanier m'a permis de mieux évaluer nos six autres défenseurs, avance l'entraîneur adjoint. Si on prend l'exemple de Scottie, il arrive de loin. Il constitue pour nous un beau projet à l'âge de 17 ans. On veut maintenant lui donner tous les outils pour qu'il puisse se développer. Il connaît bien son rôle. Il ne sera pas habillé à tous les matchs. S'il y a des blessures, il sera inséré dans l'alignement. Mais cette année, son travail sera principalement durant les entraînements. Présentement, je suis satisfait de ce que j'ai pu voir si je compare son jeu à la toute première partie.»

«Il s'agit pour moi d'un gros ajustement, admet Scottie Greene. J'ai moins de temps pour réagir et je crois m'adapter d'une belle façon. Je n'avais pas beaucoup d'expérience lorsque je me suis présenté à Sherbrooke et je sens déjà une belle amélioration. Je dois encore améliorer ma couverture défensive et comme tout le monde, je veux devenir plus rapide. J'ai profité de la participation de Neill, Vanier et Roy à leur camp pro pour obtenir plus de temps de jeu. Leur retour sera positif pour nous. Lorsqu'on fera appel à mes services, je serai prêt.»

«Je suis un gars qui patine bien avec la rondelle et je suis capable d'effectuer de bonnes sorties de zone, explique pour sa part Skylar Strumas, qui possède une saison complète dans la LHJMQ derrière la cravate à Baie-Comeau. Je ne contrôle pas mon temps de jeu, mais je vais faire de mon mieux pour forcer l'entraîneur à m'utiliser.»

Même si son utilisation diminuera considérablement avec l'ajout de Roy et Neill, Strumas se dit heureux de voir ce duo être réuni bientôt.

«Tout comme Jérémy, le retour de Carl est bon pour nous et on sent déjà la différence dans le vestiaire. C'est notre capitaine après tout. Je suis convaincu qu'on va s'en sortir rapidement. Les victoires viendront. Pour moi, la solution est évidente : travailler fort et profiter de nos chances. On doit rester calmes et jouer notre jeu», insiste Strumas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer