Jérémy Roy: «Je souhaite créer une surprise»

Jérémy Roy... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Jérémy Roy

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le soleil radieux de la Californie et un premier contrat professionnel en poche n'auront pas suffi à altérer les pensées et les objectifs de Jérémy Roy.

Quelques jours après avoir signé son premier contrat professionnel, une entente à deux volets de 890 000 $ pour trois ans officialisée dimanche par les Sharks de San José, le défenseur du Phoenix de Sherbrooke admet ne pas trop s'éloigner des gymnases et de la surface glacée où il doit s'entraîner. Plutôt que de célébrer, l'arrière de 18 ans a au contraire redoublé d'ardeur pour étirer son séjour sur la Côte-Ouest.

« Je sors pour manger, mais je n'ai pas beaucoup de temps à moi dans une journée, se défend tout de même Roy. C'est un rêve qui devient réalité. Le contrat, c'est surtout une motivation supplémentaire. En tant que joueur, c'est pour ça que t'as toujours travaillé, que tu t'es entraîné. Ça fait tomber la pression, parce que je n'ai plus le stress de signer un contrat, mais le stress de jouer et montrer ce que je peux faire à l'organisation. »

À cet égard, le numéro 97 a connu un bon camp des recrues, obtenant notamment une passe dans une défaite de 5-2 contre les Ducks d'Anaheim dimanche. Le choix de 2e ronde, 31e au total lors du dernier repêchage de la LNH a maintenant hâte d'en découdre avec les professionnels à compter de vendredi.

« On ne m'a rien confirmé encore, mais je devrais y être invité, estime Jérémy Roy. Je souhaite simplement créer une surprise et améliorer mon rang parmi les espoirs de l'organisation (depth chart). Je veux montrer que je suis plus près de la LNH qu'il peuvent le penser. J'ai obtenu un point dimanche, mais mon meilleur match a été celui de samedi (une victoire de 4-1 contre ces mêmes Ducks); j'embarquais sur la glace une présence sur deux à partir de la moitié de la deuxième période et j'ai obtenu plusieurs lancers. »

Roy, qui participe au camp en compagnie de son coéquipier Alexis Vanier, dit garder néanmoins un oeil sur les activités du Phoenix de Sherbrooke, qui a entamé sa saison avec deux défaites consécutives le week-end dernier.

« J'ai texté avec plusieurs gars et le moral n'est pas à terre. On va être capable de s'en remettre », résume-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer