Thomas Grégoire prend du coffre... et du galon

Thomas Grégoire... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Thomas Grégoire

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) En terminant la dernière saison en force, le Sherbrookois Thomas Grégoire s'est présenté au camp du Phoenix dans l'espoir d'obtenir encore plus de responsabilités.

« Thomas est passé à la vitesse supérieure en fin de saison en jouant avec Alexis Vanier, rappelle d'entrée de jeu l'entraîneur adjoint Benoît Desrosiers, responsable des défenseurs. Les deux se complètent très bien et dès qu'on aura la chance, on les refera jouer ensemble. On a demandé à Thomas de gagner plus de force durant l'été et il est arrivé encore plus puissant au camp. Ce qui l'amènera à réussir par contre dans le monde du hockey, c'est son esprit de compétition et sa passion. »

« C'est certain que je possède plus d'expérience dans le circuit, mais en même temps, je suis ici depuis seulement un an, fait remarquer Grégoire. Ce n'est pas le temps de lâcher bien au contraire. Le fait d'avoir joué un peu plus après la période des Fêtes m'aide beaucoup. J'aborde la saison qui s'en vient de façon positive. L'an dernier, c'était davantage une saison d'adaptation pour moi. C'est important de travailler encore plus fort à l'heure actuelle pour améliorer mon rang au sein de l'équipe en obtenant un plus grand rôle. »

Avec la présence des vétérans Jérémy Roy, Carl Neill, Alexis Vanier et Julien Bahl, le jeune hockeyeur sherbrookois a du pain sur la planche s'il souhaite obtenir un peu plus de temps de jeu.

« C'est difficile de dire où il se situe dans la hiérarchie parce que chaque défenseur a son propre rôle à jouer», se limite à dire Benoît Desrosiers.

« Ce n'est pas parce que je me sens confortable dans la position que je suis cette année que je ne veux pas prendre la place des gars qui sont devant moi et c'est juste normal », clame-t-il.

une quinzaine de livres de plus

Les recruteurs de la LNH qui se déplaceront pour scruter Thomas Grégoire verront à l'oeuvre cette année un défenseur plus lourd et plus costaud. La balance indique en effet une quinzaine de livres de plus lorsque Grégoire y pose les pieds.

« J'ai pris plus de coffre cet été pour aller chercher plus de puissance. J'ai toujours bien utilisé mon bâton pour soutirer la rondelle à l'adversaire en jouant intelligemment, mais si jamais je suis mal pris, je peux sortir une bonne mise en échec à l'occasion. »

Conscient qu'une saison cruciale arrive à grands pas, Thomas Grégoire refuse d'y accorder une trop grande importance.

« La prochaine année est aussi importante que les autres, souligne le numéro 2 du Phoenix. Le repêchage est encore loin pour moi. Je n'y pense pas du tout. Oui, cette journée peut changer ma vie, mais je dois encore travailler très fort avant d'arriver à ce jour-là. J'ai tout à prouver et je veux gagner avec mon équipe avant tout. Ça ne me stresse pas beaucoup en fait. Honnêtement, si je ne suis pas repêché, je vais tenter de trouver un autre chemin pour atteindre mon but en étant invité à un camp professionnel par exemple. »

Est-ce que le fait de jouer pour une équipe possédant une défensive aguerrie peut lui nuire en vue de son repêchage?

« En faisant partie d'une bonne brigade défensive qui possède beaucoup de profondeur, ça m'encourage à pousser encore plus fort parce que c'est plus difficile d'obtenir plus de responsabilités. Quand on a une équipe gagnante, je crois que ça nous amène avant tout à vouloir faire encore mieux », estime Thomas Grégoire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer