Le Phoenix ne se laissera pas intimider

Judes Vallée... (Archives La Tribune, Julien Chamberland)

Agrandir

Judes Vallée

Archives La Tribune, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Ils sont gros, ils sont forts, mais pas question de les craindre chez le Phoenix. Les Islanders de Charlottetown se présenteront à Sherbrooke demain avec sept joueurs de plus de 6'3» au sein de leur alignement et un dossier de 1164 minutes de pénalité en saison. Loin d'être reconnu pour son aspect physique cette année, le Phoenix refuse de tomber dans le piège en se laissant intimider.

« On n'a pas peur des Islanders, lance d'entrée de jeu le pilote sherbrookois Judes Vallée. On devra miser sur nos forces tout en attaquant leurs faiblesses. On le sait qu'ils sont imposants, mais si l'on avait affronté une autre équipe, elle aurait eu d'autres qualités. On doit faire avec. En étant plus petits, il faudra être plus intelligents et montrer du courage. »

Avec la blessure d'Alexis Vanier et de Trevor Stacey, le dur à cuire du Phoenix Mikael Sabourin est conscient qu'il risque d'en avoir plein les bras.

« Judes m'a rencontré pour me rappeler que je devrai m'impliquer encore plus physiquement, confie-t-il. Je suis prêt à jouer mon rôle. Je suis allé loin en séries l'an dernier dans le midget AAA avec les Grenadiers de Châteauguay et cette expérience m'aidera beaucoup. Sinon, j'aurai à bloquer les lancers et garder mon jeu simple pour connaître du succès. »

Ce dernier rappelle qu'il n'est pas le seul à pouvoir répondre aux attaques de la troupe de Gordie Dwyer, qui lui aussi était réputé pour son jeu robuste dans la LNH.

« Owen Bennington, Carl Neill et Chase Harwell sont forts physiquement et peuvent faire sentir leur présence sur la glace, admet Sabourin. Oui, les Islanders forment une équipe imposante. Ce sera donc important d'aller chercher le momentum dès le départ à la maison. Il faudra encaisser les mises en échec sans répliquer avec une pénalité et sans avoir peur d'aller dans les coins pour autant. Il faut faire des sacrifices pour l'équipe. On n'a pas à les craindre. »

« On est capables de jouer dur, renchérit Vallée. Ça ne veut pas nécessairement dire de se battre. Des fois, il s'agit juste d'encaisser les coups et de tendre l'autre joue par la suite. »

Ne pas tomber dans le jeu des Islanders

Leur faire payer le prix de l'indiscipline. Voilà la clef du succès pour calmer les armoires à glace de Charlottetown.

« Pour ralentir les ardeurs des Islanders, on devra marquer de gros buts en avantage numérique, souligne Mikael Sabourin. On compte bien demeurer disciplinés, parce que ça risque de se jouer durant les unités spéciales. »

L'histoire nous prouve toutefois que bien souvent, lorsque les joueurs et les amateurs s'attendent à un duel très robuste, c'est plutôt le contraire qui survient. D'ailleurs, une seule bagarre a éclaté lors des deux affrontements entre les deux équipes. Pire encore, le Phoenix a dû se débrouiller plus souvent qu'à son tour en désavantage numérique.

Percer Mason McDonald

Un autre défi pour les troupiers sherbrookois? Battre Mason McDonald.

« Lors de notre dernière partie contre eux, on s'est fait blanchir 2 à 0 à domicile et ce n'est pas parce que nous n'avions pas lancé au filet. Leur gardien avait été excellent, mais la bonne nouvelle, c'est que nous en avons deux très bons aussi », confie Vallée.

Même McDonald prend de la place sur la patinoire avec ses 6'4». C'est pour tout dire...

« On devra mettre du trafic devant le filet pour le déjouer », insiste l'entraîneur.

Fiche: 36 victoire, 26 défaites, 2 défaites en prolongation, 4 défaites en fusillade: 78 points (8e rang)

Attaque: 228 buts (12e rang)

Défensive: 245 buts (12e rang)

Pénalité: 949 minutes (16e rang)

Unités spéciales: Avantage numérique: 23,4% (8e rang)

Désavantage numérique: 78,7% (8e rang)

Gardien: Alex Bureau: 21-13-3, moyenne de 3,37, efficacité de 88,3%

Meilleurs pointeurs: Daniel Audette: 29 buts, 44 passes: 73 points en 60 matchs

Kay Schweri: 12 buts, 56 passes: 68 points en 53 matchs

Tim Wieser: 38 buts, 28 passes: 66 points en 61 matchs

Islanders de Charlottetown

Fiche: 35 victoires, 28 défaites, 1 défaite en prolongation, 4 défaites en fusillade: 75 points (9e rang)

Attaque: 226 buts (15e rang)

Défensive: 243 buts (11e rang)

Pénalité: 1164 minutes (6e rang)

Unités spéciales: Avantage numérique: 25,8% (2e rang)

Désavantage numérique: 79,8 % (5e rang)

Gardien: Mason McDonald: 28-22-0-4, moyenne de 3,06, efficacité de 90,6%

Meilleurs pointeurs: Daniel Sprong: 39 buts, 49 passes: 88 points en 68 matchs

Filip Chlapik: 33 buts, 42 passes: 75 points en 64 matchs

Alexandre Goulet: 35 buts, 26 passes: 61 points en 65 matchs

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer