Week-end difficile en prévision en Abitibi

Judes Vallée... (Archives La Tribune)

Agrandir

Judes Vallée

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(VAL-D'OR) Le Phoenix ne s'attend pas à l'avoir facile ce week-end lors de son voyage en Abitibi, un endroit où les Sherbrookois n'ont jamais collectionné les victoires à la tonne.

« La saison dernière, on a réalisé plusieurs exploits pour une première fois comme gagner à Québec, affirme d'abord l'entraîneur Judes Vallée. Maintenant, il est venu le moment de mettre derrière nous nos difficultés du passé lors de nos voyages en Abitibi et on doit gagner plus souvent sur leur territoire. »

Le premier défi du Phoenix sera de limiter les erreurs dans sa zone défensive ce soir face aux Foreurs de Val-d'Or.

« Ce sera un dur week-end, poursuit Judes Vallée. On a connu des problèmes dans notre zone défensive la semaine dernière. En plus, les Foreurs sont beaucoup axés sur l'offensive. »

Demain, ce sera au tour des Huskies de Rouyn-Noranda d'accueillir la troupe sherbrookoise.

« C'est toujours spécial de jouer à Rouyn, rappelle Vallée. La glace est petite, la pression arrive plus rapidement et on a eu de la difficulté sur cette patinoire. »

Immédiatement après la partie de samedi, le Phoenix passera la nuit dans l'autobus afin de revenir à la maison dimanche matin.« C'est pour nous une chance de resserrer les liens pendant les 72 h de voyage. Une belle occasion se présente à nous pour retrouver le chemin de la victoire. Je le répète souvent, mais on entame un marathon. Par contre, ce sera serré dans notre division et on ne peut pas nous permettre d'attendre trop longtemps avant d'accumuler les victoires. »

Enfin du renfort

Si Jérémy Roy (San Jose), Carl Neill (Vancouver) et Julien Pelletier participent toujours à leur camp d'entraînement professionnel respectif, le Phoenix retrouvera le défenseur Alexis Vanier (San Jose) et l'attaquant Daniel Audette (Montréal).L'absence de ces derniers aura d'ailleurs coûté cher en début de saison puisque les Sherbrookois demeurent à la recherche d'une première victoire. « On s'aperçoit que lorsqu'une équipe doit se passer de ses meilleurs attaquants à cause des camps professionnels, sa base défensive lui permet de s'en sortir un peu parce que tout part de là, clame l'entraîneur. Mais notre problème, c'est qu'il nous manquera encore deux de nos meilleurs défenseurs notamment, ce qui complique le travail dans notre zone. »

Rien n'indique d'ailleurs que l'excellent Jérémy Roy prépare bientôt son retour à Sherbrooke.

« Jérémy Roy, c'est 30 minutes de temps de glace, dont 20 avec la rondelle. Quand Jérémy était blessé l'an dernier, on accordait en moyenne neuf tirs de plus. »

La présence de Vanier et d'Audette rassure toutefois l'entraîneur.

« Le retour d'Alexis Vanier nous aidera, mais à quel point? Ce n'est pas rare de voir un joueur connaître des moments plus difficiles à son retour d'un camp de la LNH. Ils vivent une mini dépression et c'est normal. Je me suis déjà assis avec Daniel Audette et je m'attends à ce que son retour soit bénéfique. Les gars seront contents de retrouver les meilleurs joueurs du club, mais ils ne devront pas s'asseoir là-dessus pour autant. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer