MacCallum bloque 43 tirs dans un gain de 4-0 des Islanders

Le Phoenix acculé au mur

Le Phoenix disputera un match sans lendemain lundi à Sherbrooke après avoir été... (Collaboration spéciale, Jason Malloy)

Agrandir

Collaboration spéciale, Jason Malloy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Charlottetown) Le Phoenix disputera un match sans lendemain lundi à Sherbrooke après avoir été blanchi au compte de 4-0 par un gardien recrue, vendredi à Charlottetown. Les Islanders mènent ainsi la série 3 à 2.

L'attaque sherbrookoise s'est montrée complètement amorphe en générant peu de chances réelles de marquer malgré les 43 tirs dirigés vers Daryl MacCallum, le héros de la série jusqu'à maintenant.« On doit se salir plus le nez dans l'enclave, explique l'entraîneur Judes Vallée. C'est évident que si on termine le match avec 43 lancers sans avoir un seul but, c'est la preuve que les tirs n'ont pas tous été dangereux et difficiles à arrêter. »

Le nom de MacCallum a résonné bruyamment à l'intérieur du Centre Eastlink en fin de partie. Normal, puisque le jeune gardien est rapidement devenu le héros local depuis la blessure au genou de Mason McDonald.

« C'est un moment spécial pour moi, souligne le portier. Je suis content que les amateurs, mes coéquipiers et mes entraîneurs croient en moi : ça me donne confiance. J'ai saisi ma chance. Je souhaite que ça se poursuive à Sherbrooke. Le Phoenix reviendra fort. »

Bureau laissé à lui-même

Même si Alex Bureau semblait vouloir reprendre là où il l'avait laissé mercredi lors de la victoire des siens, le cerbère du Phoenix n'a pu tout faire le travail à lui seul en première période.

Après avoir réalisé des arrêts spectaculaires, Bureau a cédé face à Oliver Cooper quelques secondes après la pénalité obtenue par Chase Harwell.

Cooper a eu tout le temps voulu pour déjouer Bureau à sa guise à la cinquième minute de jeu.

Dix minutes plus tard, Spenser Cobbold a marqué son cinquième but de la présente série en se servant de Cameron Darcy comme écran afin d'effectuer un tir voilé à partir de l'enclave.

« Je dois donner le crédit à mes partenaires de trio qui réalisent tout un travail autour de moi depuis le début de la série », confie Cobbold, le meilleur buteur des Islanders.

« Les deux équipes ont obtenu beaucoup de tirs, mais les Islanders ont eu de meilleures chances de compter malgré le bon travail de mes défenseurs », avance pour sa part Bureau.

Les gardiens se dressent

Le second vingt aura été l'affaire des deux gardiens et des unité défensives de chaque équipe.

Le Phoenix n'a d'ailleurs pu profiter de ses quatre avantages numériques obtenus durant cette période, dont une séquence à 5 contre 3.

La bonne nouvelle? La troupe de Judes Vallée a aussi bien fait alors qu'elle comptait à un certain moment sur seulement trois joueurs pour défendre son territoire.

Le Phoenix s'enfonce

Deux buts marqués rapidement par les hommes de Gordie Dwyer ont permis de clore le débat dès les premiers instants du dernier vingt.

Ross Johnston a d'abord fait bouger les cordages à l'aide d'un tir bas et Bradley Kennedy a saisi son propre retour pour augmenter l'avance de son club en marquant ce dernier but.

Le Phoenix n'a donc pas su profiter vendredi de l'absence du gardien Mason McDonald et de l'excellent attaquant Alex Goulet (malade).

Dans la défaite, Alex Bureau a bloqué 36 des 40 tirs dirigés vers lui.

« On s'en va maintenant à Sherbrooke pour compléter ce qu'on a commencé, a affirmé le pilote des Islanders, Gordie Dwyer. On voulait y retourner avec l'avance dans la série et on y est parvenus. On est confiants, puisqu'on a connu beaucoup de succès sur la route cette année, surtout à Sherbrooke. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer