Bureau, le survivant

Alex Bureau... (Archives La Tribune)

Agrandir

Alex Bureau

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La meilleure nouvelle que le Phoenix de Sherbrooke pouvait espérer à l'aube de ses deux derniers matchs de sa troisième saison régulière de sa courte histoire, c'est d'avoir un gardien numéro un au sommet de sa forme.

Alex Bureau a connu des hauts et des bas depuis son arrivée à Sherbrooke, en provenance du Cap Breton. Sa confiance a été affectée, et il a vu le jeune gardien Evan Fitzpatrick, 1er choix du Phoenix à l'encan 2014 (4e au total), lui souffler dans le cou.

En février, ce fut le fond du baril : en cinq matchs, une victoire et deux défaites, 20 buts alloués, une moyenne de 5,94 et un pourcentage d'efficacité de 0,789.

Ajoutez à cela une brigade défensive particulièrement affectée par les blessures et les suspensions, vous avez tous les ingrédients pour un jeu défensif collectif plus difficile.

Et comme c'est souvent le cas, c'est le gardien qui écope.

« Ça n'allait plus, je ne me concentrais pas sur les bonnes choses. C'est à ce moment, je crois que c'était après un match contre Victoriaville, j'ai eu une bonne conversation avec mes agents, Pascal Leclair et Stéphane Fiset. Essentiellement, ils m'ont dit de mettre l'emphase sur ce que je faisais de bien, d'arrêter de me casser la tête avec les détails négatifs et de miser sur le positif; ça a été le déclic », a indiqué Bureau, mercredi.

«Être gardien, c'est surtout mental; c'est de ne pas trop penser, mais de réagir, d'agir par instinct. »

- Alex Bureau

Comme conseillers, Fiset et Leclair ont connu le tabac dans la LNH avec quelque 600 matchs au total dans la grande ligue.

« Ils savaient par quoi je passais et leurs conseils ont été les bienvenus; ils m'ont dit d'avoir confiance en moi, de travailler sur mes forces. Être gardien, c'est surtout mental; c'est de ne pas trop penser, mais de réagir, d'agir par instinct. Cela a d'ailleurs toujours été l'une de mes forces. Je l'avais oublié. »

Bureau est transformé depuis ce temps : trois victoires, une défaite, une moyenne de 2,20 buts accordés et un impressionnant pourcentage d'efficacité de 0,924.

Tout un retour de situation qui doit réjouir le Phoenix au plus haut point; la jeune organisation amorcera les prochaines séries éliminatoires à domicile, une première pour elle.

« L'ambiance est très positive autour de l'équipe; la victoire contre Rouyn, qui nous garantissait l'avantage de la glace, nous a fait beaucoup de bien. Maintenant, on veut rentrer en séries sur la bonne voie; surtout si on peut récolter deux victoires, on a des changes d'améliorer notre rang. Tout le monde veut bien jouer afin d'être prêt pour les séries. »

« Nous avons traversé notre lot d'adversité depuis quelques semaines, avec les blessures et les suspensions. Mais ça arrive à chaque équipe et cela a permis à certains gars, comme Thomas Grégoire, Aaron Hoyles ou Julien Bahl, de prendre davantage leur place. Ils ont fait le travail. C'est dans ces moments que l'on prend de l'expérience, ça peut juste aider », a dit Bureau.

Ce dernier s'attend à disputer l'un des deux matchs du week-end.

Quant aux séries éliminatoires, Bureau se prépare à être le gardien partant du Phoenix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer