Carl Neill: «Il est temps de se réveiller»

Carl Neill... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Carl Neill

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est avec de l'expérience en banque et deux dents neuves que Carl Neill retrouvera ses coéquipiers du Phoenix de Sherbrooke pour le match l'opposant à l'Armada de Blainville-Boisbriand vendredi.

Le capitaine de la formation sherbrookoise a fait partie d'un contingent de joueurs d'âge junior retranchés par les Canucks de Vancouver dimanche lors de la première coupe du camp professionnel, ce qui ne le décourage aucunement même si, de son propre aveu, l'expérience sur la Côte Ouest a bien mal commencé.

« Lors de ma première pratique avec les recrues, j'ai reçu un bâton au visage et j'ai perdu mes deux dents d'en avant, ce n'est pas la façon dont on veut amorcer un camp disons, a déclaré Neill à son retour au Québec, hier. Mais ça a très bien été par la suite. Selon ce que j'ai entendu de mon agent et de l'organisation des Canucks, ils étaient contents de mes performances et je vais tenter d'en faire profiter le Phoenix cette année. »

Le natif de Blainville était même plutôt rassuré d'avoir passé les tests physiques des Canucks avec succès, lui qui avait été contraint de subir une opération au coeur avant même de participer au camp des Flames de Calgary auquel il avait été invité, l'an dernier.

« Je suis suivi aux trois mois maintenant et, dans ma tête, j'étais correct, mais c'est sûr que j'étais quand même stressé. J'étais content que les tests confirment que tout est beau pour ma santé et là, je touche du bois pour que ça continue. »

Plus rapide et plus physique

Selon Neill, un choix de cinquième ronde, 144e au total, des Canucks en juin, la participation au « gros camp » de l'organisation se voulait davantage une immersion visant à le préparer pour celui de l'an prochain, où il devra montrer qu'il a bien mis en pratique ce qu'on attend de lui cette saison.

« Ça ne servait pas à grand-chose de nous garder plus longtemps, admet-il sans ambages. L'équipe préfère ne pas trop tarder avant de retourner les jeunes juniors, parce qu'elle sait que la saison est déjà commencée. Ils m'ont amené pour avoir de l'expérience pour l'an prochain. La différence entre le junior et les pros, c'est la vitesse du jeu. Ils veulent donc que je me concentre pour exécuter mes jeux plus rapidement et que je joue plus physique étant donné que j'ai un bon gabarit. »

Le retour du numéro 32 à la ligne bleue du Phoenix lui sera assurément salvateur. En quatre rencontres cette saison, la troupe de Judes Vallée a inscrit seulement six filets en plus d'en accorder plus du triple, soit 19. Le capitaine soutient cependant que tout va se remettre dans l'ordre.

« J'ai écouté les deux dernières parties, dont la partie à Val-d'Or. Ça n'a pas trop bien été, mais il y a quelques gars qui jouent blessés et il manque des vétérans, a-t-il nuancé. L'équipe ne joue pas à la hauteur qu'elle peut et ce qui est positif, c'est que ça ne peut que s'améliorer. Le retour des vétérans va stabiliser l'alignement et je ne suis pas inquiet du début de saison. »

Il ne compte pas non plus tenir de discours enflammé dans le vestiaire, pas tout de suite.

« Je pense que les gars ont déjà été assez négatifs au cours des deux dernières semaines, il faut seulement se changer les idées. Tout le monde sait qu'une saison de hockey, c'est long, c'est mieux d'en perdre quatre au début que quatre à la fin. Je vais seulement dire que c'est le temps de se réveiller et de se mettre à jouer. »

Partager

À lire aussi

  • Judes Vallée: «Ça devient lourd»

    Phoenix

    Judes Vallée: «Ça devient lourd»

    Le Phoenix s'attendait à un voyage difficile en Abitibi et ce fut le cas. Si les Sherbrookois espéraient trouver enfin le chemin de la victoire... »

  • Un attaquant ontarien de 18 ans en renfort

    Phoenix

    Un attaquant ontarien de 18 ans en renfort

    Un ancien membre des Rangers de Kitchener de la Ligue de hockey junior d'Ontario s'est joint mercredi au Phoenix de Sherbrooke. Si Jack Kilgour... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer